WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La finance islamique: évolution et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Rachid SOULEIMANI
Université Hassan II Casablanca Maroc - Licence fondamentale en sciences économique et gestion 2010
  

précédent sommaire suivant

CONCLUSION GÉNÉRALE

Nous sommes arrivés au terme de cette mémoire dédié à mettre la lumière sur le système financier musulman en théorie et de ses implications dans la pratique. Face à un monde occidental où parler de Dieu est devenu tabou et où la soumission à ses lois relève de l'aberration, il est étonnant de voir avec quelle obstination et quelle ténacité les économistes et financiers musulmans s'emploient à une adaptation viable de leur système avec leurs croyances, malgré la nature immuable de celles-ci.

Les règles régissant le système financier islamique sont claires et incontournables: le rejet absolu de l'intérêt comme loyer de l'argent et la recherche d'une harmonie entre le bien-être individuel et social. A cet effet, un système alternatif a commencé à se dessiner au début des années 40 pour aboutir, à partir des années 70, à l'apparition d'un véritable marché bancaire islamique.

Actuellement, en dépit des nombreuses difficultés internes et des obstacles posés par son environnement, le système financier islamique a réussi à franchir une première étape plus que décisive pour son avenir: plus de 30 ans de coexistence avec un système dominé par l'application du taux d'intérêt. Cependant, son avenir n'est pas encore totalement assuré, et les défis qu'il doit relever restent encore nombreux. L'expérience nous a montré que l'activité bancaire est l'une des fonctions commerciales les plus difficiles à pratiquer d'une manière religieusement acceptable.

Le contexte compétitif dans lequel les banques islamiques évoluent les a souvent obligées à rester confiner dans une attitude de mimétisme du système conventionnel; cette attitude les incite à promouvoir les instruments à court terme et peu risqués, tentant ainsi d'offrir à leurs clients des opportunités similaires à celles proposées par la banque conventionnelle. Ces circonstances, et d'autres en parallèle, ont éloigné les banques islamiques de leur rôle initial d'intermédiaires financiers basés sur le partage des profits et des pertes comme il est prévu par la doctrine islamique.

Une autre difficulté que rencontre le système financier islamique est le manque de coordination et de collaboration entre ses différents acteurs. Malgré que des débuts de solutions soient apportés par des associations telles que l'AAOIFI28(*) et la BID29(*), le chemin vers un résultat réellement effectif est encore long.

Après plus ou moins trente premières années d'existence, le système financier islamique se trouve actuellement dans une phase de transition dont l'aboutissement sera capital pour son avenir. S'il arrive à surmonter ses difficultés, il entrera probablement dans une nouvelle période de développement et pourra passer d'un phénomène de croissance à un système permanent et fermement établi.

Les perspectives qui s'ouvrent alors à lui sont nombreuses, parmi lesquelles la plus importante est assurément son intégration dans l'environnement économique occidental, tant américain qu'européen, qui ne manque pas, vu l'importance de la communauté musulmane dans ces régions, d'opportunités.

La conduite de cette étude nous a enfin permis de relever un certain nombre de thématiques encore trop peu traitées et qu'il incombe aux étudiants, chercheurs et professionnels d'explorer ; parmi lesquelles :

La nécessité d'innover, sans répliquer, en matière de montages financiers « Sharia Compliant » afin d'offrir aux investisseurs la gamme la plus large en termes de produits de placement et d'investissement mais également en termes d'instruments de couverture des risques.

La nécessité d'imaginer des indicateurs de mesure de performance propres aux investissements « Sharia Compliant ». En effet, nous avons souligné, au cours de sections précédentes, la question de la pertinence des outils classiques de mesure de performance lorsqu'adressés a l'investisseur musulman.

La question de ce que nous appellerons la « Prime Sharia ». Les professionnels de la Finance Islamique semblent en effet relever un attachement plus fort de la clientèle retail a l'aspect religieux des produits financiers relativement a la clientèle corporate qui semblerait considérer l'aspect religieux comme un bonus relégué au second plan face a la performance. Dans le cas de l'asset manager, quelle est la marge de manoeuvre ? Au-delà de quel niveau de sous-performance risque-t-il de voir fuir ses clients vers un produit conventionnel ?

.

La nécessité de mettre en avant le caractère profondément éthique d'une Finance Islamique encore trop étiquetée

L'ensemble des observations ci-dessus laisse entrevoir un avenir radieux a la Finance Islamique, tant au plan professionnel que de la recherche académique, et ce à l'échelle internationale.

* 28 _ AAOIFI - Accounting and Auditing Organization for Islamic Financial Institution

* 29 _ Banque interaméricaine de développement

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.