WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Apéritif et sociabilité. Etude de la consommation ritualisée et traditionnelle de l'alcool

( Télécharger le fichier original )
par Anaàs Gayot
Université d'Aix-en-Provence - Master 1 d'anthropologie sociale et culturelle 2007
  

précédent sommaire suivant

3 - Le concept de "gastro-anomie"

Un concept mis en valeur et fort exploité par les anthropologues ressort : la "gastro-anomie"109(*). La déstructuration des modèles standards du repas et des habitudes alimentaires traditionnelles est favorisée par la société moderne et industrialisée. Jean-Pierre Poulain, reprenant le raisonnement de Claude Fischler, distingue deux grandes structures comportementales : "le commensalisme alimentaire" _ dans lequel le repas est fortement ritualisé par la structure sociale _ et "le vagabondage alimentaire" _ où les prises alimentaires sont fractionnées et individualisées110(*). Face à cette réalité, on peut se demander où se situe le moment de l'apéritif et quel est son avenir dans une société où les pratiques individuelles progressent ? L'enjeu économique prend une place prépondérante dans ce phénomène social.

4 - La structuration du temps

Dans ce système aux enjeux socio économiques, la notion de l'espace temps111(*) est impérative en anthropologie de l'alimentation. Se nourrir demande une organisation spatiotemporelle quotidienne. Effectivement, les usages par lesquels s'organisent et se structurent la société sont soumis aux rythmes sociaux définis par les deux états de la société : celui du temps de travail et celui du temps libre. Le repas (comme le moment de l'apéritif), ponctue la journée, ce que les chercheurs tentent d'analyser dans l'ouvrage Le temps de manger : Alimentation, emploi du temps et rythmes sociaux112(*). Le rapport entre les besoins physiologiques et les rythmes sociaux fait ainsi l'objet de nombreux questionnements. Pourtant, si les boissons alcoolisées ne sont pas indispensables aux besoins de l'organisme humain, l'alcool, comme le souligne Henriette Touillier-Ferabend113(*), est un aliment qui structure socialement le temps.

L'anthropologie sociale et l'anthropologie de l'alimentation ouvrent de nombreuses portes à notre réflexion. L'apéritif, en tant qu'aliment, est un produit et un acte culturel qui structure socialement le temps par ce que l'on nomme les "pauses" du quotidien. Il est parfaitement intégré à la vie collective française. Sa vulgarisation dans les manuels de cuisines (comme nous l'avons vu précédemment) et dans les manuels de savoir-vivre (ce que nous traiterons plus loin) en est la preuve.

b- La philosophie du savoir-vivre

L'apéritif, en tant que moment de convivialité et de sociabilité, entre dans le champ des bonnes manières de vivre. Les relations sociales sont soumises à des règles, des bonnes et des mauvaises façons de se conduire sont énoncées pour vivre en conformité avec la société à laquelle on appartient.

* 109 _ FISCHLER, Claude. 2001. Op. Cit.

* 110 _ POULAIN, Jean-Pierre. 1997. Op. Cit., p. 21.

* 111 _ La 3ème partie consacre un chapitre à cette notion.

* 112 _ AYMAR Maurice, GRIGNON Claude, SABBAN Françoise (dir.). 1993. Le temps de manger : Alimentation, emploi du temps et rythmes sociaux. Paris : La Maison des sciences de l'homme.

* 113 _ TOUILLIER-FERABEND, Henriette. 1997. « Des images pour consommer ». In J. Cuisenier (dir.) : Ethnologie française, Pratiques alimentaires et identités culturelles. Paris : Armand Colin.

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.