WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le sud-ouest français dans l'espace européen : vers une collaboration interrrégionale en matière de relations culturelles extérieures ?

( Télécharger le fichier original )
par Thomas Perrin
Université Paris III - Sorbonne Nouvelle - DESS de Relations interculturelles 2001
  

précédent sommaire suivant

Conclusion

Du sud-ouest de l'Europe aux cultures du monde

"A l'heure où les relations internationales sont soumises à de nouvelles contraintes mais bénéficient de moyens inédits, les relations culturelles extérieures constituent plus que jamais un mode d'expression et un moyen d'influence internationale essentiels" (Raymond, 2000, 126).

La proximité géographique entre plusieurs pays, leur ayant permis de développer des liens au cours de l'histoire, les appellent aujourd'hui à s'unir afin de participer à un projet économique et politique commun, tels que l'Union européenne ou le partenariat euro-méditerranéen. Ces projets, qui prennent corps au travers des relations internationales entre ces pays, ne peuvent aboutir sans la prise en compte de la dimension (géo)culturelle qui leur est liée. Cette dimension apparaît, par le respect des expressions culturelles dans leur diversité, l'encouragement à la création littéraire et artistique, la parole donnée à la société civile, comme la valeur ajoutée indispensable à la bonne marche générale des projets.

La situation géopolitique du sud-ouest de l'Europe en fait une zone de croisement et d'ouverture qui ne peut que se prévaloir de son "visage" culturel vis-à-vis de l'Europe et du monde, et ce en dépit de son éloignement par rapport aux centres économiques et financiers européens les plus dynamiques, éloignement qui reste relatif eu égard aux potentialités de développement économique de la Méditerranée, en partie amorcé du côté des pays européens tels que l'Espagne et le Portugal.

Ainsi, on peut se demander si les régions telles que le sud-ouest de l'Europe n'ont pas plus intérêt à valoriser leur richesse culturelle et artistique, en tant que voie vers la stabilité et l'épanouissement socio-économiques, plutôt que d'essayer de reproduire un modèle de développement uniformisé et loin d'être parfait.

De cette façon il apparaît que les différents partenaires du sud-ouest de l'Europe ont à la fois toutes les raisons et toutes les possibilités de trouver le "point d'horizon convergent", pour reprendre l'expression de Jean Monnet, qui leur permette de se (co-)développer en phase avec à la fois le contexte "international" et leur contexte "régional".

Ainsi, comme cette étude a tenté de le démontrer, le développement des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe présente, à double titre, un intérêt certain.

Tout d'abord il peut permettre à cette région de se positionner en tant que sous-ensemble dynamique et doté d'une personnalité riche de la rencontre entre plusieurs cultures, au croisement de l'Europe et de l'Afrique. Cette visibilité politique peut accompagner des stratégies de développement général, les relations culturelles permettant alors de consolider et d'accroître les liens économiques, la cohésion sociale et par conséquent la compétitivité sur la scène européenne et internationale, tout en anticipant les évolutions géostratégiques mondiales.

Par ailleurs les relations culturelles, par leur nature, présentent un intérêt profondément humain à être développées. Bien comprises et bien appliquées elles supposent une communication et une découverte mutuelle permanentes entre les populations, depuis les artistes et organisateurs de projets jusqu'aux publics ; elles appellent l'esprit et les sens à s'éveiller et à se former à la perception et la compréhension de l'Autre. Plutôt que de promouvoir une culture commune standardisée, les relations culturelles doivent servir à approfondir la reconnaissance des spécificités de chaque culture et favoriser les synthèses créatrices.

Pour cela les relations culturelles au sud-ouest de l'Europe nécessitent une forte structuration, notamment de la part des pouvoirs publics, afin de véritablement s'inscrire dans le long terme. Cette structuration doit s'accompagner d'une communication importante, soit de manière "verticale" et informative vers les porteurs et organisateurs de projets ainsi que les publics, soit de manière "horizontale" et fédératrice, afin de rapprocher les artistes, les professionnels de la culture et les publics.

Etant donné la multiplicité des acteurs et des possibilités il serait pertinent que quelques relais, créés directement ou, dans un premier temps, intégrés à des structures existantes, soient spécialement chargés de coordonner et de développer ces relations sous l'égides des principales institutions et en concertation avec les acteurs de la société civile. Etant donné la configuration géopolitique du sud-ouest de l'Europe on peut penser que l'échelle interrégionale, impliquant un partenariat entre l'Etat et les collectivités, serait la plus efficace en terme de rayon d'action et de mise en oeuvre, à commencer par le sud-ouest français - on peut penser à une Maison européenne de l'Occitanie et de la Méditerranée - qui constituerait ainsi un premier exemple, à suivre.

Par ailleurs, il est important de garder à l'esprit que le développement des relations culturelles au sud-ouest de l'Europe ne se conçoit pas de manière "ethno-centrée". Tout comme l'ouverture pyrénéenne du sud-ouest français appelle le développement des relations avec le Maroc, l'ouverture méditerranéenne du sud-ouest de l'Europe signifie d'engager des relations avec des partenaires tels que la Région PACA, l'Italie, la Grèce, etc. Ainsi le sud-ouest de l'Europe a vocation à s'inscrire activement dans la zone euro-méditerranéenne et dans l'Union européenne, en trouvant là encore un compromis entre l'échelle "sub-nationale" et l'échelle "supra-nationale", pour reprendre les termes utilisés en Introduction.

De plus, le sud-ouest de l'Europe reste une région charnière, ouverte sur les cultures du monde : le Maroc est une voie vers les cultures africaines, expressions d'un continent clé pour la francophonie et la lusophonie, la péninsule ibérique présente des liens culturels privilégiés avec l'Amérique latine. L'orientation du sud-ouest de l'Europe vers ces cultures du Sud ne peut que représenter un avantage pour les autres pays d'Europe, tout comme il est impossible à l'Amérique du nord d'ignorer le Mexique et l'aire caraïbe.

Ainsi, l'étude des relations culturelles extérieures du sud-ouest français en fonction de sa situation dans l'espace européen met en exergue le rôle de la culture en tant qu'accompagnement nécessaire des rapprochements politiques et/ou économiques contemporains, à condition de préserver un certain équilibre, ce qui, dans l'idéal, amène à une mondialisation "contrôlée", féconde et proprement humaine, telle que décrite par Edgar Morin :

"La mondialisation culturelle n'est pas homogénéisante. Elle se constitue de grandes vagues transnationales qui favorisent en même temps l'expression des originalités nationales en leur sein tout en nourrissant un bouillon de culture planétaire"

(Edgar Morin in Libération, 2 janvier 2001).

A l'heure de l'accroissement constant des techniques et des moyens de communication et de la quasi-maîtrise de l'ubiquité, avec des conséquences indéniables sur les relations internationales, le libre échange équitable des oeuvres de l'esprit, le respect de l'exception culturelle et du temps nécessaire à toute réflexion et à toute création, apparaissent comme une condition sine qua non du bien-fondé de la transformation de l'espace mondial en grands pôles multinationaux.

précédent sommaire suivant