WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Implantation d'un site écotouristique dans la région de Manjakandriana

( Télécharger le fichier original )
par Ioly Ravaka Joëlle Ramamonjisoa
Faculté Droit d'Economie de Gestion et de Sociologie Ambohitsaina Antananarivo  - Maîtrise en Gestion Option Finances et Comptabilité 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE-2-ETUDE DE MARCHE

Notre projet détient un objectif essentiel justifiant l'importance de son existence. Nous allons en effet contribuer au développement durable en opérant dans la commune de Soavinandriana. Il faudra ensuite réfléchir à la situer dans le marché du tourisme afin de mettre en évidence ses forces et ses faiblesses, et en retirer les opportunités traduisant l'appropriation d'une part de marché pour notre projet.

L'analyse du marché s'avère en effet indispensable afin de démontrer qu'il existe un marché pour le service envisagé en considérant la demande globale et le nombre de concurrents qui se la partagent. Son objectif final est de déterminer le chiffre d'affaire et de définir la stratégie pour l'atteindre.

L'étude de marché nous fournira des données sur le marché à savoir :

- La clientèle et le marché desservi (taille du marché de l'offre et les clients cibles, caractéristiques et comportements).

- La concurrence et les jeux concurrentiels. - La stratégie de pénétration du marché.

Le marché

On entend par marché un système d'agents ou d'acteurs en relation les uns avec les autres et dont leurs comportements déterminent l'évolution d'une catégorie de produit ou de service déterminée.

Puisque notre catégorie de service est le tourisme (l'écotourisme étant inclus dans le service tourisme), il convient de délimiter le système touristique et ses interactions afin de dégager le marché écotouristique telles que l'offre, la demande et la concurrence qui le compose

11

Schéma1 Le système touristique et ses interactions

Touristes

Population d'accueil

Entreprises émettrices

Patrimoine

Le système touristique et ses interactions

Etats des pays d'accueil

Environnement

Entreprises réceptrices

Ressources naturelles

Organismes internationaux et nationaux

Le gouvernement

Source : Agence Française de Développement

Entreprises émettrices : les agences de voyages, les tours opérateurs, les transporteurs, les constructeurs, les comités d'entreprises et collectivités, les associations de tourisme.

Touristes : les touristes étrangers ou les nationaux (en groupe ou individuels).

Population d'accueil : le personnel de service, les groupes ethniques, les habitants d'un pays, enfants... Patrimoine : culturel, architectural, gastronomique

Environnement : la nature, la faune et la flore

Ressources naturelles : le climat, les saisons, le soleil, l'eau, la neige, le vent, le sable, les plages les montagnes, le paysage...

Organismes internationaux et nationaux : l'ONU, l'OIT, l'OMC, le FMI, l'OMT, l'ONTM, l'ORTANA, l'ANGAP, le WWF, les ONG...

Le gouvernement : la loi de finance, les conventions du ministère du tourisme malgache etc.

Entreprises réceptrices : les hôteliers, les transporteurs, les restaurateurs, les entrepreneurs individuels (guides par exemple...)

12

Etats des pays d'accueil : les investissements liés au tourisme, les infrastructures, la réglementation du tourisme, la situation politique, les emprunts internationaux.

Ces agents opérant dans le tourisme ont une grande importance dans la bonne marche de l'activité du tourisme. Tous les actes qui affectent de proximité ou de loin notre projet sera toujours pris en considération dans les décisions pour ne pas induire des conséquences qui pourrait affecter sa pérennité.

En effet, les décisions et politiques gouvernementales peut avoir des impacts tant positifs que négatifs sur le développement touristique aussi bien que les comportements des petits agents comme une coopérative de transport. Pour assurer le développement du secteur,

Section 1-ANALYSE DE LA DEMANDE

Au niveau local, c'est-à-dire dans la commune de Soavinandriana, il n'y a ni offre ni demande « écotouristique ». C'est un nouveau terrain potentiel sur lequel on va créer une offre correspondant à une demande susceptible de convenir à notre produit écotouristique sur le marché régional et national.

