WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Transformer les ressources naturelles de la R.D.C. en un levier de la croissance économique durable: quelle politique? quelle gestion?

( Télécharger le fichier original )
par Baudouin-ephraim KINENKINDA MALAMBWE
Université protestante au Congo - ECONOMIE MONETAIRE 2015
  

précédent sommaire suivant

Chapitre I. LA CONTRIBUTION DES

RESSOURCES NATURELLES A LA

CROISSANCE DE LA RDC

Dans ce chapitre, nous présentons un cadre théorique qui permet d'expliquer et cerner

les problématiques associées à la notion des ressources naturelles dans le but d'analyser de manière satisfaisante l'impact direct des ressources minières, pétrolières sur la croissance économique en R.D.Congo.

Il comporte deux sections. La première section consiste à mener une étude théorique sur les principaux canaux de transmission des ressources naturelles et la croissance économique ; la deuxième section pressente l'évolution de l'économie congolaise en quatre sous-périodes respectivement de 1960 à1973; 1974 à 1988 ; 1989 à 2001 et enfin de 2002 à 2014.

Etant donné le caractère exceptionnel de la sous période 2002-2014, nous avons jugé d'appréhender l'évolution congolaise successivement dans les secteurs : secteur réel, secteur monétaire, secteur des finances publiques ainsi le secteur extérieur.

Section 1. Canaux de transmission des ressources naturelles et la
croissance économique2

Cette section présente dans un premier temps, les origines du concept de la croissance économique, ses sources afin de donner une idée claire de sa signification dans le cadre ce travail, dans un second temps d'expliquer les ressources naturelles dans la pensée économique, et dans le troisième temps, il sera question de présenter la revue théorique portant sur les différents canaux de transmissions des ressources naturelles (minières, pétrolières...) sur la croissance économique

10 | P a g e

§1. Les origines de la croissance économique

Les premiers travaux de la croissance économique remontent dans un premier lieu de la théorie d'Adam Smith(1776), et Domar -Harrod (1941) cherchant à rendre compte des conditions et caractéristiques essentielles de l'équilibre d'une économie capitaliste en croissance. Dans le deuxième lieu, le modèle néoclassique développé successivement par Ramsay (1928), Solow (1956) ,Cass (1965) et Koopmans(1965),qui attribue l'origine de la croissance au montant du capital technique investie(machines ,équipements ,logiciels, infrastructures...).en troisième lieu, les tenant de la théorie de la croissance endogène Barro (1980),Mankiw et al.(1992) qui affirme que la croissance ne tombe du ciel mais elle est assimilée à un phénomène autoentretenu par accumulation de quatre facteurs principaux : la technologie, le capital physique, le capital humain et le capital public.

Le taux de croissance se défini alors comme la variation relative du PIB en volume d'une année à l'autre. « La croissance économique est l'augmentation soutenue pendant une ou plusieurs périodes longues, d'un indicateur de dimension, pour une nation, le produit global en termes réels » (Perroux 1903-1987 ; Beitone et al. 2010). Ainsi, la croissance économique s'accompagne généralement d'une nouvelle répartition des activités par secteur et par région3.

Dans le cas d'une nouvelle répartition sectorielle des activités, les parts relatives de la production agricole, industrielle, de services marchands ou non marchand dans le PIB évoluent régulièrement. Le PIB étant égal à la somme des valeurs ajoutées créées par les entreprises, il est possible d'analyser la croissance économique à partir d'une étude des différents facteurs de production et de l'organisation du système de production.

A cet effet, deux types de classifications peuvent être utiles. Tout d'abord, la croissance peut être extensive, c'est-à-dire générée par l'accumulation de capital, ou intensive, elle résulte d'un usage plus efficace du capital existant et d'autres ressources. Ainsi, il est maintenant admis que la qualité des institutions et de la gouvernance peut contribuer à une croissance durable de même que d'autres facteurs divers relevant de l'organisation, des institutions et de la politique économique(Fischer et Sahay,2000 ;Campos et Coricelli,2002 ;Acemoglu et Johnson,2005).

3 DIEMER, Arnaud(2009). « Croissance endogène et convergence », MCF IUFM d'Auvergne, page 14

11 | P a g e

Une deuxième classification distingue plusieurs formes de capital, à savoir :

1. L'épargne et l'investissement qui servent à créer le capital réel ou physique, les infrastructures physiques, les routes et les ponts, les usines, les machines, les équipements, etc.

2. L'éducation, la formation, le système de santé et la sécurité sociale qui servent à créer le capital humain, c'est-à-dire une population active meilleure et plus productive4 ;

3. Les exportations et les importations de biens, de services et de capitaux qui servent à créer un capital extérieur pour entre autres choses, compléter le capital national ;

4. La démocratie, la liberté, l'égalité et l'honnête, c'est-à-dire l'absence de la corruption qui servent créer un capital social, afin de renforcer les liens sociaux qui assurent la cohésion du système économique et son bon fonctionnement ;

5. la stabilité économique, avec une faible inflation, qui sert à créer le capital financier, en d'autres termes la liquidité pour de l'huile dans les rouages du système économique et ;

6. les industries manufacturières et les services qui permettent de diversifier l'économie nationale, la faisant échapper à une dépendance excessive à l'égard d'une production primaire à faible qualification, agricole notamment, basé sur le capital naturel.

Selon Thorvaldur(2010), généralement, il est important de reconnaitre que ses six éléments cités « capital réel, capital humain, capital extérieur, capital social, capital financier et capital naturel » sont intrinsèquement désirables et utiles, et aussi que la diversification de l'activité économique est souhaitable. Toutefois, atteindre ces objectifs est une autre affaire.

4Kabwe. (2014). « contribution des ressources minières et croissance économique en R.D.Congo »Les Cahiers du CEDIMES, vol8n°2 P.68-47

12 | P a g e

1.1 Sources de la croissance économique

Par source de la croissance économique, il faut entendre tous les facteurs qui contribuent à l'accroissement de la production de l'économie dans le temps. L'importance de ces facteurs diffère en fonction de leurs effets sur la production, lesquels effets peuvent être des effets de court terme et des effets de long terme.

L'investissement est la première source de la croissance économique car il entraine un déplacement vers l'extérieur de la frontière des possibilités de production de l'économie. Autrement dit, l'investissement est favorable à la croissance en ce qu'il croit la capacité productive de l'économie. Il convient de noter que l'accumulation du capital doit se faire à un rythme supérieur à la croissance démographique pour que l'intensité capitalistique et le produit par tête augmente5.

Une deuxième source est l'amélioration de la technologie de production qui est mesuré par A. En effet, s'il y a progrès technique ou amélioration des procédés de production des biens, avec un même ratio capital-travail, le travailleur produira plus qu'auparavant .C'est pourquoi le progrès technique entraine une amélioration de la productivité de l'économie ou les travailleurs qu'emploie l'économie.

Enfin, la troisième source de la croissance économique est la taille de la population active. Cette dernière peut augmenter sous l'effet de l'évolution démographique, de l'immigration ou d'un taux d'activité accru. Mais puisque tous les facteurs de production sont essentiels, c'est-à-dire que l'on ne peut pas passer de l'un d'entre eux pour réaliser l'activité de de production, l'accroissement de l'effectif de la population active jouera un rôle positif dans le processus de croissance que s'il y a assez de biens d'équipement pour utiliser les travailleurs additionnels.

5Nshué, A. (2007). « Macroéconomie, Théories et exercices résolus »EDUPC, page 78

13 | P a g e

précédent sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Bitcoin - Magic internet money - Join us !