WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Essai sur les élites traditionnelles au Maroc

( Télécharger le fichier original )
par El Mostafa AAOURDOU
Université Moulay IsmaàŻl Meknes - Maroc - Master en science politique 2012
  

précédent sommaire suivant

2- Des partis administratifs 

La stratégie du pouvoir au Maroc, consiste à pénétrer la société via ses institutions. Celui-ci réussit en plus du contrôle de la vie politique du pays, à assurer la gestion, la direction et sa participation à la définition de l'aspect politique de l'Etat. La multitude partisane instaurée au Maroc a été transformée en un instrument du pouvoir. Il s'en servait pour s'assurer le contrôle, le récolement et la limitation des ambitions des partis politiques. L'Etat intervenait directement ou indirectement pour la création de nouvelles formations, à travers des personnalités proches du pouvoir. Des organisations partisanes fassent jour à l'occasion des élections législatives et emportent des majorités confortables49(*).

Leurs dirigeants entretiennent des relations étroites avec les hautes autorités de l'Etat, et n'adhèrent à aucune idéologie. Après sa création, le parti adopte une orientation idéologique, même si ses dirigeants n'en sont pas totalement convaincus. C'est le cas du mouvement populaire qui a annoncé sa détermination à réaliser un socialisme islamique sans présenter une définition de ses termes. Le socialisme était idéologie de ces partis au moment où il gagnait du champ50(*). Aussitôt, ils changèrent cette orientation, et le libéralisme redevient leur idéologie au cours des années 1980. Les partis de l'administration vivaient le vide idéologique et souffraient de conflits intestins animés autour de leadership, qu'en est-il des partis issus du mouvement national.

3- les partis issus du mouvement national

Il s'agit des partis qui ont participé à la lutte pour la récupération de l'indépendance du Maroc. A l'instar des formations marocaines, caractérisées par le tribalisme, ces partis sont aussi ravagés par des rivalités internes. Cela n'est pas surprenant, Ibn Khaldoun a attribué aux élites maghrébines, le caractère de tribalisme. 51(*) Les partis politiques marocains ont marqué un désintérêt envers l'idéologie. La scission de l'U.N.F.P. en 1959 a révélé cette question, les dirigeants de ce nouveau parti ont prétendu que des rivalités d'ordre idéologiques étaient derrière leur scission. Les partis du mouvement national étaient porteurs d'une idéologie et fortement hiérarchisés, avec des sections essaimées au long du territoire national comme ils recouraient au recrutement des masses, ce qui les poussent à demander de prendre le pouvoir.

Les militants de ces partis ne reçoivent pas les mêmes traitements. Le niveau intellectuel, la situation et l'origine sociale en plus de l'ancienneté et de la popularité, déterminent le rang à occuper au sein de leurs partis.

Les formations politiques issues du mouvement national, souffrent de l'absence de la démocratie. L'esprit de camaraderie et des clans pèsent lourdement sur les structures partisanes, les rivalités personnelles l'emportent sur tout rapprochement idéologique, et la segmentation se fait de place. Facteur qui facilite l'intervention du makhzen et la mise en oeuvre de sa politique de division. Celui-ci déploie des mécanismes de freinage et de domestication des partis pour assurer la pérennité d'un système où il est la clef de voute. Ces partis garrotés par tous les maux de la tradition, peuvent ils réaliser le changement ? Ces formes héréditaires et d'hérédité, ne constituent elles naguère des obstacles à la démocratisation du système ?

* 49 - Pierre Vermeren, La démocratie impossible, éditions Fayard, 2004, p. 41.

* 50 ? ?? 188 - ÍÓä ÞÑäá- ???? ?CE? -

* 51 - Ali Benhaddou, op.cit, p. 69

précédent sommaire suivant