WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Apéritif et sociabilité. Etude de la consommation ritualisée et traditionnelle de l'alcool

( Télécharger le fichier original )
par Anaàs Gayot
Université d'Aix-en-Provence - Master 1 d'anthropologie sociale et culturelle 2007
  

précédent sommaire suivant

II - L'apéritif, un champ d'étude vaste à explorer

La consommation ritualisée et traditionnelle de l'alcool peut être étudiée sous divers angles. Notre intérêt anthropologique pour l'aspect convivial et sociable d'une pratique telle que l'apéritif réduit cette infinité de points de vue. Le champ d'étude reste vaste et il est impossible d'analyser toutes les perspectives en profondeur. On peut néanmoins envisager quelques possibilités d'ouvertures. De nombreux points périphériques touchent chaque objet d'étude. Trois points, dont il aurait été captivant d'approfondir la recherche, ont attiré mon attention. Les comportements régionaux, le don et les limites supposées par la pratique sociale sont des thèmes parfois effleurés par la bibliographie entreprise. Ils méritent d'être succinctement repris.

A - La personnalité régionales des manières de boire

La documentation aborde, souvent de façon superficielle et fugitive, les goûts et les attitudes régionaux. Je vais tenter de les mettre en avant. Il me semble qu'une étude plus approfondie des pratiques actuelles pourrait nous apprendre beaucoup sur les particularités régionales.

a- De nettes oppositions

Étrangement, la recherche bibliographique m'a souvent amenée vers deux directions dans les manières de boire. La première est consacrée à l'alcoolisme des bretons et la seconde au boire et au manger en Méditerranée. Ce sont deux régions de France très distinctes par leur opposition géographique, les influences que cela suppose, leur climat (favorisant telle ou telle production) et forcement dans les pratiques sociales comme dans les manières de concevoir la vie. Les différences et les manières de boire locales sont-elles si éloignées au sein d'un même pays ? Peut-on définir une identité culturelle d'un lieu, au travers ses manières de boire et de son alliance avec un breuvage plus qu'avec un autre ? Étudier le moment de l'apéritif en tant qu'acte de sociabilité est un excellent moyen de mettre en évidence et en comparaison ces divergences. Ces dernières, supposées par la relation particulière à l'alcool, s'exprimeraient avec l'"âge", le "sexe", les "groupes professionnels et sociaux", d'une part, et d'autre part "selon les productions, cultures et traditions régionales et nationales" nous explique Guy Caro205(*). Les sociologues et anthropologues constatent effectivement des différences significatives entre les régions, sans que, précise Lionel Obadia, "ces variations ne trouvent statistiquement d'explication"206(*). Il serait donc intéressant de recourir à des descriptions fines des manières de faire. Les particularités régionales pourront être évaluées à travers l'observation des habitudes, des traditions et des moments de consommation.

* 205 _ CARO, Guy. 1990. « La complexité des manières de boire et des problèmes d'alcool ». In G. Caro (dir.) : De l'alcoolisme au Bien Boire, tome 1. Paris : L'Harmattan, p. 69.

* 206 _ OBADIA, Lionel. 2006. Op. Cit.

précédent sommaire suivant