WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Approche psychosociale du comportement alimentaire des étudiants Aixois

( Télécharger le fichier original )
par Julie Boussoco
Université de Provence Aix en Provence - Licence psychologie sociale de la santé 0000
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2. Mangeur, alimentation et santé

Avant, le mangeur se souciait de savoir s'il allait pouvoir se nourrir. Actuellement, dans les sociétés industrialisées, la préoccupation n'est plus de trouver à manger, mais de savoir comment manger, que choisir. Selon Fischler l'acte alimentaire a toujours été marqué par l'anxiété, l'incertitude, sous deux formes : celle du poison et celle de la pénurie. (Fischler, 2001).

Comme on l'a remarqué ci-dessus, actuellement, la pénurie est presque oubliée et, avec le développement de la production alimentaire et des nouvelles technologies, ce que craint désormais le consommateur, ce sont les poisons. Poisons bien réels, d'une part, avec les produits toxiques : additifs, colorants, agents conservateurs, pesticides, etc. Et « poison d'abondance » d'autre part : l'abondance d'aliments effraie, le consommateur ne sait plus que choisir.

Cette problématique du choix des aliments à fait émerger différentes vagues de discours au cours de ces dernières années : Selon une analyse systématique du discours sur l'alimentation (Defrance, Alyette. 1994), principalement à travers la presse généraliste (Elle, Le Nouvel Observateur et Le Monde), les préoccupations des Français ont évolué entre 1971 et 1991. Les années soixante-dix ont vu l'émergence d'un discours alimentaire restrictif (il s'agissait alors de manger moins), tandis qu'au début des années quatre-vingt sont apparues dans les médias l'idée de manger vite, puis l'idée de manger allégé (« manger sans »). Les années quatre-vingt-dix ont développé le thème du « manger juste ». Au cours de cette dernière période, plusieurs idées ont émergé du discours médiatique comme « équilibrer son alimentation », « valoriser les aliments-santé », « valoriser les produits du terroir ». Une prise de conscience des bienfaits d'une alimentation équilibrée semble de plus en plus se dessiner au sein du grand public et des décideurs politiques. Cependant, L'État, les médecins, les industriels, la publicité, les médias contribuent à une confusion de prescriptions et de mises en garde dans laquelle ils ne parviennent pas, ou ils parviennent difficilement, à s'accorder. Le mangeur est un peu perdu face à cette « cacophonie diététique » (Fischler, C. Taieb, R. 1993) et fait alors « à sa sauce », prenant un peu du discourt de l'un, un peu du discours de l'autre.

Pour faire face, dès 1999, à la demande de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité et du secrétaire d'État à la Santé, le Haut Comité de la santé publique (HCSP) a entrepris une réflexion sur le thème « Santé et nutrition ». Ce travail a abouti à la production d'un rapport intitulé « Pour une politique nutritionnelle de santé publique en France : enjeux et

propositions. » Il a notamment été démontré que l'alimentation intervenait dans la santé. En effet, la nutrition est un facteur influençant les maladies cardio-vasculaires, certains cancers (facteur de risque ou facteur protecteur selon les maladies), et jouant un rôle majeur dans le développement de l'obésité et la régulation du diabète.

Le Programme national nutrition santé (PNNS) est alors élaboré, puis lancé par le ministre de la Santé pour une durée de cinq ans afin d'asseoir un ensemble cohérent de messages validés. Le PNNS est actuellement reconduit sous le nom de PNNS 2. Depuis 2001, les pouvoirs publics mènent de nombreuses campagnes d'information qui ont pour objectif de développer la connaissance des recommandations nutritionnelles du PNNS et de favoriser l'adoption de comportements nutritionnels favorables à la santé.

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net