WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

àČtude de l'évolution de la productivité du manioc à† Itara/ plaine de la Ruzizi.

( Télécharger le fichier original )
par Pépin-Raoul Mughusu Byakombe
Université Catholique de Bukavu - diplome de Graduat en Sciences Economiques 2015
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE

Ce chapitre sera subdivisé en deux grandes parties à savoir l'approche théorique et l'approche empirique.

1. Approche théorique

Dans cette section, nous tenterons de passer en revue de quelques concepts et quelques aspects théoriques en rapport avec notre thème.

1. 1. Bref historique sur le manioc ? Définition et origine

Le manioc est une plante vivrière tropicale dont la racine tuberculée comestible fournit des produits alimentaires divers (Larousse, 2009) ;

Le manioc cultivé connu sous la dénomination de « manihot esculenta » est une plante originaire de l'Amérique du sud, il est cultivé dans toutes les régions du monde (FAO, 2008).

Le manioc a été introduit en RD du Congo par les Portugais près de l'embouchure du fleuve Congo vers les années 1620. A l'est du pays, particulièrement dans le Kivu montagneux, cette culture est arrivée un peu tard vers la fin du 19ème et surtout le début du 20ème siècles à cause de son éloignement des voies navigables du fleuve et ses affluents qui étaient les voies de propagation les plus efficaces de l'époque. Malgré son introduction tardive à l'est du pays, le manioc a fini par s'imposes sur les anciennes cultures du milieu notamment la banane et le sorgho (Phemba, 2000).

1. 2. Généralité sur la productivité

1.2.1. La productivité

En général, la productivité est définie comme le rapport entre la production d'un bien ou d'un service et l'ensemble des intrants nécessaires pour le produire. Elle constitue en fait, une mesure de l'efficacité avec laquelle une économie met à profit les ressources dont elle dispose pour fabriquer des biens ou offrir des services (Gamache, 2005). Autrement dit, la productivité est le rapport entre la production et l'ensemble ou partie des ressources mises en oeuvre pour la réaliser.

11

Ainsi, améliorer la productivité ce n'est pas travailler dur, mais travailler intelligemment. La productivité permet de mesurer l'efficacité du système productif, c'est donc une comparaison entre la production réalisée et les quantités de facteurs de production utilisés.

De toutes ces définitions, nous retenons dans le cadre de cette étude que la productivité se définit comme le rapport entre ce qui est produit et les unités d'input qui ont été consommées pour y parvenir. La productivité globale des facteurs se définit donc comme le rapport des outputs à l'ensemble des inputs effectifs (Blancard et Boussemart, 2006).

1.2.2. La production

La production se définit comme la transformation de ressources ayant pour objectif la création des biens et services (Gratacap, 2002). D'une manière générale, on peut admettre que la production d'une entreprise, d'une branche, d'une nation... est exprimée par la fonction de production qui donne la quantité maximale de l'output qui peut être obtenue par une combinaison des facteurs (travail, capital et terre). Autrement dit, la fonction de production caractérise l'ensemble des contraintes (contraintes imposées par les ressources limitées en facteurs de production et par les possibilités techniques de production) qui relient les quantités produites aux quantités de facteurs utilisés avec les techniques possibles (Brossier, 2007). Ainsi, la forme générale d'une fonction de production pour une firme quelconque est : y = f ( x 1 , x 2 ,... x j )

Avec y = quantité produite ou l'output par la firme considérée ; f désigne la fonction de production et ( x1 , x2 ,... x j ) les facteurs (inputs) utilisés par cette firme.

? Facteurs de production

Pour réaliser une quelconque production (agricoles, industriels ou des services), il est évident de rassembler un certain nombre des facteurs au sein d'une unité de production dénommé entreprise (peut-être une usine de fabrication, une exploitation agricole...).

