WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse comparative de la prise ne charge et du coût des soins d'un épisode du paludisme simple chez les enfants de moins de 5 ans dans les centres de santé St Joseph, Esengo et Déborah

( Télécharger le fichier original )
par Eddy Kieto Zola
Ecole de Santé Publique de l'Université de Kinshasa - DES en Economie de la Santé 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2. DEFINITION D'AUTRES CONCEPTS

3.2.1. PRIX DES SOINS

C'est le montant fixé par une structure des soins que le malade paye pour se faire soigner.

3.2.2. TARIFICATION.

La tarification fait appel à la notion de tarif qui se définit comme dispositions réglementaires fixant le montant de la redevance payée par le particulier usager d'un service. La tarification se définit alors comme l'action de fixer des tarifs de prestation de service ou de cession des biens23(*).

Nous pensons que la tarification est la structure de paiement par catégorie de malade qui est décidé par une structure des soins. Ainsi donc, les tarifs doivent être préalablement portés à la connaissance du public et être affichés très visibles aux usagers.

Ce qui nous a amené à distinguer 3 sortes de tarification à savoir :

q Tarif à l'acte : c'est l'acte médical qui est tarifé. De la sorte, le prix à payer sera la somme des différents actes dont a bénéficié l'usager multipliée par les tarifs de chaque acte.

q Tarif à l'activité : c'est l'activité exercée par un praticien qui est payée. Cette tarification se réfère plus à la pathologie traitée qu `à l'acte pratiqué.

q Tarif forfaitaire : le caractère du tarif forfaitaire est sa fixation à l'avance sans une véritable relation exclusive avec ce que doivent coûter les prestations dont va bénéficier l'usager ou le client.

C'est cette dernière catégorie qui est appliquée dans les différentes structures de santé de la RD Congo.

3.2.3. PAQUET MINIMUM D'ACTIVITES

C'est un ensemble d'activités qui, une fois implantées dans un centre de santé (C.S), permettent l'absorption de nouvelles interventions sans violer les contraintes liées à l'organisation du travail, au financement du C.S. et à la charge de travail du personnel. Ce PMA comprend des activités curatives, préventives, promotionnelles et sociales, dont les tâches sont déléguées à l'infirmier titulaire sous la supervision de l'équipe cadre de la ZS24(*).

3.2.4. CENTRE DE SANTE.

C'est toute structure publique des soins de santé périphérique dont la mission est de dispenser les soins de santé intégrés de bonne qualité à une population d'une aire géographique de santé délimitée.

3.2.5. SECTEUR PRIVÉ LUCRATIF.

Le secteur privé lucratif, pour un centre de santé, est tout centre de santé d'initiative privé individuel sans subvention de l'Etat et appui des partenaires de la santé. Un centre qui fonctionne comme toute entité économique.

* 23 Alfred Coffi Koussémou : « Budget, Contrôle Budgétaire et tarification », module de cours, ESP, 2004-2005, p49

* 24 Minisanté : « Décret-Loi Cadre portant sur la santé publique », juillet 2001, p13

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net