WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Problématique du financement extérieur et ses corollaires sur la croissance économique en RDC de 1980 à  2009

( Télécharger le fichier original )
par Rémy MUNGANGA SHUNGI
Université de Kisangani RDC - Licence en sciences économiques 2011
  

précédent sommaire suivant

I.1.3. Liminaires théoriques de la croissance économique

La croissance économique peut être définie comme l'évolution à moyen et long terme du produit total et surtout du produit par tête dans une économie donnée. C'est un concept étroit et exclusivement quantitatif, auquel on préfère parfois le concept beaucoup plus étendu du développement qui prend en compte les aspects qualitatifs que l'approche quantitative néglige par nature.

Selon Jean Magnan de Bornier, l'analyse de la croissance implique deux grands types de problèmes : celui du déclenchement d'une part, et celui du rythme ultérieur de la croissance d'autre part.

1. Le déclenchement de la croissance correspond à un ensemble de modifications structurelles de l'économie qui permettent de passer d'une économie essentiellement statique se reproduisant quasiment à l'identique d'année en année, et centrée sur la production agricole ; à une économie progressive dont l'industrie se développe et attire une proportion de plus en plus large des ressources productives.

« C'est la phase de la révolution industrielle ou « décollage » (take-off) dans les étapes de la croissance économique de ROSTOW.30(*)

2. Le rythme de la croissance, après ce premier épisode, correspond au taux de croissance de la production et du revenu sur une période plus ou moins longue ; il s'agit d'expliquer le « taux de croissance moyen » en laissant de côté les variations conjoncturelles qui au regard du long terme ne sont que des accidents.

I.1.3.1. Croissance et bien-être social 31(*)

Une croissance économique rapide est généralement considérée comme le principal indicateur du développement. Plus significatif, à cet égard, est le bien-être social, y compris la consommation, le développement humain et la durabilité de l'environnement ainsi que leur qualité, leur distribution et leur stabilité. Le plus souvent, la croissance du revenu par tête et les améliorations du bien-être social vont de pair.

I.1.3.2. Le pessimisme et l'analyse moderne de la croissance32(*)

La croissance économique est, dans une perspective historique, un phénomène récent. L'analyse économique a d'abord émis un avis très pessimiste sur son devenir. Les classiques aussi bien que MARX prévoyaient un arrêt du processus. Les économistes Keynésiens comme ROY F. Harrod l'analysaient comme un phénomène fondamentalement instable et considéraient la possibilité du plein emploi comme hautement improbable. La théorie néo-classique de la croissance débouche au contraire (sous l'impulsion des travaux de Robert M. SOLOW) sur des conclusions optimistes en la matière. Le plein emploi et la stabilité de l'expansion seront réalisés à condition de respecter les lois du marché.

Les théories récentes permettent de sortir de la fiction du caractère exogène du progrès technique et tentent d'expliquer le caractère autoentretenu de l'augmentation de la production.

Quoi qu'il en soit, les nouvelles théories de la croissance qui sont apparues dans les années quatre-vingt sous l'impulsion des travaux de Paul Romer ont tenté de la surmonter les contradictions que nous venons de mettre évidence.

Leur point de départ est que les rendements des facteurs ne sont pas décroissants lorsqu'on prend en compte les synergies et externalités qui apparaissent quand on accumule en même temps plusieurs facteurs de production.33(*)

* 30 ROSTOW WW., Les étapes de la croissance économique, 3ème éd., Economica, Paris, 1997, p.44.

* 31 VINOD THOMAS et alii, Qualité de la croissance, Banque Mondiale-de Boeck, Bruxelles, 2002, p.29.

* 32 LECAILLON J-D. , LEPAGE J-M. et CHRISTIAN O., Economie contemporaine : analyse et diagnostics, De Boeck, Paris-Bruxelles, 2004, p.220.

* 33 GENEVIEVE GRANGEAS et Alii, Macrodynamique : La croissance, Cujas, Paris, 1995, p.199.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.