Généralement on distingue 3 facteurs de production : la terre, le travail et le capital. Par conséquent toute production dépend de la manière dont sont utilisées ces facteurs. Ils sont inséparables dans le processus de production économique du fait que : l'homme applique son travail à l'exploitation de la terre en utilisant les instruments de production qui sont les biens en capital.

12

A ces derniers peuvent s'ajouter : le facteur « entrepreneuriat » du fait qu'on peut avoir le capital sans avoir les capacités d'être entrepreneur, mais aussi et le facteur « temps », on doit nécessairement veiller sur le calendrier agricole pour semer, sinon la production sera ratée (Busime, 2010).

De manière simple, les quatre principaux facteurs de production de nos jours sont les suivant : le travail matériel ; le capital naturel (terre) ; le capital physique ; le capital immatériel (l'esprit d'entreprise, le savoir, le savoir-faire, l'organisation, le travail immatériel)

? Fonction de production

Cette dernière met en relation la quantité produite et les facteurs utilisés avec un niveau de technologie donné. La fonction de production classique fait généralement appel à 3 facteurs de production à savoir : le travail (L), le capital (K), auxquels habituellement on ajoute la terre (T).

Y = f(K,L,T) : (1) (Mounier, 2001)

Fonction de production à un seul variable : Retenons ici qu'il existe 2 facteurs de production : le capital(K) et le travail (L) ; et travaillerons dans l'hypothèse de court terme ou seul le travail varie et le capital reste fixe. Dans ce cas, la fonction de production est Q= f(L) : (2)

Q représentant la quantité de production et L le travail ; de cette fonction découle trois concepts de la productivité : La productivité totale ; celle-ci s'identifie à la production totale et ainsi à la fonction de production ; La productivité moyenne ; la production par travailleur, production par unité de facteur ; La productivité marginale ; rapport de la variation de la productivité totale à la variation de la quantité d'une unité de facteur variable (Mounier, 2001).

Figure 1.1 : Fonction de production, productivité moyenne et productivité marginale

 

Source : Bernier, 2005

13

- Fonction de production à deux substituables : pour cette fois les deux facteurs varient : la fonction de production s'écrit de la manière suivante : Q= f(K,L) (3)

Q est la quantité produite, K la quantité de facteur capital et L est le facteur travail. Etant donné qu'il s'agit d'une fonction à deux substituables, la pente de l'isoquant est négative. Sa concavité permet de définir le taux marginal de substitution technique. On le comprend comme le nombre d'unités d'un facteur que l'on doit enlever si on ajoute une unité d'un autre facteur, la production restant la même (Bernier, 2005).

? Progrès techniques

Le progrès technique peut-être défini comme une nouvelle manière de produire qui permet d'obtenir plus des produits avec la même quantité des facteurs.

Pierre R. et D. Guellec (2007) expliquent de façon plus détaillée que le progrès technique est défini comme un accroissement de la connaissance que les hommes ont des lois de la nature appliquées à la production. Il consiste donc en l'invention de produits et procédés nouveaux, qui augmentent le bien-être des individus soit par un accroissement, soit par une transformation de la consommation. Cependant, il y a lieu de distinguer le progrès technique incorporé, le progrès technique induit ainsi que le progrès technique neutre.

? Le progrès technique est dit autonome lorsqu'il est indépendant de l'évolution des autres

facteurs de production. Exemple ; la production augmente à quantités de facteurs inchangés ; ? Il est dit incorporé lorsqu'il exerce ses effets par l'intermédiaire des facteurs de production ; ? Il est dit induit lorsqu'il apparait comme une conséquence de la croissance de la production ; ? Enfin, il est qualifié de neutre lorsqu'il laisse inchangés certains rapports de la combinaison

productive.

Dans une exploitation agricole, le progrès technique est utilisé en deux sens : dans le premier, on associe le progrès technologique et l'utilisation des quantités constantes des facteurs de production (capital, travail, terre, semences améliorées...) ; dans le second, c'est la substitution à une autre plus performante. (Nyakabasa cité par Akilimali, 2010).

14

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !