WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impact socio-économique des catastrophes naturelles. Cas des inondations du 1er septembre 2009 au Burkina Faso.

( Télécharger le fichier original )
par Aida Myriam Bari Sankara
Université Saint Thomas dà¢â‚¬â„¢aquin - Maitrise en sciences economiques 2013
  

précédent sommaire suivant

3. Présentation du dispositif national de gestion des catastrophes naturelles au Burkina Faso

Le Burkina Faso dispose d'un cadre institutionnel et légal de gestion des crises. La gestion des crises au Burkina Faso est encadrée par des structures créées en la matière. Les acteurs institutionnels en liste dans le domaine de la Réduction des Risques des Catastrophes (RRC) au Burkina sont surtout issu de la composante étatique, des humanitaires du Système des Nations Unies (SNU) et des Organisations Non Gouvernementales (ONG).

3.1. Le cadre institutionnel

L'adhésion et la ratification de certains textes internationaux et l'adoption de certains textes fondamentaux (tel que la constitution) ou réglementaires au plan national, font obligation à l'Etat burkinabé d'assister et de protéger les populations en détresse ou en situation difficile du fait des catastrophes naturelles et des crises humanitaires. Depuis les années 1970-1973, pour gérer les effets

11 INSD (2011) « monographie de la ville de Ouagadougou »

Page25

BARI SANKARA Aida Année Académique 2012- 2013

des catastrophes naturelles, les autorités ont mis en place un dispositif à cet effet. Ainsi naissait le Sous-Comité de Lutte contre les Effets de la Sécheresse (SCLES) en 1972. Cette structure a évoluée au fil du temps pour s'adapter aux nouveaux défis en devenant successivement, la Commission Nationale de Lutte contre les Effets de la Sécheresse (CNLES) en 1983, ensuite le Comité National de Secours d'Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) en 1993, en vue de prendre en compte l'ensemble des catastrophes et d'intégrer les aspects « mouvements des populations et la réhabilitation ». Le Conseil National de Secours d'Urgence et de Réhabilitation (CONASUR) est créé par décret N° 2004-624/PRES/PM/MASSN du 30 décembre 2004, donnant à la structure une assise nationale, forte pour pérenniser son action sur le terrain. Ce décret a été relu et adopté en Août 2009 (décret N° 2009-601/PRES/PM/MASSN/MEF/MATD du 06 Août 2009), pour l'adapter à l'évolution du paysage institutionnel du Burkina Faso. Cette institution a été créé pour gérer les catastrophes dans toutes ses phases (avant, pendant et après). Le CONASUR est l'organe responsable de la prise en charge de la réduction des risques de catastrophes et de la gestion des catastrophes. D'autres structures agissent également dans la gestion des crises. Des initiatives visant à améliorer le dispositif ont été prises. Le Burkina Faso est partie prenante au processus de mise en oeuvre du « Cadre d'Actions de Hyôgo pour des nations et des collectivités résilientes face aux catastrophes » adopté en 2005 à Kobe lors de la Conférence mondiale sur la prévention des catastrophes.

Le Gouvernement Burkinabè a élaboré et adopté en juillet 2007, la Politique Nationale d'Action Sociale qui prend en compte la problématique de la réduction des risques de catastrophes. Cette politique constitue désormais le référentiel de toute intervention en matière de prévention et de gestion des catastrophes dans le pays. Dans le même objectif, le gouvernement a adopté en juin 2008, un plan d'urgence pour la réalisation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.