WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Analyse et gestion du risque dans le système bancaire: cas du risque monétique et de la monnaie électronique au Sénégal

( Télécharger le fichier original )
par Ulrich Evrard LEYINDA LEKINGANI
Académie Sherbrooke Dakar - Master européen en management et stratégies financières 2011
  

précédent sommaire suivant

C.Monétique et monnaie électronique en Afrique de l'Ouest

En Afrique de l'Ouest, le système de paiement par carte bancaire a enregistré des avancées significatives. C'est du moins l'avis de Sereme Mamadou, adjoint au directeur des systèmes de paiement de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) qui procédait à l'ouverture d'un séminaire-formation sur « les concepts généraux de la monétique et l'implémentation d'un système monétique », organisé par le Groupe interbancaire monétique de l'Union économique et monétaire Ouest africain (GIM-UEMOA).

Selon Sereme Mamadou, adjoint au directeur des systèmes de paiement de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), « depuis le lancement du projet de réforme des systèmes de paiement par la BCEAO, pratiquement toutes les banques sont en train de développer des systèmes monétiques dans l'espace UEMOA ». Prenant l'exemple de Dakar, M. Sereme affirme que certaines banques de la place qui n'avaient pas de monétique ont maintenant commencé à avoir des systèmes de paiement par carte bancaire. D'après lui, « les banques ont fait des investissements pour acquérir tout d'abord, leur système privatif à l'interne ».

Les enjeux de la monétique semblent énormes dans la sous-région. Ce qui, d'après Blaise Ahouantchede, directeur général de GIM-UEMOA, amène sa structure à mettre en place la carte bancaire qui, de son avis, « va être le premier instrument de paiement qui sera suivi de services à forte valeur ajoutée notamment le rechargement de téléphone portable, le retrait d'argent, le paiement chez les commerçants... ».

Pour M. Ahouantchede, les retombés économiques sont énormes car, selon lui, sur le plan financier, elles contribuent au renforcement de l'intégration économique régionale, la contribution au développement économique de la région, le contrôle des flux financiers et d'éléments qui vont contribuer à renforcer la solidité de l'économie de la sous-région. Aujourd'hui, poursuit-il, les moyens de paiements constituent un volet essentiel de la BCEAO. C'est ce qui amène l'adjoint au directeur des systèmes de paiement de la BCEAO à rappeler le rôle du GIM-UEMOA qui, selon lui, est de fédérer toutes les initiatives pour qu'au niveau de l'espace sous-régional, il y ait l'interbancarité monétique ou interopérabilité.

De l'avis de M Sereme., « cela permettra à quelqu'un qui a, par exemple, sa carte SGBS de s'en servir pour effectuer un retrait à la CBAO, la BST et vice-versa. Mieux encore, qu'il puisse également utiliser sa carte dans n'importe quelle banque d'un pays de la sous-région ».

Pour des mesures sécuritaires luttant à la cyber-escroquerie, le directeur général de GIM-UEMOA a annoncé un projet concernant la gestion du risque, allant à l'encontre des éventuels manoeuvres des fraudeurs, avec des dispositifs d'alertes efficaces. « Les cartes sont dotées d'un micro-possesseur qui permettra de palier aux différentes pratiques des faussaires »23(*).

La fraude des moyens de paiement se diversifie et évolue au même rythme que les paiements sur Internet et voit apparaître une nouvelle forme de cybercriminalité qui augmente de près de 10 % par an et qui devrait se poursuivre jusqu'en 2016 (Gartner, 2000)24(*)

Dans le même sillage, une étude de la banque de France montre que le sentiment de nouveauté et de liberté qu'inspire le réseau mondial a naturellement suscité l'apparition de pratiques douteuses en matière d'intermédiation bancaire et financière, telles que l'usage de monnaies « privées », plus ou moins liées à des systèmes de fidélisation25(*).

Ainsi après avoir parcouru, les différents écrits sur la monétique ou la monnaie électronique, nous avons constaté qu'il existe très peu d'écrits sur ce sujet du fait de son caractère plus ou moins nouveau en Afrique de l'Ouest. De plus, rares sont les documents ou écrits qui nous disent comment se déroule la gestion des risques liés à la mise en place de ces nouveaux moyens de paiement dans les systèmes bancaire et financier du monde en générale, de l'Afrique et du Sénégal en particulier. La mise en place de ces nouveaux moyens de paiement expose les banques à de nouveaux types de risques que nous tenterons d'identifier, circonscrire et analyser tout au long de cette étude.

* 23 Bacary DABO, article Sud Quotidien, 27 avril 2005

* 24 Conférence de presse ADN'co - Paris, le 3 avril 2012

* 25 Banque de France « Internet : quelles conséquences prudentielles ? Document de discussion et d'étude (2000).

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Visitez Arcy sur Cure

Camping du Saucil a(Villeneuve sur Yonne)