WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Transformer les ressources naturelles de la R.D.C. en un levier de la croissance économique durable: quelle politique? quelle gestion?

( Télécharger le fichier original )
par Baudouin-ephraim KINENKINDA MALAMBWE
Université protestante au Congo - ECONOMIE MONETAIRE 2015
  

précédent sommaire suivant

Aidez l'hopital de Montfermeil

2. Constat et justification de l'étude

Partant du constat selon lequel l'économie congolaise est axée essentiellement sur les exportations en grande partie, des produits miniers sus-évoqués ainsi que de certains indicateurs macroéconomiques (taux de croissance du PIB, taux d'inflation, taux de change, taux de chômage, etc.) ; Cette étude puise son intérêt dans l'optique purement prévisionnelle des effets négatifs tout en examinant l'impact direct et indirect des ressources naturelles sur la croissance économique en R.D.Congo.

Il est donc important de noter que la thèse de la malédiction de l'abondance des ressources est conçue pour le cas précis des pays exportateurs de ressources minières précieuses (hydrocarbures, diamants, or, coltan, etc.), la dotation et l'exportation de matières premières agricoles n'étant pas estimées dans ce cadre théorique comme une malédiction au même titre que celle des produits miniers de grandes valeurs. Plusieurs études firent le constat que les taux de croissance des pays riches en produits miniers et en hydrocarbures étaient inférieurs aux autres pays, relativement pauvres et exportateurs des produits agricoles (Gylfason, 2004).

3. Hypothèses de recherche

Des travaux empiriques ont montré que l'abondance des ressources minières, pétrolières et gazières sont non seulement négativement corrélées à la démocratie, mais du fait de ces mêmes richesses dans le processus de démocratisation peut être freiné à certains égards. Par contre, la démocratie encouragerait une meilleure gestion des ressources naturelles si elle comporte de réels mécanismes de contre-pouvoir (checks and balances). Nous tenterons, tout au long de cette étude, d'évaluer la validité des hypothèses sous-jacentes :

? Hypothèse 1/ L'expansion de ressources minières, dans un pays en développement tel que la RDC, produirait des effets pervers dans l'économie du pays qui se traduirait par la contraction des secteurs produisant des biens échangeables en dehors du secteur en boom et le développement des secteurs produisant des biens non échangeables qui, pour l'essentiel, approvisionne les résidents intérieurs.

4 | P age

? Hypothèse 2/ l'exploitation des ressources naturelles se base sur la théorie de l'échange international basée sur les avantages comparatifs, d'où la politique industrielle forte, une politique d'éducation basée sur le capital humain en vue d'une main d'oeuvre qualifiée pour une finalité de la bonne gouvernance par le biais de la transparence et de la démocratie.

? Hypothèse 3/ Une opportunité, une aubaine pour un développement harmonieux et durable pour les pays exportateurs de matières premières, finirait par être un couteau à double tranchant, car les recettes dégagées de l'exploitation affecteraient négativement les structures de l'économie à travers certains secteurs de la production et de même que la distribution de revenus.

précédent sommaire suivant






Aidez l'hopital de Montfermeil

Appel aux couturier(e)s volontaires

Moins de 5 interactions sociales par jour