En effet, parmi les nationaux et les étrangers, il y a une manifestation de besoins que l'on peut qualifier de demande en écotourisme.

C'est pourquoi on va distinguer au niveau national 2 marchés écotouristiques bien distincts :

. Le marché domestique industriel dont la demande est constitué par les pays intéressés et qui constituent une entrée de devises pour le pays.

. Le marché domestique de Consommation dont la demande comprend les nationaux (individuels, groupes et familles.)

Il faudrait donc éclaircir l'existence des demandes qui les limitent : 1-1 Les malgaches

Après différentes enquêtes réalisées auprès du public, nous avons tiré quelques comportements des consommateurs suivants :

1-1-1 La famille

Les zones éloignées attirent l'attention des malgaches qui se sont initiés à la villégiature et à la nature. Cette motivation est combinée de motivation hédoniste et oblative : il y a en particulier les 76% de tananariviens qui se lassent des inconvénients de l'urbanisation (circulation, pollution des ondes sonores et des moyens de locomotions...). Il y a entre autre les sorties hebdomadaires. Beaucoup de malgaches préfèrent le calme et le bord de l'eau (lac, marais, rivières, eaux douces) , ils y passent leur journée en pique-nique avec toute la famille. La bouche à oreille dont les prescripteurs sont les proches attire l'attention de ces non-consommateurs relatifs vers de nouvelles destinations qui prêtent au calme et à l'harmonie de la nature. Sur la route d'Antsirabe, par

exemple, Ambatofotsy est le lieu de rendez-vous hebdomadaire de ces citadins avec la présence d'une forêt d'eucalyptus entourée d'une petite zone lacustre. L'eau est toujours un élément apprécié et c'est pourquoi les malgaches qui ont les moyens profitent des littoraux durant les vacances scolaires (Juillet-Septembre).D'après nos enquêtes, en moyenne une famille de classe moyenne composée de 5 personnes doit avoir au moins 500000 Ar pour pouvoir faire une semaine de vacances sur les littoraux. Les budgets sont assez restreints et la famille se prive de toute aise en limitant les dépenses. Il y a également les 10% de côtiers qui se lassent de la monotonie de la plage et qui se déplacent librement à Antananarivo en toute saison pour visiter amis ou famille mais leur présence sur les lieux est aléatoire. On ne peut donc pas trop compter sur ce genre de cible.

1-1-2 Les colonies de vacances, les écoles, les scouts, les chercheurs, les associations, les religieuses ou sportives, les entreprises, les scientifiques, les écologues, les écologistes

Mais les explorations et découvertes des traditions se font par contre en petits groupes ou par entité. L'exploration est donc souvent par improvisation d'un leader qui a fait objet d'instruction et d'éducation sur l'environnement culturel et naturel aussi bien pour les enfants que pour les oeuvres de charité. Les initiatives manquent dans la recherche pour faire évoluer cette demande mais heureusement, les malgaches sont très curieux, il suffit d'une bouche à oreille pour qu'ils aient envie d'y prendre goût. Ces cibles individuelles requièrent des méthodes de promotion individuelles entre autre par la relation publique. Notons que ces cibles font leur visite en moyenne qu'une fois dans l'année. Une enquête faite au parc national de Tsimbazaza montre en effet une fréquentation moyenne pour les entités suivantes :

Tableau n°2 : Fréquentation du parc national de Tsimbazaza

Types de visiteurs

Motif de visite

Fréquentation

Les chercheurs et scientifiques

Recherche

Une fois par an

Les entreprises

Excursions

Une fois par an

Les écoles, collèges et lycée

Récréation verte ou excursions et éducation

Une fois par an

Les associations religieuses

Excursions et éducation

Une fois par an

La famille composée d'enfants de bas âge

Découverte pour les tout petits

Deux fois tous les ans

Les couples malgaches

Proximité d'un endroit calme et d'un bon paysage pour les sorties

Deux fois par mois

13

Source propre : à partir des enquêtes faites sur les lieux.

