WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Intégration des adolescents adoptés d'origine étrangère au Québec

( Télécharger le fichier original )
par Delphine MOYTIER
Université de Caen - Master IUP Management Social Santé 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

· Identité et interactionnisme

La sociologie interactionniste 43(*) étudie les situations d'interaction sociales pour mettre en valeur l'importance de la relation avec autrui. Ces relations peuvent avoir divers objectifs, se différencier ou au contraire se conformer ; se présenter aux autres ou se protéger. Le regard des autres pèse de plus en plus sur les identités individuelles. Si l'on rapporte cela à l'adoption, la société a peut être un certain regard sur les personnes adoptés en général. « Elle a été abandonnée », « Mais d'où vient-il ? » peuvent être des réflexions qu'entendent les adolescents adoptés. Le poids du jugement social peut être assez fort. De plus aujourd'hui sont multipliées les situations de « face à face », par le biais par exemple du système scolaire, de l'urbanisation, etc.

Les individus sont donc confrontés à des scènes sociales où la « typification réciproque 44(*)» conduit à un certain comportement social. Mais ces interactions s'inscrivent dans des contextes sociaux généraux. Il existe aussi des identités collectives. On peut donc se demander de quelle manière l'adolescent adopté se reconnaît dans ces identités, qui se créent et se recréent sans cesse, par le biais par exemple des réseaux de sociabilité.

Ces réseaux peuvent être la famille, les pairs, le réseau des activités extrascolaires, ou bien le milieu associatif. La sociologie montre l'importance des processus de socialisation pour désigner le long apprentissage des valeurs, des normes et règles sociales. Car les individus qui partagent les mêmes habitus (cf. la sociologie de Pierre Bourdieu), les mêmes valeurs se reconnaissent entre eux et « s'identifient ».

Un autre sociologue, Max Weber exprimait lui des oppositions à la pertinence du terme d'identité, à propos de laquelle il disait : « L'identité n'est jamais du point de vue sociologique qu'un état des choses simplement relatif et flottant45(*) ». Mais c'est peut être ce caractère instable et subjectif qui fait la richesse du terme d'identité.

Cependant, il faut être prudent avec la notion d'identité, lorsqu'elle est exclusive, cela peut déboucher sur la violence et le rejet de l'autre.

Notamment par rapport à l'adoption, un adolescent ne peut résumer son identité uniquement par son statut d'adopté, il lui faut trouver d'autres éléments intégrateurs et identificateurs (comme une passion, un loisir, des aptitudes); nous verrons avec les différentes hypothèses quels peuvent être ces éléments.

Pour résumer ce que nous avons exposé, nous pouvons dire que l'identité est en fait une articulation entre plusieurs facteurs sociaux, individuels et collectifs. L'identité permet le processus d'identification et de différenciation sociale. L'identité donne un sens aux actes, aux comportements sociaux. Grâce à cela on peut interpréter l'évolution des cadres, des milieux de socialisation que sont la famille, les pairs ou les milieux d'activités extrascolaires et associatives.

* 43 ETIENNE Jean, BLOESS Françoise, NORECK J.Pierre, ROUX J.Pierre, La sociologie, éditions Hatier, Paris, 2004, 447 pages.

* 44 Ibid

* 45 ETIENNE Jean, BLOESS Françoise, NORECK J.Pierre, ROUX J.Pierre, La sociologie, éditions Hatier, Paris, 2004, 447 pages.

précédent sommaire suivant