WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La culture, opportunité politique, économique, touristique et sociale au profit des villes ? exemple de la ville de Nancy et ses grands rendez-vous

( Télécharger le fichier original )
par Mathilde Jannot
Université de la Sorbonne nouvelle- Paris III - Master 1 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

III. Les acteurs locaux : une confrontation ?

A. Le regard des élus

1. Instrumentaliser la culture ?

Il semble que le choix émanant en première instance d'une « logique des idées »143 de la part des élus, qui répondent à leurs propres exigences, où la culture est envisagée comme une fin en soi pour la ville, puisse être contestable dans la mesure où ce choix peut s'apparenter à une instrumentalisation de la culture. Cette instrumentalisation découlant des retombées induites par l'événement qui ne sont pas explicitement dévoilées lors de l'annonce de celui-ci. Ces objectifs sont de l'ordre de l'impact en termes d'image et de développement. Même si ce bénéfice est difficile à mesurer statistiquement, tous les acteurs de la ville sont unanimes sur l'importance qu'a l'image médiatique et symbolique sur le développement économique. « 74% [des résidents de la Communauté Urbaine] estiment qu'ils [les événements] ont mobilisé l'ensemble des acteurs politiques, économiques et culturels de la région »144. Si l'on en croit Alain Faure145, « chaque collectivité souhaite, (...), acquérir sur le plan culturel des lettres de noblesse (rayonnement artistique, renommée sportive, patrimoine architectural) afin de promouvoir

142 C'est nous qui soulignons.

143 Cf. F. Lucchini, op.cit, p.44.

144 Cf. Etude IFOP, op.cit, p.16.

145Cf. A. Faure, « Les élus locaux à l'épreuve de la décentralisation », Revue française de science politique, 44 (3), 1994, pp.462-479. Cité p.145 par F. Poulard, op.cit.

conjointement les atouts de l'identité géographique et les impératifs de la vitalité socioéconomique. ». Dans le cas de Nancy, il s'agit d'établir une image de marque renouvelée en restant fidèle à son histoire, à son patrimoine et aux valeurs qui lui ont permis de se construire telle qu'elle nous apparaît aujourd'hui, plutôt que s'installer dans une compétitivité avec d'autres villes du Grand Est, ce que manifeste le maire :

« Nancy a fait le choix depuis un certain nombre d'années, et notamment en 1999 lorsqu'a été organisée l'année de l'Ecole de Nancy, d'utiliser sa richesse patrimoniale et culturelle pour faire parler d'elle. (...) Nous faire connaître à partir de ces références, c'est garantir l'attractivité du territoire ". 146

Il s'agit d'apporter un « plus " aux services traditionnels que proposent la ville et la Communauté Urbaine par le biais d'une animation spéciale, qui contribue à rassembler toutes les instances de la ville, toutes tendances politique et sociale confondues. On peut croire qu'il s'agit de coups médiatiques qui font événement uniquement en attirant un public extérieur qui diffuse aussi l'information. Cependant, on peut observer dans ces manifestations une certaine tendance à mélanger des éléments étrangers à la culture. La politique culturelle de la ville intervient « comme résultat de choix, élaborés en amont, à partir des motivations des acteurs urbains en terme de domaines culturels plus implicitement, ces choix relèvent de stratégies politiques liées à la perception de la notion de culture "147. Ainsi, par l'action d'urbanisation et de piétonisation menée avec la rénovation de la place Stanislas et des espaces du XVIIIe siècle, il s'agit aussi pour la ville et la Communauté Urbaine de faire converger des éléments culturels en rapport direct avec cette restauration. Il s'agit d'une stratégie d'urbanisation globale et non d'appositions d'événements culturels aux équipements déjà en place portée par une volonté et un consensus politique fort.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net