WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le traite d'amitié et de coopération entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso et le renforcement de l'intégration économique sous-régionale


par Ceba Timothée KELY
EENI Global Business School - Doctorat 2020
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CHAPITRE 5 : CONCLUSION GÉNÉRALE ET RECOMMANDATION

Les résultats de notre étude ont été présentés dans le chapitre 4. Le chapitre 5 qui constitue le dernier sera consacré à la conclusion des analyses et aux recommandations que suscite le sujet. L'objectif de cette thèse étant d'étudier la contribution de la coopération en général, et du TAC en particulier au développement des échanges bilatéraux dans une perspective du renforcement de l'intégration économique de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso, nous avons analysé les faits stylisés en organisant les résultats de nos enquêtes en trois parties. Puis, nous avons appliqué le modèle de gravité de panel en vue d'appréhender les déterminants des échanges bilatéraux. C'est l'analyse de ces déterminants qui nous permet d'apprécier l'impact de la coopération (TAC) sur les relations bilatérales entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. Premièrement, nous avons fait l'historique et ensuite présenté le rôle du Traité d'Amitié et de Coopération (TAC) dans les relations bilatérales ivoiro-burkinabé. Et enfin, nous avons étudié l'engagement de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso dans l'harmonisation des politiques sectoriels et la libre circulation des personnes. Il ressort de l'historique que le TAC est la conséquence de la crise identitaire survenue en Côte d'Ivoire depuis 2002. Ainsi, le TAC a-t-il permis de recoudre les liens rompus et d'améliorer les relations bilatérales et diplomatiques entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. La paix est revenue au sein des Etats de 2008 à 2018 et le TAC apparaît aujourd'hui comme un outil essentiel pour l'intégration des peuples, l'intégration économique et politique. Concernant l'engagement de la Côte d'ivoire et du Burkina Faso dans l'harmonisation des politiques sectoriels et la libre circulation, nous retenons que les deux pays font preuve d'un engagement formel. En effet, les deux Etats rencontrent des difficultés dans la mise en oeuvre des accords de facilitation du commerce, à l'instar des pays de l'UEMOA dont ils sont membres. La ratification et la notification des mesures de catégorie A sont effectives et celles des catégories B et C ne le sont pas encore. Par ailleurs, la Côte d'Ivoire affiche globalement son leadership en matière de mise en oeuvre des mesures de facilitation des échanges. Et les deux pays sont effectivement engagés dans la circulation des personnes avec des performances appréciables (0,8) en 2016 (Rapport CEA, 2016).

Deuxièmement, nous avons fait une étude du commerce international de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso. Dans cette partie, nous avons retenu que le commerce international de la Côte d'ivoire et du Burkina Faso présente une faible dynamique haussière. Le commerce bilatéral entre les deux pays reste faible et les flux sont en majorité dirigés vers leurs partenaires occidentaux et asiatiques comme c'est le cas des pays d'Afrique de l'Ouest. Cependant, nous relevons que le commerce bilatéral de la Côte d'Ivoire est plus dynamique que celui du Burkina Faso qui est un pays enclavé. En outre, la Côte d'Ivoire présente une bonne performance en intégration commercial dans l'espace UEMOA, vu l'évolution indiciaire (0,986) en 2016, présentée par la Commission économique pour l'Afrique (rapport CEA, 2016). Le Burkina Faso présente un faible indice de 0,425 en 2016. Nous avons évoqué par ailleurs, des difficultés que rentre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso dans le développement de leurs échanges bilatéraux. Comme partout en Afrique de l'Ouest, nous relevons le déficit d'infrastructures qui se décrit par le non achèvement et le manque de réhabilitation des routes et des voies ferrées entre les pays. Le déficit d'énergie fragilise le transport. Concernant l'utilisation de l'internet, La pénétration et l'utilisation de l'internet est encore faible en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso. Cependant, la Côte d'Ivoire est plus avancée dans le domaine de l'internet par rapport au Burkina Faso. La dynamique haussière de l'utilisation d'infrastructures financières ne s'accompagne pas d'une facilité d'accès au financement du commerce.

