WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

b- le facteur de l'appartenance géographique

Aussi, le facteur géographique, est d'une efficacité considérable, pour analyser les phénomènes politiques, notamment celles afférant à l'étude des élites. Le Maroc, n'est pas géographiquement homogène, aux oppositions côte atlantique-intérieur, nord-sud, zone espagnole-zone française, s'ajoute la réplique entre ville et compagne. Les ministres des gouvernements qui ont succédé au Maroc, représentent ils toutes les villes et régions du pays. L'origine géographique des ministres révèle un déséquilibre entre les villes du royaume. En effet, les cités de Fès, Rabat, Casablanca et Marrakech viennent en tête des villes représentées par des ministres au sein du gouvernement. De même, le recrutement du personnel politique marocain est en grande majorité urbain107(*). Pourtant les villes de Casablanca et Agadir ont été mal représentées, malgré leur poids économique et démographique. En effet, de la forte proportion des citadins dans les gouvernements, la vie politique apparaît ainsi, comme une vie de cité, une vie urbaine, les ruraux y participent peu.

c- l'origine sociale 

La connaissance de l'origine sociale, définit par la situation professionnelle de leur parent, un autre critère peut élucider la recherche, les écoles et instituts où ces personnalités ont suivi leurs études. Cette étude permet de vérifier, si le système d'élitisation permet l'ascension des individus originaires des classes inférieures, ou que l'élite est fermée et ne tolère aucun changement en son dehors. Sur la base des critères précédemment cités, l'origine sociale reflète trois niveaux. Bien que certains ministres relèvent d'origines modestes, l'élite politique marocaine relève dans son ensemble des classes sociales aisées, ou de celles situées entre grande bourgeoisie et moyenne bourgeoisie d'affaires. L'étude de l'élite ministérielle n'enseigne sur l'existence d'aucun facteur manifeste de différenciation entre les trois niveaux de rangement des origines des ministres, mais la marginalisation des élites rurales et populaire est signifiante. Même au niveau des postes ministériels, les ruraux se chargent des ministères d'une importance moindre, alors que les plus importantes sont accordées à des éléments de l'élite urbaine108(*). Enfin, il est digne de signaler que dans le contexte marocain, où règnent les idées archaïques, dévalorisant la femme, l'élite ministérielle est foncièrement masculine, les femmes sont faiblement représentées.

* 107 - Lhachmi Berrady, La formation des élites politiques Maghrébines, op.cit, p. 145.

* 108 - Pierre Vermeren, la formation des élites, op. cit, p. 202.

précédent sommaire suivant