WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Architecture SOA (Architecture Orientée Services ). Quelle source de valeur pour le Groupe Terrena?

( Télécharger le fichier original )
par Virginie ELIAS
Conservatoire des arts et métiers de Nantes - Pays de la Loire - Ingénieur CNAM en informatique 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.8 Les Faiblesses

1.8.1 Trop de standards tuent LE STANDARD

Au travers de la sécurité (WS-*), mais aussi des N versions de l'UDDI, des différentes possibilités de modélisation MDA, du WSDL, du BPM, et d'autres spécifications en cours d'écriture, la fuite en avant des standards est palpable. Une étude127(*) réalisée début 2007 par le Groupe Tests128(*) témoigne de ce manque de maturité ressentie par les décideurs sondés (#89), même si, trois quarts d'entre eux s'accordent à penser que leur SI en sera impacté dans les deux ans à venir. C'est là toute l'ambiguïté de SOA : « Prometteur » dans le sens où ce mode de pensée repose sur l'ouverture, mais c'est cette même ouverture « tous azimuts » qui constitue peut être une de ses principales faiblesses. Certains ajoutent qu'une couche technique de plus (par exemple la couche BPM) est source de code supplémentaire et donc un risque d'instabilité de plus.

C'est une des raisons pour laquelle un nouveau consortium est né en 2004 « Open SOA »129(*) réunissant les éditeurs majeurs tels que : BEA, IBM, ORACLE, SYBASE, SUN, RED HAT, SAP, IONA , PROGRESS, SOFTWARE ag etc... Une publication, fin 2006, apporte deux nouvelles spécifications :

q SCA (Service Component Architecture) : Le but est de simplifier la création et la composition des services en les rendant indépendants de leur implémentation. Cette spécification a été finalisée en mars 2007 et repose sur l'idée qu'un service de niveau N est construit par l'assemblage, l'agrégation ou l'orchestration de services de niveau N ou N-1.

q SDO (Service Data Objects) : L'objectif est d'exploiter de façon homogène les données de sources différentes.

Un autre consortium est très actif en matière de langage universel : le W3C. Même si le développement de XML date de 1996, et qu'il est devenu norme du W3C il y a dix ans, il ne s'agit pas là d'une technologie novatrice. Avant XML, SGML avait été développé au début des années 80 et était devenu norme ISO, 6 ans plus tard. SGML a été reconnu et intégré à de nombreux projets de documentation de grande taille. Les bases de XML reprennent à la fois les fondamentaux de SGML et de HTML, tout en rendant son utilisation plus simple.

Opter pour les standards du W3C est une sécurité de plus pour garantir un maximum d'interopérabilité parmi les trop nombreux standards. XML est libre de droit comme les autres spécifications du W3C aujourd'hui, il est le socle sur lequel repose RDF (norme de métadonnées, définissant formellement les terminologies de certains domaines (comme la distribution) permettant une communication sur la base d'une ontologie130(*)) et OWL.

* 127 Cf. source : http://www.01net.com/clubs/resultat_etude_soa.pdf.

* 128 Le Groupe Tests crée en 1966 à Paris, regroupe 01 Informatique, 01 DSI, Décision Informatique, Décision Distribution, 01 Réseaux, L'Ordinateur individuel, Electronique Internationnal etc...

* 129 Cf. Lien : http://www.osoa.org/display/Main/Home.

* 130 Ontologie : ensemble structuré des termes et des concepts d'informations (par l'utilisation de métadonnées d'un espace de noms, ou d'éléments d'un domaine de connaissances).

précédent sommaire suivant