WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Etude sur la participation de la femme dans le processus de réconciliation et de consolidation de la paix dans le territoire de rutshuru, de 2010-2016.


par Emmanuel BILLAY MUSSAMBA
Distant Production House University  - Master 2016
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

DEDICACE

Aux regrettés

Père MUSSAMBA L. Moise

Ami Michael J. SHARP qui aurait pu lire cette recherche.

7

REMERCIEMENTS

Tout d'abord, je tiens à remercier le superviseur de cette recherche Ir. KABASELE DYCKOBA J.R., pour le temps précieux qu'il m'a accordé. Également je remercie VIJAYA T. Directrice de Resolve net work, Dominique, Révérend KIPINDULA, ainsi que l'ensemble des professeurs en l'occurrence Dr NDIKUMANA Deo qui ont contribué à l'aboutissement de cette recherche. Mes remerciements s'adressent également à toutes les personnes qui m'ont aidé dans l'élaboration de cette recherche, en particulier Patrick M. MASUDI et les autres collègues de recherche. Je n'oublie pas mon épouse Bibilah BYAOMBE et mes enfants à qui je suis reconnaissant de leur soutien.

8

RESUME DE THESE

La place, le rôle et le niveau d'implication de la femme dans les processus de réconciliation et de consolidation de la paix continuent à être un sujet de controverses et de débats à travers le monde. Pendant les périodes des conflits armés, les femmes, bien qu'étant comptées parmi les premières victimes, elles jouent un grand rôle allant de la protection de la progéniture à la mobilisation pour le règlement pacifique des conflits. En dépit de cela, leurs efforts restent sous-estimés et leur participation reste maintenue à une moindre mesure dans les processus de négations et médiation en faveur de la paix (Introduction), cette situation s'observe même au niveau des opérations de maintien de la paix de l'ONU et même au sein de certains organismes nationaux et internationaux intervenant dans ce domaine. En outre, il est à noter que la contribution pertinente des femmes au processus de paix et réconciliation reste marginale et leur potentiel semble difficile à exploiter (problématique) ; on ne peut pas soutenir une action de paix tout en oubliant et/ou sous-estimant l'importance de la contribution d'une fange de la population. Cette étude vise à examiner la contribution de la femme dans le processus de consolidation de la paix et de réconciliation surtout entre les communautés qui ont été affectées par la guerre et les conflits ethniques en territoire Rutshuru. De plus, elle explore les voies et moyens à partir desquels cette contribution pourra être renforcée surtout par des interventions centrées sur la cohabitation pacifique et la cohésion sociale. Bien que la politique du gouvernement sur la promotion de la qualité du genre soit explicite quant au besoin de l'implication des femmes, en pratique, la politique sur le genre reste à traduire en action comme cela est indiqué dans le rapport sur la politique au niveau des structures gouvernementales et de la société civile dans le territoire de Rutshuru.

En République Démocratique du Congo en général et le territoire de Rutshuru en particulier, la participation des femmes aux processus de réconciliation et de consolidation de la paix reflète les mêmes réalités comme partout ailleurs ; en analysant, on trouve que même au sein des organisations de la société civile les femmes ne sont pas grandement impliquées.

9

Face à cela, il a été trouvé que le niveau de participation de la femme dans les processus de réconciliation et consolidation de la paix à Rutshuru reste faible jusque là. Cette étude cherche à contribuer à améliorer le niveau de la participation de la femme dans le processus de consolidation de la paix et de réconciliation dans le territoire de Rutshuru (Objectif global). Pour y arriver elle s'est proposée de répondre à trois hypothèses dont la première fait allusion au faible niveau de participation des femmes aux processus de réconciliation et de consolidation de la paix, la seconde parle des contraintes (d'ordre culturel et éducatif) auxquelles les femmes font face dans le processus de réconciliation et de consolidation de la paix et en fin, la troisième fait allusion au respect de la loi 15/013 portant modalité de droit de la femme et de la parité de son chapitre 2 à son article 10 et le respect de l'article 14 de la Constitution de la RDC, comme la stratégie efficace dans les processus de réconciliation et de consolidation de la paix.

Comme résultats, il a été constaté que le faible niveau de la participation des femmes dans les processus de réconciliation et de la consolidation de la paix est lié à plusieurs facteurs en l'occurrence les facteurs culturels, éducatifs, voir même politiques. En revanche, cette tendance de mise à l'écart et de la non reconnaissance et/ou de la sous-estimation de l'importance de la contribution de la femme aux processus de réconciliation et de la consolidation de la paix à Rutshuru devrait être positivée par cette dernière, en la considérant comme un stimulus qui doit la pousser à explorer d'autres voies et moyens pour afin bien prendre part massivement à toutes les instances partant du niveau local jusqu'au niveau national et le cas échéant le niveau international. En outre elle doit se dépenser pour prendre part activement dans des instances des décideurs au sein de la communauté et cesser de se victimiser tout le temps.

Pour y remédier, certaines stratégies ont été développées notamment la tenue des dialogues (quel que soit leur nature) regroupant uniquement des femmes suivi de la mise sur pied des comités constitués uniquement des femmes (barza des femmes), ceci pour encourager les femmes à être impliquées à un degré supérieur dans le processus de reconstruction de paix dans les zones post-conflit.

10

En outre, organiser pour les femmes du territoire de Rutshuru des voyages d'étude et d'échange d'expériences vers d'autres provinces du pays ou dans des pays étrangers où cette problématique commence à trouver des réponses satisfaisantes. Mais aussi, mettre en place un plan stratégique qui facilite la fédération des associations féminines du territoire de Rutshuru dans des plates-formes ou caucus des femmes et la mise en place des mécanismes et/ou politiques avec des effets au niveau communautaire, sociétal et institutionnel d'une part, et avec des effets au niveau international de l'autre part. En fin, organiser des séances de dialogues impliquant des couches de populations les plus vulnérables (pauvres) c'est-à-dire les populations souvent oubliées lors de la tenue de ce genre d'activités, à l'issue de ces travaux, monter des plans d'actions qui ouvrent la voie et facilitent l'accroissement de la participation intelligente des femmes dans les processus de réconciliation et consolidation de la paix.

11

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net