WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'efficacité technique des banques et ses facteurs explicatifs: application à  la Commercial Bank-Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Martial TCHAKOUNTE DAZOUE
Université Catholique d'Afrique Centrale - Master II en Banque et Finance 2009
  

précédent sommaire suivant

RESUME

L'une des problématiques d'actualité fait état de la surliquidité des banques camerounaises et de l'insuffisance des crédits qu'elles octroient à l'économie. Face à la concurrence grandissante, le principal challenge de ces banques est le maintien de leur rentabilité. Ce maintien passe notamment par la gestion efficace et efficiente de leurs ressources. Ce travail s'intéresse à la mesure de l'efficacité technique de la CBC (l'une de ces banques) dans la transformation de ses ressources en crédits, ainsi qu'à la détermination des facteurs explicatifs de cette efficacité technique. La méthode DEA est employée pour mesurer cette l'efficacité technique sur la période de janvier 2008 à août 2009, et la régression linéaire sert à identifier ses facteurs explicatifs. Il ressort que le score d'efficacité technique de la CBC s'établit à 29,4% en moyenne sur la période considérée, sous l'hypothèse de rendements d'échelle constants. Les facteurs explicatifs obtenus pour cette efficacité technique (totale) sont la taille de la banque, le coefficient de transformation, le volume de production (de crédits et dépôts) relatif, le niveau de trésorerie et le volume des crédits. Sous l'hypothèse de rendements d'échelle variables, ce score s'établit à 54%. Les facteurs explicatifs de cette efficacité technique (pure) sont le risque de défaut relatif, l'agressivité de la politique commerciale, le volume des dépôts et le volume de production (de crédits et dépôts) relatif.

ABSTRACT

One of the most actual questions is about the overliquidity of the Cameroonian banks and the shortcomings of credits which they grant to the economy. Now, these banks are more and more facing with challenges imposed to them by the increase of the competition. One of these challenges is the preservation of their profitability, and it lies notably on the efficiency of their resources management. This work focuses on the measurement of the technical efficiency of CBC (one of these banks), while transforming its resources to credits, as well as on the identification of the determinants of this technical efficiency. The Data Envelopment Analysis method is used to measure this technical efficiency over the period from January, 2008 till August, 2009, and the linear regression serves to identify its determinants. We show that the score of technical efficiency of the CBC establishes in 29,4% on average over the considered period, if we consider the Constant Returns to Scale model. The determinants obtained for this (total) technical efficiency are the size of the bank, the coefficient of transformation, the relative production level (of credits and deposits), the level of finance and the volume of credits. If we consider the Variable Returns to Scale model, this score becomes established in 54 %. The determinants of this (pure) technical efficiency are therefore the relative risk of default, the aggressiveness of the commercial policy, the volume of the deposits and the relative production level (of credits and deposits).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy