WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

A- Transmissions héréditaires 

Les conditions de possibilités des transmissions héréditaires, sont inhérentes à la professionnalisation et l'autonomisation du politique. Car l'héritier peut bien avoir des prétentions propres et intérioriser le sentiment de son pouvoir et de son devoir. Encore faut il que cette offre de service de l'héritier rencontre des dispositions auprès du sélecteur (pouvoir). Pour qu'il y ait des héritiers, encore faut il qu'il y ait des héritages. C'est-à-dire que des sources de la société, admettent les mérites d'un temps de la communauté assumé par la continuité d'une dynastie. Encore, il faut que les conditions sociales qui rendent possible et autorisent cette croyance, puissent perdurer156(*). Dans une société traversée par les pratiques traditionnelles du pouvoir, il semble que tout se ligue pour sauvegarder l'immobilisme politique. La politique, de part ces pratiques, va longtemps rester encastrée dans le social. La famille constitue la pierre angulaire de ce système, elle continue à produire les instruments de compréhension, d'organisation et de légitimation du politique, au même titre, elle incarne aussi la force des croyances communes sur l'hérédité. Les possibilités d'utiliser les relations de parenté dans les transactions politiques, dépendent d'un ordre de représentation culturellement partagé par les élites. Le système politique marocain d'essence traditionnel, attribue un rôle particulièrement important à la famille et à l'hérédité, de ce fait les élites qui cherchent à se maintenir au pouvoir, voient en elle, un outil efficace. Facteur qui entache l'action du pouvoir de l'immobilisme, l'idée même du changement effraye les dirigeants157(*). Persuadés d'être nés pour diriger, ils ne supportent ni la contradiction, ni la critique, ni même le débat d'idées. En vérité, ils craignent les conséquences du changement. Car celui-ci devait imposer le renouvellement des élites sur des critères professionnels ou politiques, il aurait pour première conséquence de casser les monopoles, de briser les héritages et les privilèges158(*), qui pendant un demi siècle se sont développés par suite de concentration de pouvoir aux mains d'une minorité d'individus stratégiquement placés.

En résumé, la construction et l'usage de la parenté sont isomorphes dans le temps et dans l'espace, les tribus Zayane du XIX ème siècle ne sont pas celles d'aujourd'hui, certes la tribu a perdu beaucoup de son influence, mais les réseaux familiaux constituent encore des entreprises politiques capables de mobiliser des ressources sociales. Les héritiers se situent sur un continuum de ressources avec, à un pôle, le patrimoine familial et, à l'autre, des capitaux collectifs garantis par l'usage du sigle partisan. L'imbrication des ressources qui donnent accès à l'élite du pouvoir peut d'ailleurs empêcher d'isoler les effets propres d'un des facteurs, même si elle ne dispense pas de s'interroger sur les mécanismes de son efficacité. La transmission de la gestion des affaires économiques, politiques, administratives ou sociales, présentent des signes concrets de l'intercession du familial dans le politique. « Ce rapport apparaît ainsi comme un objet mutilé, puisqu'il ne couvre que l'aspect le plus visible de l'influence de la famille et des réseaux familiaux, et parce qu'il n'incite pas à réfléchir sur la spécificité des liens familiaux par rapport aux autres liens »159(*).

* 156 -Jean Louis Briquet, « La tradition en mouvement », in clientélisme et politique en corse, éditions Belin, 1997, p .114.

* 157 - Philippe Garaud, la carrière politique et les maires urbains, L'Harmattan, 1989.

* 158 - Ali Benhaddou, op. cit. p. 85.

* 159 -Marc Bételès et Martine Segalin, Jeux de familles, op.cit, p. 26.

précédent sommaire suivant









La Quadrature du Net