14

En effet les activités consacrées pour ces types de sites ne doivent pas compter pour un seul type de cible. Il faudrait en tout pour tout diversifier les activités pour combler les lacunes de chaque cible par l'entrée d'autres cibles. Heureusement qu'il y a d'autres intéressés par ce domaine parmi les étrangers.

1-1-3 L'effet d'une fête de promotion

L'évènement où on voit le plus la population malgache de classe moyenne se regrouper est durant les fêtes de promotion comme la fête de la bière de l'entreprise STAR, les vacances Be de l'entreprise de communication ORANGE Madagascar etc. En effet, les malgaches ont toujours besoin d'être entouré pour s'animer. Une relation de confiance est repérée chez ces différents individus et ils nécessitent souvent un signe sur la popularité de l'évènement. Il y a également un signe d'intérêt sur les remises qui peuvent être reçus durant l'évènement. Il est bon de savoir ces différentes sortes de comportement et combien même il est utile de procéder à une relation de partenariat pour augmenter le chiffre d'affaire

1-2 Les touristes étrangers

La description des besoins écotouristiques des étrangers est beaucoup plus compliquée. Selon le MEEFT il y a parmi les 63 % des touristes étrangers qui font le tourisme principal, ceux dont les comportements peuvent bien se prêter à l'écotourisme. Il y a ceux qui sont attirés par le tourisme découverte. En effet, ils ont beaucoup de découvertes à réaliser, la nature, le relief, la richesse du sol, les spécificités de la faune et la flore malgache. D'autre part, le tourisme balnéaire attire les touristes sur les littoraux. Ceux-ci recherchent le plaisir, le calme, et le bien être. Ils aiment également se bronzer sur les littoraux et sont spécialement attirés par les femmes malgaches.

Parmi ces demandes, la découverte de la nature est donc comprise dans son planning mais on ne peut pas chiffrer cette demande d'une manière concrète avec une confusion dans toutes ses nécessités. Il y a par ailleurs les scientifiques, les écologues, les écologistes, les missionnaires, les écovolontaires qui ont des besoins bien définies tels que la recherche, la protection de l'environnement, le bénévolat. Par ailleurs l'étude de l'offre a indiqué un schéma qui enferme le touriste dans une destination où trois entités sont les décideurs

15

Tableau n°3 -Répartition par pays d'origine des touristes étrangers

Année

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

France

54%

55%

56%

52%

58%

58%

57%

56%

58%

Réunion

8%

9%

10%

5%

11%

10%

12%

13%

11%

Amérique

5%

4%

4%

5%

3%

4%

5%

3%

3%

Angleterre

3%

3%

3%

4%

2%

3%

2%

3%

3%

Suisse

2%

2%

2%

4%

2%

2%

2%

2%

2%

Allemagne

4%

4%

4%

5%

3%

4%

3%

3%

3%

Italie

6%

5%

5%

5%

7%

7%

6%

6%

5%

Autres

18%

18%

16%

20%

16%

12%

13%

14%

15%

Source: Ministère de l'Environnement, des Eaux et Forets et du Tourisme 2007

Le tableau ci-contre nous montre que les touristes français dominent au niveau des arrivées 58%, en partie pour des raisons historiques et culturelles et en partie à cause des itinéraires de vol . En effet, les français attirés par la destination Madagascar. C'est pourquoi, la plupart des promotions de l'ONTM se tournent vers ce pays. La Réunion occupe la 2è place avec en moyenne 10% des visiteurs étrangers

La compagnie aérienne malgache effectue des vols internationaux restreints. La France est la plus fréquentée parmi ces vols internationaux. Ce facteur peut expliquer en partie le taux de visite assez faible pour les autres pays dans ce tableau. Toutefois, en ce moment, elle a élargi son parcours aérien vers l'Asie avec des promotions sur les billets pout inciter d'autres étrangers de visiter le pays.

