WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Caractérisation de la biodiversité aviaire de la foret de Malimba: exploitation verticale et structure de population des quelques peuplements aviaires abondants. ( Kisangani RDC )


par Benezeth KAMBALE VISANDO
Université de Kisangani - Présenté en vue de l'obtention du grade de licencié en sciences option biologie 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Chapitre Deux : MILIEU D'ETUDE

2.1. Situation administrative et géographique

Ce travail s'est effectué dans la forêt de Malimba qui se situe village de Malimba à 25°15' longitude Est et 0°45' latitude Nord, groupement de Batiamaduka, collectivité secteur de RubuyaBeraqui est situé au Nord-est de la ville de Kisangani, à la rive droite de la rivière Tshopo. Sur l'axe routier Kisangani - Bawi (Pk 24) Alibuku et sur l'axe Bawi (Pk 24) - Alibuku, situé au Pk8.

La cuvette centrale congolaise étant subdivisée en 3 régions fauniques : Est central, west central et South central (Gambalemoke 2008), la forêt communautaire de Malimba se trouve dans la zone Est centrale (sur la rive droit du fleuve Congo). Suivant la classification de Colyn (1991).

Comme moyen d'y accéder, les vélos, motos, véhicule ou le pieds peuvent permettre sans beaucoup des peine.

2.2. Historique du village

L'origine des peules de Batiamaduka (Malimba) remonte à plusieurs génération, à l'époque précoloniale vers le 19ème siècle.Selon les témoignages des personnes âgées, que soit au point kilométrique 15 jusqu'au Pk 24, les peuples de Batiamaduka vivaient en Ouganda. Plusieurs années se sont succédées, jusqu'à entre en République Democratique du Congo où ils se sont installés à Bunia, puis à Mambasa. Ils arrivèrent dans la ville de Kisangani vers les années 1800, ils trouvèrent le Genia venu du territoire d'Ubundu précisément de Lowa (ils avaient comme frère Minyamituka) ; qui eux venaient de chasser le peuple Mbole. Ils s'installèrent à l'actuelle Chute wagenya ; et delà, ils quittèrent vers les différents villages qui ont formée le groupement Batiamaduka pour des raisons de conservation de traditions et la fuite du pouvoir colonial.

La population de Batiamaduka est constituée en grande partie par les autochtones mais ils y a également les allochtones ; on les retrouves plus en commençant ou point kilométrique 16(Lokele, Bamanga, Basoko, Mbesa) etc.

Vers les années 1943, la collectivité- secteur RubuyaBera été dirigé par le chef Musibasiba II (Lufungula), ce ainsi que la collectivité a vit le jour par la fusion de 5chefferie qui sont :

Bagbangama II dirigée par le chef BwanaMukubwa

Walengola dirigée par le chef Makako

Badombi dirigée par le chef Mbangaya

Beda dirigée enfin par le chef Kisubi. (Asanemane, M ; 2010)

La cartographie de l'occupation du sol

Fig 1. Carte d'occupation du sol du site de Batiamaduka (SLCD équipe Batiamaduka, 2009).

2.3. Climat

Le village de Malimba, de par sa position au sein de la périphérie de Kisangani et de sa couverture végétale a un climat régional de la ville de Kisangani du type Afi, de la classification de Köppen (Ifuta, 1993).

Ce climat est caractérisé par :

ü La température moyenne mensuelle le plus froid supérieure à 18°C ;

ü Les précipitations moyennes annuelles atteignent 1750 mm avec deux maxima autour des mois d'octobre et d'avril et deux minima autour des mois de janvier et juillet ;

ü La moyenne annuelle du nombre de jours de pluies se situe autour de 155 ;

ü La hauteur mensuelle des pluies du mois le plus sec est supérieure à 60 mm ;

ü L'humidité relative de l'air est élevée et la moyenne mensuelle oscille autour de 85% ; les maxima sont observés pendant la période plus pluvieuse, le minimum pendant la période sèche.

Actuellement, les perturbations climatiques qui affectent la Planète Terre, ont également été constatées à Kisangani. Ainsi, en nous référent à Juakaly (2002), il existe à Kisangani quatre tendances saisonnières qui correspondent aux périodes suivantes :

Ø de décembre à février, c'est la première saison subsèche 287,6 avec mm de précipitation;

Ø de mars à mai, c'est la première saison des pluies avec 586,1 mm de précipitation;

Ø de juin à août, c'est la deuxième saison subsèche avec 404,8 mm de précipitation ;

Ø de septembre à nombre, c'est la deuxième saison des pluies avec 576 mm de précipitation.

D'après le service météo-ville de Kisangani, la moyenne de la précipitation est élevée pendant toutes l'année, 1728,4 (minimal= 1417,5 mm et le maximal = 1915,4 mm) avec 2 minimal au mois de décembre : janvier- février et juin mais alors Juillet-Aout correspond à deux petites saisons de faible pluviosité ; l'humidité relative moyenne étant également élevée soit 82% (minimal 8,1% ; maximal 83%) et les températures mensuelles oscillant entre 23,7 et 26,2°C (Asanemane, 2010).

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy