WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Architecture SOA (Architecture Orientée Services ). Quelle source de valeur pour le Groupe Terrena?

( Télécharger le fichier original )
par Virginie ELIAS
Conservatoire des arts et métiers de Nantes - Pays de la Loire - Ingénieur CNAM en informatique 2009
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Sigles, Acronymes et Lexique de termes

3-tiers, architecture à trois niveaux est l'application du modèle plus général qu'est le multi-tiers. L'architecture logique du système est divisée en trois niveaux ou couches : présentation, métier, données.

A2A (Application to Application) : caractérise l'échange d'information entre deux applications de la même entreprise.

API (Application Programming Interface) : interface pour les applications permettant de communiquer.

B2B (Business to Business) : caractérise le type de commerce électronique conduit entre entreprises.

B2C (Business to Consumer) : caractérise le type de commerce électronique conduit entre une entreprise et une personne privée.

BAM (Business Activity Monitoring) : comprend l'acquisition, l'agrégation, l'analyse et la présentation en temps réel de données associées à des processus d'entreprise.

BEA MessageQ :

BPDM (Business Process Definition Metamodel): proposition de l'OMG.

BPEL : langage de description des procédures d'entreprise. Ce langage a été défini dans sa version 2.0 par une spécification du consortium OASIS à la fin du mois de mars 2007.

BPM  (business process managment) : approche consistant à modéliser informatiquement les processus métiers de

l'entreprise, aussi bien dans leur aspect applicatif qu'humain.

BPMI : Business Process Management Initiative) : consortium de standardisation.

BPML (Business Process Modeling Language) : langage basé sur XML, permet de modéliser les processus métier.

BPMN (Business Process Management Notation): premier standard du Business Process Management.

BRMS (Business rules management system) : système de gestion des règles métier

C/C++ : langage de programmation existant depuis 1985 et largement utilisé depuis 1995, non propriétaire, et permettant la programmation sous de multiples paradigmes comme, par exemple, la programmation procédurale, la programmation orientée objet.

CICS (Customer Information Control System) : système qui permet d'effectuer des opérations transactionnelles (en général consultation ou mise à jour de bases de données ou de fichiers) avec une très grande économie de moyens.

CIM (Computation Independent Model) : parfois appelé Business Model, il s'agit de représenter l'entreprise.

Architecture client/serveur : mode de communication entre plusieurs ordinateurs d'un réseau qui distingue un ou plusieurs postes clients du serveur (actifs): chaque logiciel client peut envoyer des requêtes à un serveur (passif).

COM (Component Object Model) : composant utilisé en programmation pour permettre le dialogue entre programmes, très présent dans le monde Microsoft Windows.

Communication asynchrone (Asynchronous Communication) : type d'échange non bloquant dans lequel une application envoie un message à l'autre sans attendre la réponse, afin que les applications puissent opérer indépendamment.

Communication synchrone (Synchronuous Communication) : type d'échange bloquant dans lequel une application envoie un message à l'autre en attendant la réponse, de telle sorte que les applications opèrent en dépendance.

Compensation : mécanisme de retour arrière par exemple lorsqu' un traitement de virement échoue en cours de route. Si un mouvement de débit a déjà été créé sur le compte d'origine, alors la compensation sera de créditer de la même somme le compte.

Datawarahouse : entrepôt de données qui se caractérise par des données orientées « métiers » (...) non volatiles (...) présentées selon différents axes d'analyse ou « dimensions ».

DTD (Document Type Definition) : document permettant de décrire un modèle de document SGML ou XML

EAI (Intégration d'applications d'entreprise) : architecture intergicielle permettant à des applications hétérogènes de gérer leurs échanges.

EAM (Enterprise Architecture Modeling) : outil de modélisation de l'architecture d'entreprise.

Eclipse : IDE libre d'IBM, fonctionnant à partir de plugin spécifiques.

EDI (Electronic Data Interchange) : échange de données électroniques organisées selon des messages à plusieurs niveaux, avec en-têtes de trois caractères et des codages longueur - champ, standardisé dans les années 80.