Il y a aussi les efforts de sensibilisation et de promotion de la destination Madagascar sur les autres pays. L'ONTM soutient les opérateurs malgaches grâce à sa participation dans des salons internationaux comme le salon de Berlin, le salon de Milan, de Londres ainsi que d'autres manifestations comme les foires, mais souvent avec peu de moyens pour pouvoir vraiment concrétiser leurs missions.

16

Tableau n°4- Arrivée des visiteurs non-résidents aux frontières

Dans une année, le nombre de visiteurs étrangers varie d'un mois à l'autre, mais entre un intervalle de 4 ans, on peut nettement voir la progression de ce chiffre.

 

2004

2005

2006

2007

 
 
 
 

Janvier

12011

16590

19908

20138

Février

10019

13751

16089

16639

Mars

12981

18734

22294

23201

Avril

21172

22548

25765

26354

Mai

19473

25418

23733

28857

Juin

26970

28943

31956

34104

Juillet

25109

27215

30934

36714

Août

22361

27280

30628

32213

Septembre

21568

26097

32165

34231

Octobre

20489

24792

32364

32612

Novembre

20312

22898

28511

32758

Décembre

19569

23678

23650

39900

TOTAL

228784

277051

311730

344348

 

Evolution des arrivées des visiteurs non résidents aux frontières. Taux de croissance annuel moyen : +11.9%

Source : MEEFT /Secrétariat d'Etat chargé de la sécurité publique /ADEMA

En 2004, le nombre de visiteurs double entre Juillet et Novembre alors qu'en Janvier cela n'atteigne pas les 15000 touristes. En 2007, la situation s'est améliorée avec 20000 visiteurs en Janvier et presque 40000 au mois de Décembre. En 2008, l'arrivée des visiteurs dépassent largement les chiffres de 350000.Elles ont en effet atteint les chiffres de 387000 en 2009. Des réformes gouvernementales ont été utiles pour augmenter ces chiffres entre autre la facilité d'octroi du visa. L'étude de l'offre a montré que la principale activité d'écotourisme consiste à la visite d'aires protégées. En s'appuyant sur les données fournies par l'ONTM sur le nombre total annuel des visiteurs étrangers pénétrant les aires protégées et le total des visiteurs étrangers dans une an, il est possible d'évaluer de façon approximative la proportion d'écotouristes en comparant le rapport entre ces deux données. Selon ces calculs, les écotouristes constituent 43% de la demande touristique totale de Madagascar, ce qui est non négligeable.

17

L'annuaire du tourisme indique que la durée moyenne d'un circuit proposé par les agences de voyages est de 5 jours et comme la durée moyenne de leur séjour dans le pays est de 17 jours, un touriste peut donc voir jusqu'à trois sites donnés. L'extension des circuits touristiques peut être alors envisageable par l'intermédiaire de partenariat et avec des prix plus compétitifs pour que le budget puisse subvenir à l'extension du séjour.

Tableau n°5-Durée moyenne de séjour

Année

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Pays

(en jours)

20

20

20

9

15

20

20

17

17

Hôtel

(en jours)

4

4

4

2

4

4

4

4

4

Source: Ministère de l'Environnement, des Eaux et Forets et du Tourisme

Un hôtel est un lieu de passage pour les touristes visitant Madagascar.

En effet, la durée moyenne de séjour d'un touriste dans un hôtel le démontre que car ils y passent seulement 1/4 de leurs séjours. Le taux d'occupation moyen des hôtels confirme qu'un hôtel n'est plein en moyenne qu'à 57 %. Leur séjour dans les hôtels admet que malgré le luxe qu'ils leur procurent, ils s'intéressent plutôt à la découverte du pays.

