Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

La bête du Gevaudan, l'animal pluriel.


par Laurent Mourlat
Oslo - Maitrise 2016
Dans la categorie: Arts, Philosophie et Sociologie > Littérature
   
Télécharger le fichier original

sommaire suivant

1

Pour citer ce travail : MOURLAT Laurent, La Bête du Gévaudan, l'animal pluriel, 1764-1767, sous la direction d'Olivier Darrieulat, Université d'Oslo, Blindern, 2016, 185 p.

La Bête du Gévaudan

L'animal pluriel (1764 -1767)

Laurent Mourlat

FRA 4550. Mémoire de Master.

Études européennes et américaines, filière France. Institut de littérature, civilisation et langues européennes. Université d'Oslo. Printemps 2016.

Directeur du mémoire : Olivier Darrieulat, maître de conférences
en civilisation française.

01.05.2016

2

Table des matières

REMERCIEMENTS 7

INTRODUCTION ..8

Les premières attaques 8

La bête du Gévaudan, un animal original au Siècle des Lumières 9

I : Le choix de la méthode . 11

II : Une enquête de terrain 11

A : Travail préalable à la recherche « in situ » 11

B : Stratégie d'approche des habitants 12

C : Acquérir la compréhension du territoire de la Bête 12

III : Présentation des sources 14

Les sources primaires 14

Les sources secondaires 14

Les historiens locaux, les associations 15

A : Bernard Soulier, un spécialiste de l'histoire locale au centre d'un réseau étendu 15

B : Le Chronodoc, un document indispensable aux recherches consacrées à la Bête ....16

C : Jean Richard, l'auteur par lequel l'iconographie de la Bête a été vulgarisée 17

D : Le travail d'Alain Parbeau, un expert en poudres et en armes anciennes 18

E : Le point de vue de Patrick Berthelot, un expert des uniformes du XVIIIè siècle 18

Les sources secondaires écrites antérieures au XXè siècle 18

A : L'abbé Pourcher, un ecclésiastique qui s'intéresse de près à la superstition. 18

B : Thomas Pennant, un naturaliste anglophone 19

Les sources liées au travail des chercheurs contemporains 19

A : Des travaux d'étudiants : une thèse vétérinaire et deux mémoires de maîtrise ....19

B : Les universitaires, des sources sûres et éprouvées 20

1 : Jean-Marc Moriceau, un universitaire spécialiste du loup en France 20

2 : Michel Meurger, spécialiste de l'histoire des monstres et des félins exotiques 21

3 : Un universitaire anglophone spécialisé dans l'étude de l'histoire des idées 21

Un « homme des bois » 22

IV : Le type d'entretien utilisé, un choix méthodologique 22

A : Une interview avec l'ancien maire d'Auvers est programmée 22

B : L'entretien structuré, une formule adaptée aux études quantitatives 23

3

C : L'entretien semi-directif ou non directif, l'étude de l'individu dans son milieu 23

D : Les raisons du choix du type de l'entretien 24

V : Présentation rédigée du plan général de l'étude 25

Première partie 25

Deuxième partie 26

Troisième partie .26

PARTIE I : LE GEVAUDAN, UNE REGION CONTRASTEE .28

Introduction de la première partie de cette étude 29

CHAPITRE I : Le Gévaudan, territoire de prédation de la Bête 30

Introduction 30

I : Des attaques qui se concentrent dans des régions pauvres et montagneuses 31

II : La vie rurale dans une région ingrate et froide 32

III : La diversification des sources de revenus, un impératif de survie pour les paysans 34

Conclusion 35

CHAPITRE II : Un pays très chrétien 36

Introduction 36

I : Le Gévaudan, une région qui résiste aux idées nouvelles 37

II : La Lozère, une région catholique attachée aux sacrements 38

Conclusion 39

CHAPITRE III : De la prédation du loup au carnage de la Bête 40

Introduction 40

I : Deux années avant le début du carnage, des attaques en Dauphiné 40

II : 1764 -1767, le carnage trois années durant 41

III : L'échec des chasses et ses conséquences 42

Conclusion 43

CHAPITRE IV : La presse, un des véhicules du récit surnaturel .....44

Introduction 44

I : L'apparition du loup-garou 44

II : La presse réintègre une bête exotique dans un univers traditionnel 45

Conclusion 46

4

CHAPITRE V : Un animal hybride, une réalité partagée 47

Introduction 47

I : La Bête du Gévaudan, un animal victime de l'imaginaire chrétien 47

II : L'imaginaire de la bête, une réalité contextuelle 48

III : La Bête du Gévaudan, un hybride cautionné par la science 49

Conclusion 50

CHAPITRE VI : De l'exotisme à l'ordinaire, la normalisation du monde .51

Introduction 51

I : La mutation du cadre et des normes de l'Ancien régime 51

II : Du monstre mythologique à l'animal de foire 51

Conclusion .52

CHAPITRE VII : L'évolution asymétrique de la croyance 53

Introduction 53

I : A l'inverse de la Science, l'Eglise se réfugie dans la mythologie chrétienne ....53

II : La bête du Gévaudan, une conséquence du péché ....54

Conclusion de la première partie de cette étude 55

PARTIE II : LA GENESE DE LA CROYANCE 57

Introduction de la deuxième partie de ce mémoire. . 58

CHAPITRE VIII : Le processus de création d'un prédateur exotique .60

Introduction 60

I : La structuration du récit du prédateur exotique .........60

II : Le rôle de la culture 61

Conclusion 61

CHAPITRE IX : Une nouvelle Bête en Gévaudan 62

Introduction 62

I : Un puma en Margeride 62

II : La presse s'intéresse à l'histoire du puma .... 63

Conclusion 64

5

CHAPITRE X : L'importance de la culture vernaculaire 65

Introduction 65

I : Une arrivée mouvementée 65

II : La localisation d'un animal non officiel 66

III : Un nouveau récit, le savoir vernaculaire à l'épreuve du cadre de la modernité 66

Conclusion de la deuxième partie de ce mémoire 68

PARTIE III : LA BÊTE, UNE ENTITE MULTIPLE 69

Introduction de la troisième partie de cette étude 70

CHAPITRE XI : La manifestation d'une culture et d'intérêts particuliers 71

Introduction 71

I : Du bannissement aux dettes, le déshonneur et la prison 71

II : L'appât du gain et la réparation de l'honneur des Morangiés 73

III : Un concurrent issu de la roture aspire à devenir quelqu'un 75

IV : De la roture à la noblesse, un honneur bafoué et des actions dictées par l'intérêt 77

V : La noblesse fortunée et titrée privilégie l'hypothèse du loup en bonne et due forme .79

Conclusion 83

CHAPITRE XII : D'un imaginaire chrétien aux figures de la Bête. 84

Introduction 84

I : Le prêtre, trait d'union entre les habitants et le clergé 84

II : Le mandement de l'évêque de Mende, la retranscription religieuse d'une calamité 86

III : La traduction du mandement, une interprétation personnelle du prêtre 87

IV : Les figures de la Bête du Gévaudan, une dichotomie archétypale 88

V : La presse, une force à la base d'une incertitude interprétative additionnelle 91

VI : Les représentations zoomorphiques de la Bête du Gévaudan, l'animal pluriel ....92

VII : Un hybride du Moyen Âge 95

VIII : Les représentations anthropomorphiques du monstre, une Bête qui marche 97

Conclusion 100

6

sommaire suivant