Edifact (Échange de données informatisées pour l'administration, le commerce et le transport) : norme des Nations unies décrivant des modalités techniques pour l'échange de données informatisé (EDI) dans différents secteurs industriels.

Endpoints : point d'accès à un service.

ERP (Enterprise Resource Planning) ou Progiciel de gestion intégré (PGI)

ESB (Enterprise Service Bus) : est une architecture fonctionnant comme un bus entre des clients et des fournisseurs de services

EJB (Enterprise JavaBeans) : Extension des JavaBeans permettant de réaliser des composants réutilisables sur n'importe quelle plate-forme Java.

ETL (Extract, Transform and Load) : technologie informatique permettant d'effectuer des synchronisations (« alimentation », « extraction », « transformation », « constitution » ou « conversion », souvent combinés) massives d'information d'une base de données vers une autre

FIX (Financial Information eXchange) : standard de message développé dans le but de faciliter les échanges d'informations relatifs aux transactions boursières.

Hash-coding : Technique logicielle permettant d'attribuer un emplacement de mémoire grâce à un calcul faisant intervenir directement l'Information à ranger ou à retrouver.

HL7 (Health Level 7) : standard qui devient internal, définissant un format pour les échanges informatisés de données cliniques, financières et administratives entre systèmes d'information hospitaliers.

Http (HyperText Transfer Protocol): dans le protocole de transfert Hyper Texte, une méthode est une commande spécifiant un type de requête demandant au serveur d'effectuer une action. Cette action concerne une ressource identifiée par l'URL qui suit le nom de la méthode. SSL est une forme sécurisée de HTTP.

Hub : point central où convergent les informations du système.

IBM WebSphere MQ, anciennement MQ Series est une famille de logiciels, développé par IBM depuis 1992. Service de messagerie inter-applicative (ou MOM : Message Oriented Middleware), permettant la communication entre différentes applications, via l'utilisation de files d'attente.

IDE (Environnement Intégré de Développement) : Outils se présentant comme un ensemble de consoles intégrées qui permet la gestion complète du cycle de vie des composants techniques et fonctionnels entrant dans la composition d'un système d'information conforme à une architecture SOA.

ITIL (Information Technology Infrastructure Library) : ensemble de 5 ouvrages recensant les bonnes pratiques en matière informatique (la dernière version : Version 3, est sortie en mai 2007). On trouve le berceau d'Itil en Angleterre dès la fin des années 1980. Le gouvernement Thatcher souhaite mettre en concurrence systématique les prestations informatiques internes des services publics avec l'offre du marché (Market testing).

Java : langage de programmation orienté objet avec la particularité principale que les logiciels écrits en java sont très facilement portables sur plusieurs systèmes d'exploitation tels que Unix, Microsoft Windows, Mac OS ou Linux avec peu ou pas de modifications.

JCA (Java connector architecture) : solution de J2EE pour résoudre le problème d'intégration entre le monde J2EE et le système d'information d'entreprise

JBI (Java Business Intégration) : spécification normalisant ces intégrations via un jeu d'API permettant à tout fournisseur de pouvoir se connecter à un conteneur JBI pour échanger des messages avec le reste du SI.

JMS (Java Message Service) : Interface Java standard d'accès à un système de messagerie (ex MOM) pour l'échange fiable de messages entre applications ou machines. Noter que JMS ne standardise pas le système de messagerie utilisé.

JVM (Java Virtual Machine, en français Machine virtuelle Java) : machine virtuelle permettant d'interpréter et d'exécuter le bytecode Java.

KAI (Key Agility Indicator) : notion d'évaluation de l'agilité avancée par Tami Cannizzaro, directeur SOA chez IBM.

Legacy System : vieux Mainframe plébiscités par les utilisateurs qui refusent parfois de changer d'application auxquels ils sont attachés

Liberty Alliance : aussi connu sous le nom de Project Liberty, projet réunissant depuis 2001 des acteurs industriels, informatiques, bancaires et gouvernementaux sous la forme d'un consortium afin de définir des spécifications de protocoles de fédération d'identité et de communication entre services web.

M2M (machine to machine) : technologie permettant des communications entre machines sans intervention humaine.