Enfin, dans la troisième partie de nos résultats, nous avons dans un premier temps présenté la situation des critères de convergence de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso selon la norme UEMOA. Puis dans un second temps, nous avons estimé le modèle de gravité de panel en privilégiant la méthode Tobit afin de confirmer ou infirmer de façon empirique nos hypothèses de recherche.

· Les résultats économétriques : le modèle de gravité

Les résultats économétriques basés sur le modèle de gravité nous permettent de consolider les résultats théoriques et enfin de confirmer ou d'infirmer nos hypothèses.

Nous relevons que le PIB est en croissance (7,43%) en 2018 en Côte d'Ivoire contre 6,51% au Burkina Faso à la même année. Quant à l'inflation, elle est en baisse jusqu'en 2018 dans les deux pays. Cependant elle reste significative en Côte d'Ivoire (0,42%) par rapport au Burkina Faso (1,86%).

La variante Fta présente un signe positif et significatif. Cela indique que l'appartenance à une zone de libre-échange permet d'harmoniser les politiques sectorielles et facilite alors les échanges. La ratification, la notification améliore les relations bilatérales entre les pays et les agents économiques ont plus de liberté dans l'exercice de leurs activités commerciales. Cependant, les économies ouest-africaines étant fragmentées, la création de l'UEMOA n'a pas permis l'augmentation du commerce. Mais plutôt le détournement de commerce. C'est ce qui explique la faiblesse du commerce bilatéral intra-africain entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. Par ailleurs la création de l'UEMOA permet de faciliter les échanges intra-africains à travers les mesures communautaires de facilitation des échanges et de libre circulation en vigueur. Ainsi, notre hypothèse selon laquelle « l'engagement dans l'harmonisation des politiques sectorielles et la mise en oeuvre des mesures communautaires de facilitation du commerce, influe positivement sur les relations bilatérales » est confirmée.

Concernant les variables muettes de contrôles, nous avons des coefficients avec des signes attendus et significatifs. Les partenaires qui ont une langue commune commercent entre eux qu'avec les autres. L'enclavement d'un pays ne favorise pas les échanges. Les résultats du modèle montrent que l'appartenance à un accord commercial et à une zone monétaire unique influe sur le commerce entre les pays membres. Par conséquent, les pays qui partagent une monnaie unique échangent plus que les pays hors de l'union monétaire. En outre, le produit intérieur brut influence positivement le commerce bilatéral comme l'indique notre modèle à travers le signe positif. Et la distance réduit le commerce. Enfin, le taux d'inflation baisse tout en restant positif. La maîtrise de l'inflation est donc très importante pour le développement du commerce. Car l'alternance de la hausse ou de la baisse de l'inflation pourrait accroître ou diminuer le commerce. Dans le cadre du commerce bilatéral entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, nous avons les mêmes observations : le PIB augmente en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso, l'inflation présente une tendance à la baisse, les deux pays partagent la même langue et la même monnaie. Cette situation pourrait donc expliquer la faible dynamique haussière du commerce bilatéral eu égard les signes attendus des coefficients. De tout ce qui précède, notre hypothèse selon laquelle « la faible dynamique haussière des échanges commerciaux entre la Côte d'Ivoire et le Burina Faso s'explique par la croissance du PIB, la baisse de l'inflation, le partage d'une langue commune et d'une monnaie unique » est confirmée.

Relativement à la troisième hypothèse de recherche, nous avons présenté l'évolution des indicateurs de convergence en Côte d'Ivoire et au Burkina Faso édictés par la Commission de l'UEMOA. Nous avons ensuite procédé à la comparaison des variantes de l'estimation avec la situation de convergence des deux pays en 2018. Il ressort de l'analyse des indicateurs que la Côte d'Ivoire a pu satisfaire à deux (2) critères de premier rang sur trois (3). Il s'agit du taux d'inflation annuel moyen (0,42%) et de l'encours de la dette publique totale par rapport au PIB (48,2%). Le solde budgétaire global par rapport au PIB nominal n'est pas respecté. Concernant les critères de second rang, la Côte d'Ivoire n'a pu satisfaire à aucun des critères sur les deux. Au total, la Côte d'Ivoire a pu respecter deux (2) critères sur les cinq (5).

