WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Exploitation minière et conflits fonciers. Le cas de la localité de Hiré (Côte d'Ivoire).

( Télécharger le fichier original )
par Cyprien Yao YAO
Université Félix H.Boigny  - Master1 Sociologie spécialité: Environnement 2014
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1-2- Analyse herméneutique du discours d'Akaffou

1-2-1-La revendication de la propriété foncière comme une stratégie d'appropriation ou de conservation de celle-ci

Selon Akaffou, la conservation de la propriété foncière consiste au strict respect des normes agraires, sociales et économiques qui lient les migrants aux autochtones. Il décrit une situation de non reconnaissance des principes moraux du tutorat foncier. Selon lui, la rente foncière générée par les indemnisations aurait dû être déclarée aux tuteurs autochtones et non au titre d'une appropriation singulière du côté des migrants.

En fait, le discours d'Akaffou traduit une forme de conservation perpétuelle de la propriété foncière. Il s'agit d'une légitimation du contrôle exclusif de la terre et du renforcement à perpétuité des relations sociales et économiques avec les groupes ethniques installés à une époque récente.

En s'appuyant sur l'idéologie de l'autochtonie comme l'expression des rapports de domination des autochtones sur les allochtones et allogènes, il s'inscrit dans un système pérennisé d'obligations liant le migrant à son tuteur et impliquant un devoir de reconnaissance sociale et économique absolu. On note par ailleurs que le recours à l'autochtonie vise à restructurer la rente foncière en ce sens que les migrants n'ont droit qu'aux indemnités associées aux cultures et les autochtones celles liées à la terre. Cela met en exergue plusieurs types de relations telles que les relations de conflits, d'inégalité, de concurrence et de domination. D'un point de vue des pratiques,la « non reconnaissance des migrants», l'idéologie de l'autochtonie et l'identité autochtonie fonctionnent comme des opérateurs symboliques dans la structuration des statuts et des rôles au sein du comité. Ainsi, l'on observe un comité de gestion des conflits construit sur une base ethnique par l'exclusion pure et simple des allochtones et allogènes.

Extrait de l'entretien d'Akaffou :

« J'ai donné cette parcelle pour que symboliquement vous veniez me dire merci que ce soit en nature ou en argent. Mais pourquoi avec l'arrivée des mines, les choses changent. Pourquoi ces personnes se proclament propriétaire de la terre à l'insu du donateur. La meilleure solution ou la solution la plus humaine comme la terre s'en va définitivement, c'est de venir vers son patron, lui dire que la terre que tu m'as donnée, j'ai été indemnisé, je viens te dire merci. C'est ça que nous attendons d'eux. Et ils ne le font pas. Ils se proclament propriétaire terrien et on met les chèques à leurs noms. Ils ne sont pas reconnaissants ».

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net