Tableau n°6-Taux d'occupation moyen des hôtels

Année

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Taux (en %)

60%

63%

66%

22%

40%

55%

55%

57%

63%

Source: Ministère de l'Environnement, des Eaux et Forets et du tourisme

Les évènements de 2002 ont marqué une baisse de la visite des touristes avec une chute de l'occupation des hôtels à 22%, une reprise est constatée en 2003, mais n'a pas encore atteint la moyenne. La crise politique influence les comportements des touristes étrangers et qui réduisent ou annulent leurs séjours à Madagascar. La stabilité sociopolitique est utile pour la bonne marche des affaires.

18

Tableau n°7-Evolution des Recettes en devises au titre du tourisme

 

2004

2005

2006

2007

 

Million de DTS

104.3

124.5

157.7

211

Taux moyen

DTS/FMG

13828

2898.9

3150.7

2789

Ariary

Contre valeur

(2003/

Milliards de Fmg

(2003-2004)

1442.2

343.5

496.7

586.7

Milliards d'Ariary

Dépenses

moyennes/touristes

1238036

1496300

449.0

1622134

514.9

1704000 611

Ariary DTS

Hos tsort éie

Source : Banque Centrale de la République de Madagascar-Direction des études Note : en 2004, l'unité monétaire était le Fmg. A partir de 2005, c'est l'Ariary.

En somme, la situation de la demande rassure davantage un marché prompt à une implantation d'un site écotouristique dans la région de Manjakandriana.

En amont, il y les touristes français qui représentent 58% des visiteurs étrangers de notre pays et qui ont des besoins diversifiés entre autre des aspirations à l'écotourisme. La visite de parcs et de réserves naturelles sont les activités les plus recherchés par ces touristes dans une année. Ils consacrent en moyenne 17 jours pour la visite du pays et peut visiter jusqu'à 3 sites donné avec un budget allant jusqu'à 1700000 Ar par touriste. Avec ce budget, ils peuvent en effet visiter d'autres sites peu connues et loin d'être désintéressantes.

Un calcul approximatif montre que 43% des visiteurs étrangers sont des écotouristes avec le rapport entre le nombre de visiteurs dans une année et le nombre de visites de parc dans une année (nombre de visiteurs de par/an 147000 à149000 par an).

19

En aval, il y a les malgaches qui sans le connaître possèdent quelques qualités d'un écotouriste, la curiosité, la découverte, le bien-être. Un effort de sensibilisation sur les autres bienfaits de l'écotourisme à Manjakandriana (plaisir combiné de protection de la nature et contribution financière à la population locale sans pour autant de dépenses et une proximité pour argument) à travers l'esprit de patriotisme) pourrait enlever ces besoins de la marginalité (les missionnaires, les entreprises, les écologues..). 78% des tananariviens peuvent se déplacer dans la zone Analamanga pour le plaisir des zones hydrographiques (la plage, les lacs, les rivières, les chutes d'eau). Ce pourrait bien être l'occasion de découvrir la chute d'Andranobe qui est la plus proche d'Antananarivo (40 km). De plus, la classe moyenne dont les budgets sont assez restreints peut assouvir leur désir par la présence d'un site qui peut leur procurer toutes ces envies loin des contraintes financières. Voilà deux raisons pour que les malgaches s'intéressent à un site donné.

En effet, ces deux demandes constituent des non-consommateurs relatifs mais ne le sauraient pas s'il y avait eu déjà un effort de promotion sur la destination de Manjakandriana.

C'est ainsi que l'effort de promotion est le plus indispensable pour ces nouvelles destinations. Section 2-ANALYSE DE L'OFFRE

Le système touristique va servir de guide efficace dans l'élaboration de cette partie. Plusieurs agents du système doivent être intégrés dans cette étude. En effet, afin d'analyser l'offre écotouristique à l'échelle locale, il faudrait voir d'une manière concrète le contexte global du marché du tourisme, lequel nous fournira des données sur l'offre écotouristique à l'extérieur, à Madagascar, à Manjakandriana ainsi qu'à Soavinandriana, lieu de notre implantation. Cette étude est faite afin de : cerner si l'écotourisme est un marché porteur à l'échelle internationale et nationale et que par la suite on puisse délimiter son étendue à l'échelle locale.

2-1 L'offre à l'échelle mondiale

Au niveau international, les Etats-Unis se trouvent au premier rang mondial du secteur touristique.

Ils ont bénéficié de 65,5 milliards de $ en 2003. Le secteur de l'industrie du tourisme qui progresse le plus vite avec un taux en progression situé entre 10% et 20% chaque année est celui de l'écotourisme, c'est un marché porteur .En 2004, ce marché a progressé trois fois plus vite que le secteur du tourisme dans son ensemble (Source : OMT 2004).

20

2-2 L'offre à l'échelle nationale

La filière écotouristique est un marché évolutif à Madagascar.

Selon l'INSTAT, le tourisme occupait la deuxième place après la vanille en 2001, en matière de rentrée de devises, il devance les filières crevettes et café. Les destinations touristiques dans le pays se divisent en cinq axes : l'axe Sud incluant Fianarantsoa qui est le plus visité, avec 38,4% des touristes étrangers en 2000 ; l'axe nord (Antsiranana, Nosy-be) ; l'axe Est (Sainte-Marie, Toamasina) ; l'axe Ouest (Mahajanga, Morondava) ; les hautes terres (Antananarivo).

Tableau n°8 - Les sites les plus visités à Madagascar

 

SUD

NORD

EST

OUEST

HAUTES TERRES

TAUX

38,40%

21,10%

19,30%

13,90%

7,30%

Source: Ministère de l'Environnement, des Eaux et Forets et du Tourisme

Cette différence de concentration peut par ailleurs s'expliquer par le support des infrastructures. Des sites balnéaires 3 étoiles se regroupent dans ces régions et intégrés dans le groupe HSM*.

2-1-1 Infrastructure d'hébergement et accueils

Le nombre d'hôtels, de chambres et d'EVPT évoluent de 10 à 15 % chaque année. Il existe actuellement à Madagascar 66 TOP ou Tours Opérateurs Professionnels qui se partagent le marché du tourisme, entre autre, les agences de voyages qui y figurent préfèrent proposer des circuits touristiques sur-mesure (suivant les préférences du client) du fait de l'élasticité de la demande. Cette augmentation de l'offre justifie son évolution par rapport à une demande évolutive et plus riche.

Tableau n°9 : Évolution de l'offre touristique

Année

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Nombre d'hôtels

556

644

695

717

768

853

937

1015

1181

Nombre d'EVPT

331

370

413

522

553

589

709

101

755

118

825

Nombre chambre

7 207

7 779

8 435

8 780

9 325

10230

10879

755

11872

118 2

825

13340

13340

Source: Ministère de l'Environnement, des Eaux et Forets et du Tourisme

21

En 2007, le nombre d'hôtels crées est de 1181.Ce chiffre est encore répartie sur différentes classes.3 catégories d'hébergement touristiques existent à Madagascar :

l Les non classés (Chambres d'hôtes, gîtes, camping...)

l Les Ravinala (propre à Madagascar), les catégories vont de 1 à 5 Ravinala

l L'étoile (suivant la classification internationale), les catégories vont de1 à 5 étoiles

L'ONTM recense dans la région d'Analamanga 220 établissements comme suit :

- 111 de 1 à 5 étoiles et - 109 de 1 à 5 Ravinala,

Evidemment, le reste qui est présente dans la région d'Analamanga n'y figure pas du fait du « non classés ».La plupart de ces établissements restent par conséquent dans le secteur informel.

La classification est basée sur le confort, les types de prestations offertes, le nombre de chambres, la capacité d'accueil, le rapport qualité / prix. A partir de cette classification, on retient qu'un établissement 5 Ravinala est, théoriquement, moins confortable qu'un établissement 1 Etoile. Et ainsi de suite pour les non-classés qui ne disposent pas les critères pour être un établissement Ravinala.

