WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2-les chorfas : Une légitimité sur la base de descendance prophétique

Parmi les privilégiés au Maroc, on trouve les chorfas, ils bénéficient d'un régime de faveur. Ils sont originaires des familles chérifiennes. Au Maroc, on relève deux principaux groupes de chérifs, descendants du prophète : les Alaouites qui, depuis 1668 ont accédé au pouvoir, et les Idrissides qui montent à la première dynastie ayant gouverné le Maroc. On trouve aussi des chorfas, venant de l'étranger, les skalis, les irakis. Au début, ils recevaient des dons de l'Etat, en plus de l'aumône et concessions foncières. Ils n'étaient soumis à aucun impôt, ni à autres charges aux quelles sont soumis les bourgeois. Ils sont des hommes élevés sur d'autres, par l'hérédité à l'instar des membres des autres groupes. Fortunés par la naissance, ils étaient considérés comme des symboles de l'unité marocaine, de la libération tribale et de la détermination à résister aux invasions étrangères. En outre, ils ont joué un rôle d'intermédiaire entre le pouvoir et les tribus, les individus qui ont commis des pèches recourent au chérif pour s'excuser. Ils interviennent dans les conflits les plus graves ; on ne pouvait rien leur refuser. Ils étaient un élément de stabilisation et de concorde. Il n'y a pas une tribu où n'étaient pas essaimés les hommes qui portaient la bonne parole et qui étaient des témoins de la moralité de leur époque79(*). Avant de passer aux commandes des grandes affaires publiques, ils recevaient des subsides de l'Etat, ils bénéficiaient des concessions foncières et des offrandes apportées par la piété publique. Aucun impôt ne les atteignait, ni aucune charge pesant sur les autres bourgeois du pays80(*). Les chorfas ne présentent aucun danger pour le pouvoir, mais ils continuent, à l'instar des autres héritiers, de bénéficier des bienfaits du pouvoir. Ce qui constitue un autre fardeau qui pèse sur les masses, et enraye leur aspiration à bénéficier eux aussi des richesses de la nation. Bien que ces héritiers disposent de ressources diverses, ils font recours aux mêmes pratiques pour une exploitation optimale de leurs potentialités matérielles et immatérielles.

* 79 - Lahcen Brouksy, Makhzénité et modernité, révolution tranquille d'un roi, éditions El Maarif El Jadida, Rabat, 2002, p. 112.

* 80 -Ali Benhaddou, op. cit, p. 23.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net