WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à  2014. Croissance intensive et extensive?

( Télécharger le fichier original )
par Daniel DEKASSE DEKASSE
Université de Kinshasa - Graduat 2015
  

précédent sommaire suivant

2.1.2. Le capital

Le capital est considéré comme étant l'ensemble de capital productif et des structures économiques et sociales. De ce fait, le capital est constitué des biens durables utilisés dans le processus de production en vue de produire d'autres biens et services.

Ce capital productif autrement appelé « biens capitaux » permet à chaque Etat d'accroitre le volume de production des biens à usages alternatifs. D'où, la nécessité de recourir à ces biens dans le processus de production pour arriver à créer la richesse et donc à réaliser la croissance économique.

18 P. Samuelson et Wilson, cité par TSHIMUANGA T, les secteurs porteurs de la croissance économique en RDC de 2000 à 2005, travail de fin de cycle UNIKIN/FASEG, 2007, P. 29.

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à 2014 : croissance intensive ou extensive ? P a g e | 22

Cependant, il faut noter que la capacité de ce facteur à participer efficacement au processus de production réside dans son intensité capitalistique, c'est-à-dire dans la quantité de capital disponible par travailleur. Elle est d'un apport significatif lorsqu'elle croit plus rapidement que la force de travail.

Ainsi, l'Etat qui décide d'accroitre les investissements des biens capitaux, prend en fait une décision de créer les conditions favorables à l'accroissement des quantités de stock de capital par travailleur. Il en résulte donc une augmentation non seulement de la productivité et des salaires, mais également l'accroissement des produits par travailleurs, du moins dans les secteurs bénéficiaires de ces investissements.

En outre, il est aussi important de signaler le rôle que jouent les infrastructures dans ce fameux processus de production des biens et services. En effet, la capacité pour une économie de produire de manière efficace et efficiente dépend des infrastructures sociales, donc de la superstructure selon Max WEBER19.

Les infrastructures façonnent l'environnement économique au sein duquel la production et les échanges se réalisent. Une économie est plus prospère, les infrastructures du pays sont favorables à la production et attractives pour les investissements direct étrangers(IDE).

2.1.3. Les ressources naturelles

La production des biens nécessite également que l'on dispose des facteurs naturels qui la rendent possible. Ces facteurs sont principalement constitués des ressources naturelles dont les plus importantes sont :

? Les terres cultivables ;

? Les minerais ;

? Les forets ;

? L'eau ;

? Les ressources énergétiques (pétrole et gaz).

Un Etat disposant des réserves stratégiques en ressources naturelles peut en faire usage dans le cadre d'une politique de spécialisation et bénéficier ainsi des avantages comparatifs dans les échanges internationaux. Par cette dotation en ressources naturelles et grâce à une combinaison technique efficace, un Etat peut arriver à accroitre sa production. Ainsi, l'accroissement de la production obtenue à partir de ce facteur de façon continue aboutit à la réalisation de la croissance économique.

19 NZANDA-BUANA M, histoire économique générale et du Congo, notes de cours 3ième graduat/UNIKIN/FASEG, 2015-2016, inedit.

Augmentation du PIB réel en RDC de 2002 à 2014 : croissance intensive ou extensive ? P a g e | 23

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.