WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Certification de gestion durable des forêts et efficacité socioéconomique des entreprises du secteur dans le bassin du Congo. Cas du Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Jonas NGOUHOUO POUFOUN
Université de Yaoundé 2  - Diplôme d'études approfondies/ Master II en sciences économiques 2008
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

Partie II : Evaluation de l'impact de la certification sur les performances socio économiques des entreprises forestières camerounaises

Conformément aux hypothèses postulées en réponse à la question principale de recherche qui était de savoir quelle est l'impact de la certification forestière sur l'efficacité socioéconomique des entreprises du secteur, la partie précédente présente la certification comme une réponse théorique qui garantit les intérêts sociales des populations à la rive des forêts, et des employés des sociétés certifiées, tout en générant de nouvelles sources de rentabilité aux entreprises.

Dans cette deuxième partie, il sera question de vérifier ce postulat.

Une descente sur le terrain était nécessaire, au regard de la nature microéconomique de l'étude, pour mieux apprécier le comportement des parties concernées par l'étude.

De ce fait, nous présenterons tout d'abord la méthodologie de collecte et de traitement ainsi que l'analyse descriptive des données (Chapitre III), et ensuite, nous procéderons à une évaluation de l'impact de la certification sur les performances socioéconomiques des entreprises forestières au Cameroun (ChapitreIV).

Chapitre III : contours méthodologiques et description des données

Introduction

En réponse anticipée à notre question principale de recherche qui est de savoir quel est l'impact de la certification forestière sur l'efficacité socioéconomiques des entreprises du secteur dans le Bassin du Congo et au Cameroun en particulier?, nous avons dans l'introduction générale de notre étude formulé deux hypothèses principales complémentaires. La première dispose que la certification forestière garantit une efficacité sociale des exploitants forestiers. La seconde quant-à elle dispose que la certification améliore la performance économique des exploitations forestières certifiées au Cameroun. Dans la partie empirique de notre travail, nous désirons tester ces hypothèses qui jusqu'ici, ne sont fondées que sur des relations théoriques. Cependant, il s'avère que les concepts théoriques de garantie de l'efficacité sociale, d'amélioration des performances économiques, et de certification elle-même restent encore trop abstraits pour faire l'objet d'une recherche empirique. Il convient de les transformer en concepts opératoires, qui sont à la fois des sous concepts plus concrets et des référents empiriques aux relations hypothétiques.

Ce chapitre a pour objectif de construire un cadre opératoire, de présenter la collecte et la description des données.

Section I : Cadre opératoire et collecte d'informations

Cette étape est déterminante pour la vérification empirique des hypothèses théoriques. Elle suppose la construction des référents empiriques qui permettent d'approcher, de qualifier, de quantifier, voire de capter l'information empirique qui valide les relations théoriques. Elle sera abordée en deux temps : tout d'abord la construction du cadre opératoire lui-même, et ensuite, la collecte d'informations à analyser.

I.1 : Construction du cadre opératoire

Dans cette sous-section, il sera question pour nous, de pouvoir partir des hypothèses et des différentes relations théoriques entre certification forestière et performance socioéconomique qui en découlent pour isoler concrètement les faits observables pour l'analyse. Nous l'aborderons en deux temps. Il nous reviendra de passer des hypothèses aux indicateurs, puis, à la collecte des informations à analyser.

I.1.1 : Passage des hypothèses aux indicateurs

Pour mieux comprendre les dimensions du phénomène étudié afin de choisir les instruments de précision et de mesure des variables, il convient, avant de présenter la traduction des hypothèses en indicateurs, de définir tout d'abord les unités d'analyse.

a) Unités d'analyse

Les unités d'analyse correspondent aux personnes et objets qui font l'objet d'observation. Dans cette étude, nous porterons un intérêt sur quelques parties prenantes dans les activités d'exploitation forestière. Une étude sur l'impact de la certification forestière sur les performances socio économiques suppose d'observer d'une part les entreprises, les populations, les employés et l'Etat pour ce qui est de l'aspect social. D'autre part, les entreprises, le marché de bois certifiés et non et une fois de plus les employés pour ce qui est des performances économiques.

Observer les entreprises suivant l'aspect social reviendra à observer la mouvance comportementale de ces dernières suivant qu'elles sont certifiées ou non, ou alors, suivant qu'on se situe à la période avant certification ou après vis-à-vis des populations locales et des employés.

Observer les populations suivant cet aspect social reviendra à observer les modifications survenues avec la certification pour sauvegarder, voire, consolider les intérêts de celles qui sont riveraines aux forêts.

Pour ce qui concerne les employés, nous nous intéresserons à leur sécurité sociale, ainsi que des conditions de travail dans les sociétés dont le comportement sera étudié.

En ce qui concerne les performances économiques, nous observerons beaucoup plus les entreprises, les paramètres de marché et des employés dans l'otique des intérêts des entreprises

b) Des concepts aux indicateurs passant par les variables

Pour opérationnaliser la première hypothèse qui affirme que la certification forestière a un effet positif sur l'efficacité sociale des entreprises certifiées, il a été question de procéder par une recherche pré-test qui a consisté à établir un questionnaire et à appliquer aux unités d'analyse définies plus haut afin d'évaluer cette incidence. L'efficacité sociale peut être abordée sous l'angle externe comme sous l'angle interne suivant qu'il s'agisse de tout ce qui relève des droits et du traitement des employés, ou des rapports avec les populations à la rive des forêts. Le concept d'efficacité (responsabilité) sociale a été traduit en variables, puis en indicateurs par le truchement des huit conventions fondamentales de l'OIT, de la convention collective, d'un certain nombre de Principes critères et indicateurs de gestion durable des forêts du référentiel du Forest Stewardship Council telle qu'une partie du principe I liée au respect de lois nationales et des normes FSC, le Principe III qui traite du droit des populations autochtones et une partie du principe 4. Ces conventions et principes prennent en compte tout ce qui est relatif aux droits et devoirs des travailleurs (droit syndical, salaires, santé et sécurité des employés, logement, organisation, négociation libre avec leurs employeurs).Le passage de l'hypothèse aux variables a consisté à donner des attributs et des niveaux précis à chacun des concepts opératoires.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour