WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude descriptive et critique des services offerts par Batoccul (Caisse Populaire Coopérative de la Ville de Bafoussam ) au Cameroun


par Serge Valéry YOUCHE
Université de Dschang - Licence professionnelle en banque 2009
  

sommaire suivant

REMERCIEMENTS

Je voudrais à travers ce rapport remercier sincèrement :

v Ma famille pour leur attention

v Le personnel de la caisse populaire coopérative de la ville de Bafoussam pour leur accueil chaleureux

v Les enseignants de l'Institut Universitaire de Technologie Fotso Victor de Bandjoun pour leur enseignement

v Mes camarades et amis pour leur soutien

v A tous ceux qui ont de près ou de loin contribué à l'élaboration de ce rapport, à tous, je vous dis merci.

LISTE DES ACRONYMES

ACOSCA : Confédération Africaine des Coopératives d' Epargne et de crédit ;

BATOCCUL : Caisse Populaire Coopérative de la Ville de Bafoussam ;

BEAC : Banque des Etats de l'Afrique Centrale ;

BEI : Banque Européenne d'investissement ;

CAMCCUL : Ligue des Caisses Populaire Coopérative du Cameroun ;

CEMAC : Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale ;

CNMF : Comité National de Micro finance ;

COBAC : Commission Bancaire de l'Afrique Centrale ;

COOPEC : Coopérative d'Epargne et de Crédit ;

EMF : Etablissement de Micro finance ;

MINEFI : Ministère de l'Economie et des Finances ;

PME : Petites et Moyennes Entreprises ;

PMI : Petites et Moyennes Industries ;

OMD : Objectif du Millénaire au Développement ;

ONG : Organisations non Gouvernementales ;

SPI : Social Performance Indicators ;

UMAC : Union monétaire de l'Afrique Centrale ;

WOCCUL : Ligue Mondiale des Caisses Populaires

SOMMAIRE

Introduction générale...................................................................4

Partie I.....................................................................................7

Chapitre I : paysage de la micro finance au Cameroun.............................8

Chapitre II : généralité sur les micro finances........................................10

Partie II.....................................................................................16

Chapitre I : présentation de BATOCCUL.............................................17

Chapitre II : analyse critique, suggestion et perspective............................27

Conclusion générale......................................................................30

Indications bibliographiques............................................................32

INTRODUCTION GENERALE

La Micro finance est souvent considérée comme une des stratégies les plus efficaces et flexibles dans le combat contre la pauvreté globale. C'est un secteur soutenable et peut être utilisé sur une échelle massive nécessaire pour répondre aux besoins pressants de ceux qui vivent en deçà de $1 par jour. Dans ce sens, nous pouvons corroborer les propos qui affirment : « qu'il est communément accepté que la pauvreté reste actuellement l'un des grands fléaux auxquels les sociétés de notre ère font face. Lutter contre la pauvreté se situe aujourd'hui au coeur des politiques de développement des pays d'Afrique subsaharienne et le Cameroun n'est pas en marge de cette préoccupation ». C'est d'ailleurs à ce titre qu'il n'est pas étonnant de constater que « réduire l'extrême pauvreté et la faim » apparaît en «tête» des OMD. Par Micro finance l'on entend généralement un prêt à court terme accordé sans le bénéfice d'une sûreté et dont le montant en principal peut varier de quelques milliers de francs. La taille du prêt reflète généralement le degré de développement du pays où les EMF opèrent. Et dans certains cas, les Etablissements de Micro finance (EMF) proposent également des produits d'épargne et, plus rarement, des produits d'assurance.

Actuellement, l'importance du rôle que peut jouer la Micro finance dans la réduction de la pauvreté a été reconnue à la lumière des résultats obtenus par des opérations innovantes en Asie orientale et en Amérique latine (par exemple, celles réalisées par la Graemeen Bank au Bangladesh ou par le Banco Solidario en Bolivie). Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) spécialisées en activités de Micro finance ont ainsi joué un rôle très important en démontrant l'efficacité des Micro crédits comme outil indispensable pour combattre la pauvreté et permettre aux populations à faibles revenus de se prendre en charge. Ces expériences ont démontré, notamment, qu'il est possible d'accorder des financements bancaires aux pauvres et que ceux-ci peuvent représenter un bon risque de crédit.

C'est pourquoi, à l'heure actuelle, des établissements financiers plus traditionnels, tels que les fonds de capital investissement et les banques accordent plus d'attention à la Micro finance et la considèrent comme un marché qui présente un intérêt pour leurs activités. Cependant, la Banque Européenne d'Investissement (BEI) affirme que : « ce rapprochement entre les marchés financiers traditionnels et le marché de la Micro finance n'est pas aussi avancé dans toutes les régions du monde et il emprunte dans chacune d'elle des modèles différents. Il est par exemple plus avancé en Amérique latine qu'en Afrique. Et, quantitativement parlant, il est plus important en Afrique du Nord qu'en Afrique subsaharienne ». De ce fait, nous déduisons que le Cameroun ne fait pas exception à ce retard.

