WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Crise systémique et paradigme de la décroissance : effondrement ou métamorphose

( Télécharger le fichier original )
par Billy FERNANDEZ
Université de Savoie - Master 2 Système Territoriaux, Développement Durable et Aide à  la Décision 2010
  

précédent sommaire suivant

Introduction

Alors que la globalisation economique accentue toujours plus l es interactions et interdependances entre les territoires et les grandes puissances, la crise systemique 1 de la finance puis de l'economie mondiale2 offre une belle illustration des phenomènes de propagation et de retroactions - feedbackqui interviennent dans le fonctionnement du systeme-monde (WALLERSTEIN, 2006). Pourtant, cette realite economique omet une autre dimension de l'interdependance systemique : celle des societes (sociosphere) à leur environnement biophysique (ecosphere). Des logiques similaires de retroactions, d'amplification et de rupture sont à l'oeuvre dans l'interaction societes/environnement, bien que l'economie neoclassique, dont l'esprit et les principes reglent la plupart des rapports entre les hommes, les societes et leurs resso urces, n'en tienne aucunement compte.

Or, aujourd'hui, le macrosysteme qui organise les interactions entre les differents elements, au sein des societes et entre les societes et leur environnement, est en crise. Ce macro systeme pourrait etre designe sous le terme d'anthropsystème, dans le sens on il integre à la fois le sociosysteme et la relation de ce dernier à l'ecosysteme.

Ainsi, le terme de crise vient du grec krisis, qui signifie notamment « jugement ». On peut la definir comme une « manifestation pathologique brusque et intense laissant prévoir un changement généralement décisif, en bien ou en mal »3. Celle-ci peut etre, ou pas, irreversible.

Michel SERRES, dans Le temps des Crises, releve egalement son origine medicale et la definie comme « l'état d'un organisme confronté à la croissance d'une maladie [É.] jusqu'à un pic local et catastrophique qui le met tout entier en danger ». Il precise que cette « situation critique induit une décision » et que

« dans le cas olt il survit, il a pris une autre voie ». En effet, « la crise lance le corps vers la mort ou vers une nouveauté qui reste à inventer. Il ne peuty avoir de reprise car, équivalente à une répétition, celle-ci nous précipiterait, de nouveau, en cycle, vers une situation au moins analogue ou, pis encore, vers un état instable et chaotique. »

Cette « situation instable et choatique », qui selon notre point de vue constitue le prolongement - temporel - probable de la crise - systemique globale -, nous l'appelons l'effondrement4.

En effet, d'apres Jean Claude BESSON-GIRARD5, directeur de la revue Entropia6, « la kyrielle des crises qui nous affectent sous le joug de ce modele impérial [du scientisme et de l'economisme] est contenue dans le seul mot d'effondrement. Celui-ci signifie en effet « disparition, écroulement, anéantissement, disparition ». C'est d'ailleurs le terme de « disparition » qui a ete retenu pour la traduction française de l'ouvrage phare de Jared DIAMOND sur l'effondrement des civilisations, le terme original fail)

( etant plutôt lie à l'idee

« d'echec ».

1 Vocable d'ailleurs surtout utilise dans les milieux financiers pour designer le changement d'echelle d'un phenomene.

2 Qui s'est etendue en 2010 à la crise de la dette souveraine des etats de la zone euro, à travers le cas de la Grece notamment.

3 Centre National de Ressources Textuelles Lexicales (CNRTL)

4 Voir le n°7 -automne 2009- de la revue Entropia, qui a pour titre : « L'effondrement, et apres ? ».

5 Peintre, ecrivain et agriculteur.

6 Revue d'étude théorique et politique de la décroissance.

Cet effondremen t, comme l'hypothese heuristique qui constitue son antecedent probable, la crise, nous considerons qu'il est systbmique, à deux sens du terme. D'abord, les processus qui risquent de conduire à son avenement sont complexes et fonctionnent selon des modalites systemiques, ensuite car il serait lie au systeme de la societe de croissance, c'est-à-dire le modele de lÕanthroposystème, prTMne et adopte par la civilisation occidentale. On peut dans cette optique definir un systeme comme une Ç unité composée de sous-systemes en interactions partielles qui lui assurent une coherence È (WALLISER) et la complexite comme « lÕintensification des interacti ons partielles entre différents types de parametres » (PIGEON).

Ce travail d'etude et de recherche est articule autour des quatre questionnements suivants :

- Qu'entendons-nous par crise systimique globale?

- En quoi l' effondrement constitue son prolongement probable ?

- Quels sont les fondements de cet effondrement à venir et comment affronter l'incertitude qui le caracterise ?

- Comment envisager la possible metamorphose (MORIN, 2007) de la décroissance, potentiellement susceptible de nous detourner de cet effondrement ?

Il s'agira ainsi dans un premier temps de presenter une analyse - au sens d'une etude dynamique - de la crise systbmique globale et de ses fondements, prealable indispensable à l'approche paradigmatique de la metamorphose que constituerait la decroissance, qui nous menera à une tentative de formalisation geographique.

précédent sommaire suivant











Moins de 5 interactions sociales par jour