WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Section 2 : l'hérédité et les possibilités de transmission des ressources politiques

L'hérédité en politique est  la transmission parentale des mandats électifs, des postes et positions dans la hiérarchie du pouvoir.  La parenté recouvre aussi, un ensemble de rapports que des groupes sociaux donnés reconnaissent comme des liens entre individus, pour autant que ces liens soient issus du mariage et de la descendance. Cette relation établit ainsi entre les individus, des liens personnels fondés sur le sang et l'alliance, qui dessinent sur un territoire donné ou dans un domaine déterminé et sur une longue période, des réseaux sociaux. Elle est aussi un ré-encastrement du politique dans le social142(*). Partant de l'origine traditionnelle de la société marocaine, l'hérédité se situe au centre de la société, elle traverse toute la société, les élites marocaines s'attachent aux structures du passé qui fondent l'organisation primitive de leur pouvoir. Les dirigeants marocains se présentent comme des serviteurs de la société, en réalité ils ne font que légitimer leurs statuts acquis ou transmis. Ils appliquent la loi d'airain dans toutes les organisations, pour perdurer leur pouvoir conquis depuis des décennies, ils ne sont pas prêt à céder leur place ou la moindre prérogative personnelle de leur fonction143(*). Le phénomène de la transmission héréditaire est enraciné dans la pratique politique, les formes modernes de la compétition électorale n'a pas réduit le poids de cette pratique. Au contraire, les dynasties qui, depuis le XVII ème siècle régnaient sur les grands appareils économiques, bureaucratiques et politiques de l'Etat, continuent de le faire encore. L'hérédité se révèle, une piste plus féconde, l'élection est indirecte, elle est au deuxième degré puisque c'est l'origine sociale et l'appartenance à une grande famille qui est déterminant144(*).

Paragraphe 1 : l'hérédité : une ressource politique

La structure sociale est caractérisée par l'inégalité qui constitue son premier élément, et présente deux formes très différentes : inégalité individuelle et inégalité sociale entre classes ou castes. Mais chez les animaux, l'inégalité reste strictement personnelle145(*) . Au sein des sociétés humaines, les inégalités individuelles sont l'apanage des inégalités collectives, les gens du haut de l'échelle y parviennent en partie parce que leurs parents étaient eux même en haut de l'échelle sociale. Ils réussissent en général à maintenir leurs fils en haut de cette échelle ou à les empêcher à descendre trop en bas. En revanche les gens dont les parents se situent en bas trouvent une difficulté plus grande à parvenir à une situation plus grande. L'apologie des castes repose sur l'idée que les habitudes acquises chez les parents, tendent à constituer autant d'aptitudes innées chez les fils. « Il est vraisemblable que les qualités professionnelles non seulement se fixent, mais se majorent là ou les fonctions sont transmises avec le sang, cette transmission héréditaire est admise par les structures sociales »146(*).

Dans le contexte marocain fidèles aux traditions de conservatisme politique mêlé d'un libéralisme de façade, les institutions stratégiques du pouvoir, tombées, après le départ du protectorat, entre les mains des élites bourgeoises, deviennent un héritage que seuls les héritiers issus de ces mêmes franges de la population, peuvent bénéficier de leurs ressources et privilèges, au détriment d'une majorité délaissée proie à la pauvreté et l'ignorance147(*). Les élites traditionnelles deviennent alors des héritiers (B) du sort de l'Etat. Cet héritage (A) introduit la vie politique dans l'inertie et l'invariance.

* 142 -Offerle Michel, « usage et usure de l'hérédité en politique », in revue française de science politique, 43e année, n° 5, 1993. p. 851.

* 143 - Ali Benhaddou , op. cit, p .95.

* 144 -Offerle Michel, op.cit, p .852.

* 145 - Maurice Duverger, Sociologie de la politique, op.cit, p.164.

* 146 -Offerle Michel, op .cit, p. 852.

* 147 -Ibid, p. 853.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net