Mappage (mapping) : définition d'une correspondance entre deux objets de même nature mais pas de même forme.

MDA (Model driven architecture,) : Démarche de réalisation de logiciel, proposée et soutenue par l'OMG. C'est une variante particulière de l'ingénierie dirigée par les modèles. Le principe de base du MDA est l'élaboration de modèles indépendants de plate-formes (Platform Independent Model, PIM) et la transformation de ceux-ci en modèles dépendants de plates-formes(Platform Specific Model, PSM) pour l'implémentation concrète du système. Les techniques employées sont donc principalement des techniques de modélisation et des techniques de transformation de modèles.

MOM (Message Oriented Middleware) : système de messagerie pour la transmission de messages entre applications.

Monde clos : Hypothèse selon laquelle tout ce qui n'est pas dit est faux.

Netbeans : IDE libre en java édité par SUN et open source depuis 2000.

OASIS : consortium mondial qui travaille pour la normalisation et la standardisation de formats de fichiers ouverts basés notamment sur XML. Créé en 1993, il compte 3500 membres faisant partie de 600 organisations dans 100 pays. OASIS est structuré en groupes de travail appelés les Technical Committees.

OMG : organisme à but non lucratif, créé en 1989 à l'initiative de grandes sociétés (HP, Sun, Unisys, American Airlines, Philips...). Aujourd'hui, l'OMG fédère plus de 850 acteurs du monde informatique. Son rôle est de promouvoir des standards qui garantissent l'interopérabilité entre applications orientées objet, développées sur des réseaux hétérogènes.

Ontologie : cherche à représenter le sens des concepts d'un domaine et les relations qui les lient.

ORB : s'apparente à un bus permettant les échanges de messages entre objets.

Orchestration : système qui permet de superviser les chaînes applicatives dont les maillons sont des services.
L'orchestration assure la succession des tâches, le contrôle de la bonne exécution, les reprises en cas d'incident.

OW2 : ObjectWeb est un consortium actif d'industriels internationaux (INRIA, Bull, France Télécom, Thales Group ou Red Hat) engagé en matière de Commerce électronique, d'EAI, de Services web. Il s'engage sur le respect de standard de l'OMG (Object Management Group), le JCP (Java Community Process ), OSGi (Open Services Gateway initiative).

OWL : est un dialecte XML basé sur une syntaxe RDF. Il fournit les moyens pour définir des ontologies Web structurées.

OWL-S : OWL pour les services.

Pare-feu : élément du réseau, qui a pour fonction de faire respecter la politique de sécurité en définissant quels sont les types de communication autorisés ou interdits.

Parseur (Parser) : module analysant et décodant les balises d'un document XML afin de permettre à l'application utilisant ce parseur de traiter les données.

PDM (Plateform Description Model) : correspond au modèle de transformation du PIM vers le PSM.

Petals : bus d'entreprise orienté services (ESB) hautement distribué, construit sur les spécifications JBI. Le projet est dirigé par EBM Websourcing, et développé selon les orientations du consortium OW2.

PRA (Plan de Reprise d'Activité) : plan permettant d'assurer, en cas de crise majeure ou importante d'un centre informatique, la reconstruction de son infrastructure et la remise en route des applications.

QOS : La qualité de service (QoS, Quality of Service) est la capacité à véhiculer un type de trafic donné, en termes de disponibilité, débit, délais de transmission etc ...

RDF : langage de base du Web sémantique.

RDF-S : RDFS fournit des éléments de base pour la définition d'ontologies ou vocabulaires destinés à structurer des ressources RDF.

Référentiel de Méta-données : sert à décrire l'ensemble des règles, définitions, transformations et processus associés à une donnée.

Réification : action de transposer une abstraction en un objet concret.

Rose : Logiciel de modélisation UML édité par Rational Software. Il permet de générer automatiquement du code Java, C++ ou Visual Basic à partir du modèle objet.

RPC (Remote Procédure Call) : protocole permettant de faire des appels de procédures sur un ordinateur distant à l'aide d'un serveur d'application.