Concernant le Burkina Faso, le pays affiche la même situation de convergence que celle de la Côte d'Ivoire : deux (2) critères de premier rang sur trois (3) sont respectés et aucun critère de second rand. Ce qui fait également un total de deux (2) sur cinq (5).

Par ailleurs, les prévisions indiquent que les trois critères de premier rang seraient respectés à partir de 2019 et se maintenir jusqu'en 2023. Car le critère clé de premier rang relatif au solde budgétaire global serait respecté par les deux pays. En outre, un critère de second rang serait respecté à partir de 2021 pour se maintenir jusqu'en 2023 par la Côte d'Ivoire. Le Burkina Faso respecterait un critère de second rang à partir de 2020 pour se maintenir jusqu'en 2023. Cette situation rapporterait donc le nombre de critères respectés à quatre (4). A la fin de l'exercice 2018, Il apparaît qu'aucun des deux Etats ne respecte les critères de convergence à 100%. S'il est vrai que les critères de premier rang sont partiellement respects par la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, aucun de ceux de second rang n'est respecté par les deux pays. Au regard des critères de convergence, nous pouvons dire la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso continuent de faire des efforts allant dans le sens de la convergence des politiques macroéconomiques selon la norme UEMOA dont ils sont membres. Malheureusement, il faut reconnaître que les résultats obtenus après plusieurs années d'efforts sont toujours en deçà des espérances. Ainsi, notre hypothèse selon laquelle « la situation de la convergence des politiques macroéconomiques selon la norme UEMOA révèle l'intégration économique de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso » est infirmée.

En somme, notre objectif général qui était d'étudier la contribution de la coopération au développement des échanges bilatéraux dans une perspective d'intégration économique sous-régionale de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso est atteint. Le renforcement de l'intégration économique s'avère nécessaire car les relations intra-africains ont eu un impact positif sur le développement des échanges bilatéraux entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso avec une faible tendance haussière. Ainsi, notre hypothèse générale selon laquelle « la coopération contribue à la croissance des échanges bilatéraux et au renforcement de l'intégration économique entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso » est confirmée. Le Traité d'Amitié et de coopération (TAC) est le catalyseur des relations ivoiro-burkinabé. Par conséquent, il contribue au développement des échanges bilatéraux et au renforcement de l'intégration économique entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso.

· Implications

S'il est vrai que le TAC a un impact sur les échanges bilatéraux entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso, il n'en demeure pas moins de faire des suggestions afin d'améliorer les performances, eu égard au non-respect de la totalité des critères de convergence : gage de l'intégration économique sous régionale. Les deux pays devraient continuer à maîtriser l'inflation. L'ensemble des critères de premier rang serait respecté par les deux pays à travers la mobilisation effective des recettes, la rationalisation des dépenses, la mise en oeuvre des mesures de lutte contre la cherté de la vie et la mise en oeuvre de la stratégie d'endettement. Quant aux critères de second rang, une maîtrise de la masse salariale et l'amélioration des recettes devrait permettre aux deux pays de se conformer aux normes communautaires. Les indicateurs de la qualité des institutions ont été passé en revue dans les faits stylisés, mais non pas été pris en compte dans l'estimation du modèle de gravité. Nous pensons que ces indicateurs pourraient être pris en compte dans les modèles économétriques des études futures sur le commerce bilatéral entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso. Concernant le développement des échanges, la diversification des produits et l'augmentation des parts de marchés de l'UEMOA permettraient la consolidation des avantages comparatifs et contribuer à améliorer le PIB ainsi que le niveau de vie de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso et des autres pays de l'Union. Cet aspect n'a pas été abordé dans notre étude. Il peut être considéré comme une limite de la portée de notre étude aussi comme une extension des analyses. Toutefois, l'étude a montré que la coopération étroite entre la Côte d'Ivoire et le Burkina Faso à travers le TAC a eu un impact sur la croissance des échanges bilatéraux et l'amélioration des relations diplomatiques. Ainsi, la promotion du TAC pourrait-elle contribuer au développement des échanges intra-africains et au renforcement de l'intégration économique sous-régionale de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso. Le TAC par ailleurs peut être considéré comme un modèle de coopération pour le renforcement de l'intégration économique sous régionale.