Il est aujourd'hui possible d'envisager le développement du secteur de la Micro finance tout en visant sa pérennisation en le sevrant des subventions aux lignes de crédit qui sont mal adaptées et insuffisantes pour faire évoluer le secteur. Nous ne saurons étendre nos propos sans au préalable ressortir les missions sociales assignées à un EMF. En effet, << de façon générale, ces objectifs peuvent se péricliter selon les dimensions suivantes :

· servir un nombre croissant de pauvres et d'exclus sur une base durable ;

· appuyer les petites et moyennes entreprises pour favoriser la création d'emploi ;

· améliorer la qualité et l'adéquation des services proposés aux clients ciblés ;

· créer des bénéfices pour les clients de l'EMF, leur famille et leur communauté (Augmentation des revenus, réduction de la vulnérabilité, amélioration de l'accès aux services, satisfaction des besoins de base et amélioration des liens sociaux) ;

· engager la responsabilité sociale de l'institution vis-à-vis de ses employés, de ses membres, de la communauté dans laquelle elle s'insère et de l'environnement ».

C'est sous le regard de ces objectifs qui déclinent un intérêt qui n'est plus à démontrer que nous avons choisi la caisse populaire coopérative de la ville de Bafoussam en abrégé (BATOCCUL) comme EMF. Elle a été, nous le rappelons, notre structure d'accueil. En fait, nous nous sommes posés la question de savoir si l'activité de la BATOCCUL est adaptée aux objectifs sociaux d'un EMF en général et à ses objectifs spécifiques en particulier ? En d'autres termes, est-ce que BATOCCUL répond aux attentes de ses membres ?

Le sujet retenu pour notre étude s'inscrit dans le cadre de la réflexion générale qui se mène au sein d'un EMF. S'inscrivant dans cette préoccupation, l'étude que nous présentons porte sur : << L'étude descriptive et critique des services offerts par BATOCCUL ». Elle présente un intérêt indiscutable du fait qu'elle permet d'ajuster dans le temps et dans l'espace, la productivité de la demande afin de satisfaire les besoins des membres. Et grâce à une prise en compte des suggestions qui vont découler de nos analyses, BATOCCUL en clin de profiter d'un effet de levier important sur sa rentabilité.

Cela dit, l'objectif principal de ce travail est de faire une étude exploratoire et critique des services sociaux et économiques offerts par BATOCCUL à ses membres. Il peut être scindé en des objectifs spécifiques suivants :

· explorer les systèmes internes et des procédures organisationnels de BATOCCUL ;

· identifier les différents produits prônés par cette structure ;

· analyser ses produits tout en portant un jugement critique sur les déficits constatés ;

· suggérer quelques stratégies visant à améliorer les services proposés aux membres.

Ces analyses partent de l'hypothèse que les processus et des actions en ligne avec la mission de BATOCCUL favorisent un climat de bien-être viable de celle-ci vis-à-vis de ses membres, de ses employés et de la communauté camerounaise dans laquelle elle s'insère.

Notons que ce travail a une majeure limite induite du fait que nous n'avons pas obtenu des données nécessaires pour prétendre mener une étude empirique spécifiée. En effet, dans un tel travail, il serait indispensable d'utiliser des données sociales fiables déjà disponibles au sein de la structure, afin d'envisager une analyse robuste de l'étude de l'impact et des performances sociales. A cet effet, on aurait du par exemple mesurer, à partir d'un modèle économétrique spécifié, apprécier la probabilité d'aboutir à l'impact social souhaité. Ainsi, par défaut de ces données et dans le souci de mener à bien notre travail, nous avons simplement utilisé une méthodologie exploratoire (analytique) basée sur l'exploitation documentaire et la recherche des informations aussi bien au sein de BATOCCUL qu'ailleurs (sites web et articles de références en Micro finance). Au terme de l'examen de ces différents documents, nous avons suggéré quelques approches de solutions relatives à la problématique annoncée plus haut.

Le présent rapport de stage est organisé en deux parties : de deux chapitres chacune. Dans la première partie le premier chapitre est consacré au paysage de la micro finance au Cameroun. Il sera question ici de rappeler la définition du concept d'établissement de micro finance, l'historique de la micro finance au Cameroun. Et dans le deuxième chapitre nous présenterons les généralités sur les micro finances leurs opérations et leurs organisations.

Le premier chapitre de la deuxième partie est consacré à la présentation de la Caisse Populaire Coopérative de la ville de Bafoussam. Elle comprend : la fiche signalétique de BATOCCUL, ses produits et sa structure et fonctionnement et le deuxième chapitre analyse, critique et propose des suggestions ainsi que des perspectives à venir sur les services offerts aux membres par BATOCCUL.

sommaire suivant