WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traite d'amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso et le renforcement de l'intégration économique sous-régionale


par Ceba Timothée KELY
EENI Global Business School - Doctorat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.2 . Pertinence de l'étude ou justification

Le sujet nous permet d'aborder les échanges bilatéraux et l'intégration économique ivoiro-burkinabé et des implications socio-économiques. Dans ces conditions, cette étude recherche les déterminants des échanges bilatéraux qui expliquent la nécessité du renforcement de l'intégration économique entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso dans la Sous-région UEMOA. Cette étude est d'autant plus importante que parce que l'Afrique ne dispose pas d'assez de données fiables sur son commerce intra-africain. En général, l'on enregistre les flux entre l'Afrique et les autres continents. Or, la disponibilité et la communication de l'information économique chiffrée à travers la coopération Sud-Sud permet d'évaluer les gains et les pertes dans un contrat et d'éclairer les décideurs et de stimuler l'engagement politique des Etats. Les résultats par ailleurs, des études empiriques sur le cas spécifique de l'UEMOA montrent que l'appartenance à la zone monétaire commune UEMOA et la mise en oeuvre des réformes économiques ont eu des effets significatifs en termes de détournement des importations et des exportations (Agbodji, 2007). Ainsi, la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso à travers le TAC, sont-ils à la recherche d'une croissance des échanges tout en stimulant l'intégration mutuelle. Cette étude permettra d'attirer l'attention des pouvoirs publics, des professionnels des affaires internationales et des chercheurs sur la nécessité de produire des données exactes, consolidées et disponibles en temps réel sur le commerce intra-africain et les modalités de création d'un marché unique africain qui demeurent des enjeux majeurs. Enfin, cette étude présente un intérêt théorique qui viendra en complément d'autres travaux déjà réalisés dans le cadre de la coopération et de l'intégration économique sous régionale et pourra sans doute constituer un point de départ pour les études avenir sur le Traité d'Amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. L'intérêt pratique de cette étude est de permettre aux dirigeants ivoiriens et burkinabés d'apprécier si le TAC peut garantir des avantages comparatifs vu les inégalités socio-économiques entre les deux pays ; si le TAC peut constituer un modèle de coopération bilatérale dans l'espace UEMOA.

1.3 . Énoncé du problème

Le problème que suggère en effet cette recherche est la faible croissance du commerce entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. Par conséquent, la question centrale qui fonde notre étude est la suivante : pourquoi, en dépit de la croissance du produit intérieur brut, la baisse de l'inflation et la qualité des institutions, la croissance des échanges bilatéraux entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso reste faible? 

De façon subsidiaire, l'on peut émettre les préoccupations suivantes :

- quels sont les accords de facilitation des échanges et de la libre circulation des personnes mis en oeuvre par la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso?

- quelles sont les caractéristiques des échanges commerciaux et les déterminants de l'intégration des marchés de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso?

- quel est l'état des lieux de la convergence des politiques macroéconomiques de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net