Scalabilité : capacité d'un composant à être utilisé sur des plates-formes beaucoup plus petites et plus grosses.

Service Web (Web Service) : groupe de fonctions accessibles par un client Web en SOAP, codées en WSDL.

Servlet : application Java qui permet de générer dynamiquement des données au sein d'un serveur HTTP.

SMA (systèmes multi-agent) : ensemble d'agents situés dans un certain environnement et interagissant selon une certaine organisation. Un agent est une entité caractérisée par le fait qu'elle est, au moins partiellement, autonome. Ce peut-être un processus, un robot, un être humain, etc...

SOAML (Service-oriented architecture Modeling Language) : Langage de modélisation SOA.

Soap (Simple Object Access Protocol) : protocole de RPC orienté objet bâti sur XML. Il permet la transmission de messages entre objets distants, ce qui veut dire qu'il autorise un objet à invoquer des méthodes d'objets physiquement situés sur un autre serveur. Le transfert se fait le plus souvent à l'aide du protocole HTTP, mais peut également se faire par un autre protocole, comme SMTP.

Taxonomie ou taxinomie : science qui a pour objet de décrire les organismes vivants et de les regrouper en entités appelées taxons afin de pouvoir les identifier puis les nommer, et enfin les classer.

Tuxedo (Transactions for Unix, Extended for Distributed Operations) : logiciel middleware destiné à gérer les transactions dans un environnement distribué pour systèmes Unix, conçu en 1983.

UDDI (Universal Discovery, Description and Integration) : spécification d'accès en langage XML à un catalogue de services offerts par des fournisseurs de services, permettant à un consommateur de services de localiser et d'obtenir les caractéristiques de services dont il a besoin afin de pouvoir invoquer les fournisseurs de ces services.

UML (Unified Modeling Language ou langage de modélisation unifié) : langage graphique de modélisation des données et des traitements. Pour approfondir : http://www.uml.org.

UPMS (UML Profile and Metamodel for Service) : spécification de l'OMG appliquée aux Services via les profils UML.

URI (Uniform Resource Identifier) : chaîne de caractères identifiant une ressource sur un réseau

Workflow : décrit le circuit de validation, les tâches à accomplir entre ldifférents acteurs d'un processus, les délais, les modes de validation, et fournit à chacun des acteurs les informations nécessaires pour la réalisation de sa tâche

WS-Federation : spécification développées par BEA Systems, BMC Software, CA, Inc., IBM, Layer 7 Technologies, Microsoft, Novell, définissant les mécanismes de sécurité.

WS-I (Web Services Interoperability) : consortium d'industriels de l'industrie du logiciel : BEA, IBM, Microsoft, Oracle, HP, SAP, INTEL et SUN) oeuvrant à la promotion de l'interopérabilité entre plate-formes par la rédaction des spécifications des Services Web annotés : WS-*. Le WS-I a été initié en 2000.

WSDL (Web Services Description Language) : normalisation regroupant la description des éléments permettant de mettre en place l'accès à un service web. Pour cela il utilise le langage XML, dans sa version 2.0 approuvé par le W3C.

W3C (World Wide Web Consortium) organisme de normalisation a but non-lucratif, fondé 1994. Consortium actif dans la promotion des technologies Web telles que HTML, XHTML, XML, RDF, CSS, PNG, SVG et SOAP, le W3C n'émet aucune norme, mais des recommandations considérés comme des standards industriels.

XMI (XML Metadata Interchange) : définit un format d'échange standard entre ateliers logiciels.

XML (Extensible Markup Language) : méta-language développé par le W3C permettant de définir des langages de marquage de documents ou de messages, au centre d'un ensemble de standards dédiés à la communication dans les systèmes d'information.

XPDL (XML Process Definition Language) : standard de la Workflow Management Coalition qui permet de définir un processus métier avec XML, pour ensuite l'utiliser dans un moteur de workflow.

XSD (XML Schema Description) : recommandation par le W3C en mai 2001 est un langage de description de format de document XML permettant de définir la structure d'un document XML.

Zero Latency : L'information doit ou est immédiatement disponible à un autre point du système.

précédent sommaire suivant