C'est ainsi que les hébergements convenables pour l'écotourisme ne peuvent pas être conçus pour du luxe et du confort. Ils constituent les non classés (gîtes, bungalows, ecolodges..) et dont la construction doit être étudiée de façon à respecter l'écologie entre autre par l'utilisation :

-de matériaux non lourds (ex : terre, bouse de vache et paille pour les briques), -d'énergies renouvelables (ex : panneaux solaires),

La gestion de l'eau qui est assez rigoureuse (les draps et serviettes sont changés tous les deux ou trois jours et les eaux de pluie qui sont collectées à partir d'une cour intérieure du site conçue avec une pente inclinée permettant la récupération de l'eau).De même pour la gestion des déchets. Les hôtes sont sensibilisés à minimiser ce qui restera sur place, notamment les piles et les bouteilles en plastique qui sont des déchets non biodégradables.

2-1-2 La principale activité d'écotourisme

D'après les informations sur les activités du tourisme à Madagascar, le pays est principalement approprié pour l'écotourisme, ensuite du tourisme balnéaire, suivi du tourisme culturel, du tourisme sportif et d'autres types de tourisme.

22

Tableau n°10-Tableaux des activités du tourisme à Madagascar

ACTIVITES

ECOTOURISME

SOLEIL ET

PLAGES

ACTIVITES CULTURELLES

SPORTS ET AVENTURES

AUTRES

TAUX

55%

19%

15%

8%

3%

 

Source: Ministère de la Culture et du Tourisme, janvier2005 *

La visite d'aires protégées est l'activité écotouristique la plus recherchée à Madagascar. Les aires protégées de Madagascar sont réparties en trois catégories : l'île compte 18 parcs nationaux, 5 réserves naturelles et 23 réserves spéciales. D'après notre étude, les opérateurs malgaches se lançant dans l'écotourisme s'approprient l'existence d'une demande importante sur la diversité de ces sites naturels. Son exercice se fonde sur un partenariat entre 3 entités principales :

Schéma n°2 : un maillon de trois entités

LES PARCS
NATIONAUX ET
RESERVES
NATURELLES

LES AGENCES DE VOYAGE

LES

TOURISTES

LES INFRASTRUCTURES
D'HEBERGEMENT ET
ACCUEIL

Source propre (à partir de l'évaluation de tous les circuits touristiques existants à Madagascar)

Le point de départ commence toujours par les agences de voyage qui se chargent de l'accueil de touristes (souvent les infrastructures d'hébergement n'ont plus besoin de faire de la publicité), puis de leur distraction sous forme de circuits touristiques dans lequel le passage inévitable est regroupé par les aires protégés .Des fois, les parcs nationaux disposent de gîtes pour abriter les visiteurs. Sinon, les liens avec les agences de voyage

23

permettent aux infrastructures d'hébergements de proximité de capter leurs clients (hôtels et restaurants, aires de distractions).

Dans ce schéma, le touriste étranger est enfermé dans un cercle où il ne pourra découvrir d'autres activités que ce qu'on lui réserve. En effet ce sont des non-consommateurs relatifs pour les autres offres qui peuvent leur satisfaire en dehors du circuit.

2-1-3 Phase d'identification de l'écotourisme à Madagascar

Cependant, les activités du tourisme sont souvent mélangées et c'est pourquoi, après différentes enquêtes, on s'est rendu compte que 78% d'opérateurs touristiques à Madagascar intègrent dans l'écotourisme les autres activités comme le sport et aventure ainsi que les activités culturelles sus-citées dans un souci de satisfaction de la clientèle tandis-que l'ONTM délimite nettement chaque activité et ce qui entraîne une imprécision sur l'offre écotouristique à Madagascar. D'ailleurs cette confusion de genre est acceptée dans des labels où les associations d'opérateurs touristiques malgaches (ex : Nature Lodging) insèrent ces distractions dans leur charte sur l'écotourisme, du moment où, elles sont pratiquées dans un climat d'écotourisme c'est-à-dire le respect de la nature et des valeurs socioculturelles locales.

