WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact socio-économique des catastrophes naturelles. Cas des inondations du 1er septembre 2009 au Burkina Faso.

( Télécharger le fichier original )
par Aida Myriam Bari Sankara
Université Saint Thomas dà¢â‚¬â„¢aquin - Maitrise en sciences economiques 2013
  

précédent sommaire suivant

3. Méthode de collecte des données

En plus de la recherche documentaire, nous avons opté pour une approche quantitative et qualitative de recherche.

3.1. La recherche documentaire

La recherche documentaire a consisté à explorer des rapports, des mémoires, des articles

scientifiques et d'autres publications portant sur les catastrophes naturelles en général et sur les risques d'inondation en particulier. Ainsi, plusieurs bibliothèques dont celles de : l'Université Saint

Page15

BARI SANKARA Aida Année Académique 2012- 2013

Thomas d'Aquin (USTA), l'Université de Ouagadougou (UO), l'Institut de Recherche pour le Développement en Coopération (IRD), l'Institut français, et les centres de documentations de l'Institut National de Formation en Travail Social ont été fréquentées. En outre, des démarches initiées auprès des responsables des structures comme la direction générale de la météorologie, l'Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) et le Ministère de l'Economie et des Finances (DGEP/DPAM) , ont permis de collecter des informations en lien avec notre sujet d'étude. Les documents tels que les rapports d'activité, la base de données sur les inondations du Secrétariat Permanent du CONASUR (SP/CONASUR) ont été également exploités. Enfin, l'exploitation des sites web a été d'une grande aide.

Cette étape du travail nous a permis d'avoir d'importantes informations sur notre sujet contribuant ainsi, à cerner ses différents contours ou aspects.

3.2. Approche quantitative

Cette approche s'est effectuée au moyen d'une enquête par questionnaire auprès des ménages sinistrés suite à l'inondation du 1er septembre 2009. L'enquête terrain s'est déroulée en 14 jours sur la trame d'accueil de Yagma.

Notre choix a porté sur Yagma, en raison de sa superficie et des résidents plus importants comparativement au site de Bassinko qui abrite lui aussi des sinistrés de l'inondation. Suite au nombre élevé. En effet, suite au nombre élevé de sinistrés sans abris ou résidents dans des zones à risque élevé d'inondation, l'Etat a planifié en deux phases successives l'aménagement de trames d'accueil. La première phase, ou les premiers efforts se sont portés, correspondait à l'aménagement d'un terrain de 900 ha, à une dizaine de kilomètres de Ouagadougou, dans la commune de Yagma communément appelé « Yagma sinistrés ».

Au total, 20.217 sinistrés propriétaires chefs de ménages ont été pris en charge par la première phase. Parmi eux, 13.599 personnes ont été bénéficiaire de parcelles sur la trame d'accueil de Yagma et d'une aide financière et 6.618 personnes ont bénéficié uniquement de l'appui financier et des matériaux de construction. Les ménages qui ont bénéficiés des parcelles sont ceux propriétaires terriens dont les maisons ont été complètement détruites et qui, avant le sinistre, étaient dans des zones non aménagées (non loties) ou dans des zones inondables. Les non bénéficiaires de parcelles sont ceux qui vivent dans des quartiers lotis à faible risque d'inondation ou qui étaient en location. Notre enquête a concernée ceux ayant bénéficié des parcelles ainsi que de l'appui financier.

Page16

BARI SANKARA Aida Année Académique 2012- 2013

L'unité d'observation est le chef de message sinistré. Sur la base des informations disponibles sur notre population d'étude (répartition des arrondissements concernés selon le nombre total des sinistrés : annexe 1), relogement des sinistrés sur le site de Yagma par quartier en fonction de leur arrondissement de provenance) un plan d'échantillonnage par quota a été utilisé pour constituer l'échantillon de l'enquête. Les quotas de sinistrés à enquêter par arrondissement ont été établis proportionnellement au nombre de sinistrés par arrondissement. Des contraintes principalement temporelles et financières, nous permettaient de tirer un échantillon de cent (100) sinistrés des arrondissements d'enquête. La répartition de l'échantillon total par arrondissement a été déterminée proportionnellement à la taille de la population sinistrée de celui-ci.

Pour la collecte des données sur le terrain, un questionnaire a été administré par quartier suivant une méthode au pas. Lorsque l'on soumettait le questionnaire au chef de ménage d'une première concession, il fallait soumettre le questionnaire au chef de ménage de la troisième (3ème) concession suivante sur le même alignement.

Le questionnaire s'adressait prioritairement aux chefs de ménage ou à un représentant de ce dernier,

âgé de dix-huit ans au moins et membre du ménage concerné.

Le questionnaire porte essentiellement sur cinq (05) volets qui sont :

- Les caractéristiques socio-économiques des enquêtés ;

- la situation des enquêtés face à l'inondation du 1er septembre 2009 ;

- les dommages subis lors de l'inondation ;

- les moyens d'existence des enquêtés ;

- les conséquences de l'inondation sur leurs activités ou sources de revenu ;

- les appréciations des enquêtés sur les réponses apportées par le gouvernement en terme de

prévention et de réhabilitation ainsi que leur propositions faites à cet égard.

En somme cette phase a eu pour objectif de décrire et d'analyser la perception et le niveau de connaissance des ménages sur les questions d'inondation et de leurs conséquences sur leurs conditions de vie.

Page17

BARI SANKARA Aida Année Académique 2012- 2013

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.