WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La contribution des exploitations pastorales à  la vie socio-économiques des populations rurales.

( Télécharger le fichier original )
par JACKSON KAMBALE SIKULIMOLO
ISDR/KITSOMBIRO - A1 2014
  

précédent sommaire suivant

I. INTRODUCTION

I.1. ETAT DE LA QUESTION

Ce sujet qui traite sur la contribution des exploitations pastorales n'est pas du tout nouveau, il sied de noter que plusieurs auteurs en ont déjà parlé d'une manière ou d'une autre. Ainsi, nous pouvons citer ;

- MBUSA TSONGO Daniel, dans son travail intitulé « la contribution de l'élevage ovin au revenu du fermier dans le milieu de Kitsombiro ». Il a aboutit aux résultats selon lesquels 32,1% ont déclaré que l'élevage du mouton contribue le plus au revenu de l'éleveur.1(*)

- PALUKU MALIRO Henri, dans son travail traitant sur « la prolifération des marchés du bétail dans les hautes terres de Lubero », Il a aboutit aux résultats selon lesquels la concurrence sur le prix du bétail entre l'éleveur et le marchant du bétail, la lutte contre le vol du bétail, la recherche du profit et l'approvionnement facile des marchés de consommation sont à la base de la prolifération des marchés dans la région de hautes terres de Lubero. Il a ajouté une suggestion selon laquelle les éleveurs doivent fournir d'efforts pour améliorer ou valoriser cette activité car elle constitue la matière première pour le marché du bétail qui doit s'organiser pour une mise en marche collective en vue d'augmenter leur rapport de force et leur capacité de négociation sur le marché du bétail face aux intermédiaires. 2(*)

- KAMBALE MUHONGYA Abel, dans son travail intitulé « la prolifération des fermes d'élevage et son impact sur le développement socio-économique des chefferies Bamate et Batangi », il a aboutit au résultat selon lequel les éleveurs de deux chefferies Bamate et Batangi connaissent d'énormes difficultés qui constituent des goulots d'étranglement à la maximisation de la rentabilité des fermes pendant ses enquêtes, il s'est dégagé que la me-gestion des fermes constituent une grande difficulté, laquelle une fois surmontée peut permettre l'élimination d'autres difficultés. D'où l'accroissement de la production des fermes d'élevages.3(*)

Cependant, tous les travaux précités seraient semblables au notre mais ces derniers parlent chacun d'un cas particulier en rapport avec l'élevage. C'est pourquoi à travers cette recherche scientifique nous voulons mettre un accent sur le degré de contribution des exploitations pastorales à la vie socio-économique de la population de Kitsombiro.

I.2. PROBLEMATIQUE

En Afrique, le secteur primaire représente le principal domaine d'activité économique des populations des pays en développement. Au sein de ce secteur figure en bonne place l'élevage. Celui-ci connait un développement très important dans la région des savanes au Togo où il est associé dans une certaine mesure à la production agricole. Activité dominante du monde rural de cette partie du pays, l'élevage revêt une importance et une signification plurielle. Le troupeau ne constitue pas seulement une valeur d'échange, mais aussi d'usage.

Il confère au propriétaire une marque de statut social et économique. De ce fait, le gros ou le petit bétail (bovin, ovin et caprin) joue d'innombrables rôles ou fonctions dans la vie socio-économique des producteurs dans la majorité des cas et de certains agriculteurs ou paysans qui, en plus de la production agricole s'adonnent à cette activité. Cette dernière représente une ressource économique, très remarquable et un moyen de subsistance majeur des éleveurs.4(*)

Dans notre pays, qui est la RDC, l'agriculture et l'élevage restent la principale activité en milieu rural mais qui souffre d'une insuffisance due à l'absence de mécanisation. Bien que le pays dispose d'énormes ressources largement exposées aux risques d'insécurité alimentaire.

Les conditions de vie restent très précaires pour le grand nombre et se dégradent particulièrement en milieu rural et dans les zones d'insécurité où les populations, souvent en fuite, perdent leurs moyens de subsistance et subissent périodiquement des abus de la part des éléments armés, ...5(*)

Selon le ministère du plan, depuis plus de deux décennies, la RDC est classée en dépit de ses immenses ressources humaines et du sous-sol, parmi les pays les plus misérables de l'Afrique au sud du Sahara.6(*)

Face à cette situation de pauvreté extrême, la population congolaise n'a pas dormi sur ses lauriers ; elle cherche à créer toujours les sources de biens et services dans différents secteurs pour satisfaire les besoins courants. Cette population étant en majorité composée des paysans, l'agriculture et l'élevage constituent la priorité de toute action économique. 7(*)

Dans le territoire de Lubero, la terre est propice à l'élevage. Ainsi, les fermes se trouvent par-ci par là. Nous avons nombreuses exploitations d'élevage dans le territoire et particulièrement dans le milieu de Kitsombiro et ses environs.

Vu les ressources naturelles, l'exploitation est favorable à l'élevage. Toutes les activités convergent vers l'agriculture et l'élevage. De ce fait, nombreuses gens investissent dans ce secteur.8(*)

La constatation actuelle est l'esprit de compétition pour les fermes d'élevage au point même d'y insérer l'agriculture. Comme le professeur BONADONA le souligne, l'élevage n'est que le frère à l'agriculture. Ils doivent fonctionner ensemble au lieu d'être séparé, généralement que toutes les terres jadis destinées aux cultures vivrières sont devenues de fermes d'élevage, même quelques réserves forestières en ont souffert.9(*)

C'est ainsi que nous voulons voir, dans cette recherche, le degré de la contribution des exploitations pastorales à la vie socio-économique de la population de Kitsombiro. Plus précisément notre problématique se focalise sur les questions suivantes :

1. A quel degré les activités pastorales contribuent elles à la vie socio-économique de la population de Kitsombiro ?

2. A quels faits les revenus des exploitations pastorales sont ils affectés ?

3. Quel est le mode d'exploitation des fermes à Kitsombiro ?

* 1 MBUSA TSONGO Daniel « la contribution de l'élevage ovin au revenu du fermier, TFC ISDR Kitsombiro, 2008-2009, P 49

* 2 PALUKU MALIRO Henri « la prolifération des marchés de bétail dans les hautes terres de Lubero, TFC ISDR Kitsombiro, 2005-2006, P 62

* 3 KAMBALE MUHONGYA Abel « la prolifération des fermes d'élevage et son impact sur le développement socio-économique des chefferies Bamate et Batangi » TFC ISDR KITSOMBIRO, 2000-2001 P 50

* 4 Google seach, Koudzou SOKEMAVU, importance socio-économique de l'élevage pastoral dans la région des savanes au Togo, la revue AHOHO en ligne ; publication du LARDYMES.

* 5 Google seach, l'élevage et l'agriculture en RDC

* 6 Ministère du plan, document de stratégie pour la réduction de la pauvreté ; éd Mirak, Kinshasa-Gombe 2004, P 75

* 7 Idem

* 8 KAMBELE MUHONGYA Abel, op cit P3

* 9 BANADONA T. Le développement zootechnique la tâche du vétérinaire, éd. Jauve, Paris 1963 P 37

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.