De plus, à Madagascar comme à l'étranger, l'écotourisme n'a pas encore trouvé sa vraie nature, c'est la société qui est entrain de créer son identité : on parle souvent de tourisme durable qui a un sens plus soutenu vers le respect de l'environnement, du tourisme vert ( à la campagne),du tourisme équitable et solidaire ainsi que l'écovolontariat qui se réfère plutôt à la contribution faite par les touristes sur la population locale, du tourisme nature et du tourisme d'aventure dont le premier est juste le plaisir de découvrir ce que vous offre la nature en matière de biodiversité et qui se retrace sur le mode d'hébergement du site et le second de marquer la découverte de la nature par la pratique de sports extrêmes sur des reliefs accidentés et sur des zones lacustres( ex : jumping, escalade, canyoning..) ,du tourisme culturel et du tourisme gastronomique qui entrent dans la découverte des traditions et des cultures . Bref l'ensemble peut créer toutefois un univers d'écotourisme.

2-2 L'offre au niveau régional et local

C'est le point focal de notre étude et qui va permettre de décrire le marché de l'offre que le projet va ensuite s'approprier.

Au niveau régional, la filière d'écotourisme n'existe pas dans le district de Manjakandriana. Toutefois quelques sites d'attractions touristiques attendent à être exploités. Parmi les potentiels touristiques identifiés, on peut citer

:

l A Ambohimiadana, Commune de Manjakandriana, le tombeau des grands ancêtres fondateurs de la communauté villageoise Andriatsaralaza et Andriatsimitoviaminandriana

l

24

Des grottes qui se trouvent à Andranomangatsiaka et Antsahamalaza (Commune de Manjakandriana), ainsi qu'à Angavokely (Commune rurale de Sambaina).

l A Ankadimanga, commune rurale de Sambaina où il y a le lac de Ramiangaly

Ces sites ne sont pas actuellement ouverts au secteur « tourisme » avec le manque d'investissement et l'insécurité malgré les potentialités écotouristiques qu'ils peuvent proposer. Des offres dans le domaine du tourisme qui ne relatent pas à l'écotourisme sont présents dans les lieux et qui sont pour le projet des concurrents indirects*.

Au niveau mondial l'écotourisme est un marché porteur avec une évolution de 10 à 20% chaque année. A Madagascar l'écotourisme s'approprie 55 % du marché national du tourisme et l'activité écotouristique la plus offerte est la visite de sites naturels, si bien que le raisonnement dans le concept de l'écotourisme inclut la visite de parcs.

Beaucoup d'offreurs malgaches effleurent l'écotourisme, sans plus s'y absorber car le dilemme entre le plaisir de la nature et le confort n'est pas encore résolu. A cela s'ajoutent des activités dérivées de l'écotourisme dont l'ONTM classifie distinctement ce qui revient à des offres qui peuvent être dissimulées dans d'autres.

Pour les Hautes-terres, avec seulement, 7.3% de la part de marché, des efforts gouvernementaux dans la promotion de cette région doivent être soutenus pour l'équilibre de la demande à l'échelle nationale. De plus, l'intéressement des investisseurs et promoteurs à une région donnée commence à l'analyse FFOM de celle-ci .

Il réside en effet qu'il y a une lacune dans la promotion de la région de Manjakandriana.sur les atouts naturels de la région qui sont effacés par les déficiences en infrastructures (routiers...). L'Etat ne considère pas l'importance des potentialités de la région

A l'échelle régionale il n'y a pas de site écotouristique, toutefois il y a d'autres établissements classés qui attirent d'autres cibles de clientèle à Mantasoa. On va étudier ces concurrents indirects. Dans la commune de Soavinandriana, l'état brut de ce site nous offre une place de « maître de la situation » qui implique également que nous sommes maître de notre sort.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net