WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Madagascar vers une croissance inclusive au développement durable.

( Télécharger le fichier original )
par Patrick BE
Toamasina Madagascar - Maîtrise 2016
  

précédent sommaire suivant

II : Les piliers du développement durable

Si l'aspect écologique est le plus médiatisé, il ne constitue qu'un des aspects du développement durable car ce dernier comprend également un pilier social et un pilier économique.

Sur le plan social, il s'agit principalement mais pas seulement d'améliorer les conditions de vie de la population contre les inégalités sociales, les inégalités face à l'éducation, la faim, la pauvreté et les inégalités face à la santé.

Le pilier économique consiste à favoriser l'enrichissement de la population, des entreprises, des États en favorisant la création d'emploi, la recherche et l'innovation et formation universitaire et professionnelle.

Dans le pilier écologique, il s'agit de favoriser le développement humain et économique tout en préservant les ressources naturelles qu'elles soient minérales (comme l'eau), fossiles (le pétrole par exemple), végétales (forêt par exemple) ou bien des écosystèmes.

L'action en faveur du développement durable se joue à différentes échelles :

? À l'échelle mondiale, l'ONU a fixé les OMD et les ODD ;

? À l'échelle internationale se tiennent des conférences telles les Sommets de la Terre, les conférences pour le climat...

? À l'échelle locale, les autorités et les ONG mettent en place des projets répondant aux besoins des habitants.

19

Figure 1 : Diagramme résumant les 3 piliers du développement durable

Source : Wikipédia1, Année 2016

L'objectif du développement durable est de définir des schémas viables qui concilient les trois aspects écologique, social et économique des activités humaines : « trois piliers » à prendre en compte par les collectivités comme par les entreprises et les individus. La finalité du développement durable est de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre ces trois enjeux. À ces trois piliers s'ajoute un enjeu transversal, de plus en plus considéré comme le « quatrième pilier du développement durable », indispensable à la définition et à la mise en oeuvre de politiques et d'actions relatives au développement durable : la gouvernance.

1 https://fr.m.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9veloppement_durable#/media/Fichier%3ASch%C3%A9ma_du_ d%C3%A9veloppement_durable.svg, consulté le 12 Juin 2016 à 13 :18

20

III : Outils de mesure du développement durable

Étant donné les trois piliers inhérents dans le développement durable, nous nous posons la question de savoir si nous pouvons mesurer le développement durable et à partir de quels instruments. Voici quelques instruments de mesures du développement durable.

Le produit intérieur brut (PI3) est un indice très employé dans les comptabilités nationales pour mesurer la croissance économique, au point de conditionner une grande part des raisonnements et stratégies économiques. Nous disons que nous sommes en croissance ou en récession selon que le PI3 est en augmentation ou en diminution. Le PI3 est censé mesurer la croissance économique, mais il prend mal en compte la variation du capital naturel (éventuellement fossiles) qui est un effet de long terme. C'est notamment la raison pour laquelle le PI3 est critiqué par certains auteurs, qui en soulignent les limites pour la mesure effective de la richesse d'un pays.

De ce fait, nous avons les instruments de mesure suivants :

1 : Dans le volet économique : le PIB vert1

C'est une expression quelquefois employée pour désigner un projet de correction du produit intérieur brut en fonction des coûts environnementaux (consommation de ressources naturelles, pollution). Il s'agirait de prendre en compte les effets de la croissance économique sur l'environnement.

2 : Sur le plan environnemental

Nous pouvons parler d'indice de durabilité environnementale, de bilan carbone ou de tonnes de CO2 émises (bilan carbone personnel pour les particuliers), de consommation énergétique, d'empreinte écologique.

L'indice de durabilité environnementale (IDE) ou ESI en anglais pour Environmental Sustainability Index sert à mesurer les performances environnementales générales

1Le PIB vert pose des problèmes de mise en oeuvre et est controversé sur l'aspect de l'évaluation des termes correctifs, pour lesquels il n'existe pas de marché et donc pas de prix. Cependant, pour toute production, toute entreprise possède des assurances privées chargées d'évaluer les risques.

21

accomplies par 142 pays en vue d'assurer la durabilité de l'environnement. Il est calculé à partir d'une liste de 76 variables sous-jacentes intégrées à 21 indicateurs de base. Les 21 indicateurs pris en compte sont notamment la qualité de l'air et de l'eau, biodiversité, artificialisation du territoire, contraintes sur les écosystèmes, déchets, gestion des ressources naturelles, politique de l'environnement, etc.

3 : Dans le domaine social

Nous parlons d'indice de développement humain (IDH) (qui mesure la richesse, le taux d'alphabétisation et la santé d'une population), de coefficient de GINI, d'indice de bien être durable ou d'indicateur de progrès véritable...

L'indice de bien être durable (IBED) est un indicateur alternatif visant à remplacer le PIB. Le calcul de cet indice s'appuie approximativement sur la formule suivante :

IBED = Consommation marchande des ménages (base ou point de départ du calcul)

+ Services du travail domestique

+ Dépenses publiques non défensives

- Dépenses privées défensives

- Coûts des dégradations de l'environnement

- Dépréciation du capital naturel

+ Formation de capital productif.

À ne pas confondre avec l'Indicateur de Progrès Véritable (IPV), qui est un indicateur alternatif au produit intérieur brut ou à l'indice de développement humain (IDH) pour tenter de mesurer l'évolution du bien-être réel d'un pays. Alors que le PIB ne mesure que l'activité économique monétaire, l'IPV ajoute au PIB la valeur estimée des activités économiques non monétaires, comme le travail domestique ou les activités bénévoles et retranche du PIB la valeur estimée des richesses naturelles perdues (dommages à l'environnement, destruction des ressources non renouvelables, etc.) et des dégâts sociaux (chômage, délits, crimes,

22

délinquances, accidents, maladies, inégalités, etc.). Par son mode de calcul, il est très proche de l'indice de bien être durable.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.