WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse des centres sportifs locaux en Belgique

( Télécharger le fichier original )
par Lotfi Khalfat
Université Pierre Mendès France Grenoble - Master 2 économie internationale et globalisation 2009
  

précédent sommaire suivant

C. Le centre sportif sous forme de RCA comme lieu de formation sportive

Actuellement, dans la plupart des communes, il n'y a pas de service ou de maison des sports. La plupart du temps, tout est pris en charge par l'échevin des sports.

Parallèlement à ce constat, un centre sportif local pourrait constituer une réelle opportunité pour centraliser les compétences et les projets à caractère sportif.

1. Formation et implication des jeunes dans leur centre sportif

Reprenons l'exemple de Grez-Doiceau où nous avons vu que des étudiants seraient engagés comme « agents d'accueil ». Ces étudiants viendraient en fait uniquement épauler le coordinateur pour assurer la permanence du centre sportif.

En effet, pour l'Echevin des Sports, le rôle de la commune n'est pas vraiment de faire de l'animation sportive. S'il est vrai que classiquement ce rôle est endossé par des asbl et des clubs privés, ceux-ci rencontrent d'énormes problèmes d'encadrement lors de la mise en oeuvre des programmes d'animation. Les bénévoles se font rares et les entraîneurs compétents aussi.

Dès lors, pourquoi ne pas imaginer que le centre sportif puisse assumer le rôle de structure de formation (au minimum d'information) pour les jeunes de la commune à travers des formations d'animateur sportif préparant à l'obtention de brevets ADEPS ou autres. A terme, ces activités sportives (développées par le centre sportif ou par les clubs) seraient génératrices d'emplois pour les jeunes.

L'animation sportive peut être envisagée de deux manières. Elle peut l'être soit au travers des clubs, soit directement par le centre sportif pour pallier les manquements constatés.

Les deux ne sont-elles pas compatibles ?

2. Le lieu de réflexion sur la problématique du sport

Plus qu'une simple infrastructure sportive, le centre sportif local pourrait être un organe de coordination de la politique sportive communale. Celui-ci pourrait donc prendre en charge les projets sportifs et le développement de l'image de la commune comme entité sportive.

En considérant le centre sportif de la sorte, on envisage les activités physiques et sportives dans leur acception la plus large.

Il s'agirait de couvrir la gestion administrative du centre sportif dans sa globalité, la gestion des équipements sportifs sur toute une commune mais aussi l'animation par le développement des programmes ADEPS « sport pour tous », l'aide aux clubs et aux sportifs de haut niveau, l'organisation d'événements, etc.

Il est essentiel, dans cette optique, de considérer le sport comme un opérateur interdépendant parmi d'autres (santé, tourisme, etc.) et non comme un opérateur isolé. Le centre sportif local pourrait ainsi devenir un lieu de réflexion sur le sport et sur toutes les activités interdépendantes.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.