Références Bibliographiques

· Les ouvrages généraux

Bach C. Daniel, (1996), Crise des institutions et recherche de nouveaux modèles, in Intégration et coopération régionales en Afrique de l'Ouest, Paris-Ottawa, KARTHALA-CRDI, ISBN 286537663X, p 95-122.

Badiane Ousmane, (1996), Les politiques nationales de l'intégration régionale, in Intégration et coopération régionale en Afrique de l'Ouest, Paris-Ottawa, KARTHALA-CRDI, ISBN 286537663X, p181-196.

Balassa B., (1961), Towards A Theory Of Economic Integration, Revue international des sciences sociales, vol. 14.

Beucher, B., (2010), Le mythe de l'empire mossi, l'affirmation des royautés comme force d'accompagnement ou de rejet des nouveaux pouvoirs centraux, 1897-1991, In Hilgers. M., et Mazzocchetti, J., Révoltes et oppositions dans un régime semi-autoritaire. Le cas du Burkina Faso, Karthala, Paris pp 25-50

Bourenane Naceur, (1996), Des fondements théoriques et stratégiques de la construction communautaire, in Intégration et coopération régionale en Afrique de l'Ouest, Paris-Ottawa, KARTHALA-CRDI, ISBN 286537663X, p64-80.

Brah Mahamane, Pradelle Jean-Marc et AGOSTINO Victoire D', (1993), Regional Cooperation And Integration In West Africa: A Contribution To The Corpus Of Knowledge From The Collaborative Research of the Club du Sahel And The Cinergie Unit, Paris, Club du Sahel.

Diop Momar-Coumba et Lavergne, Real, (1994), « L'intégration régionale en Afrique de l'Ouest » résultats de la conférence internationale organisée par le CRDI a Dakar, du 11 au 15 janvier 1993, Ottawa (Canada), Centre de recherches pour le développement international.

Foroutan Faezeh, (1993), « Regional Integration in Sub-Saharan Africa: Past Experience And Future Prospects », exposé présenté lors de la conférence de la Banque mondiale et du CEPR intitulée New Dimensions in Regional Integration (2-3 avril 1992) et publiée dans Melo, Jaime de et Panagariya Arvind (dir.), New Dimensions in Regional Integration, Cambridge (E.-U.), Cambridge University Press.

Inotai A. , (1982), Regional Economic Integration And International Division Of Labour, Budapest (Hongrie), Hungarian Scientific Council for World Economy.

Le Gallo J., (2004), « hétérogénéité spatiale » principes & méthode. Economie et prévision 1 (162) 151-172.

Malam-Kandine Adam, (1993), « Les faiblesses des structures institutionnelles comme frein au processus d'intégration en Afrique de l'Ouest », exposé présenté lors de la conférence sur l'intégration en Afrique de I' Ouest (11-15 janvier, Dakar), Centre de recherches pour le développement international.

Marchal A., (1965), L'intégration territoriale, Paris, Presses universitaires françaises.

Mytelka Lynn Krieger, (1996), Partenariats pour l'innovation : nouveau rôle pour la coopération Sud-Sud, in Intégration et coopération régionales en Afrique de l'Ouest, Paris-Ottawa, KARTHALA-CRDI, ISBN 286537663X, p157-179.

N'tumba Luaba Lumu, (1996), Ressemblances et dissemblances entre la CEDEAO, la CEEAC et la ZEP, in Intégration et coopération régionales en Afrique de l'Ouest, Paris-Ottawa, KARTHALA-CRDI, ISBN 286537663X, p349-369.

Perspectives Economique en Afrique, (2019), Perspectives économiques en Côte d'Ivoire, consulté le 4 avril 2019.

Perspectives Economique en Afrique, (2019), Perspectives économiques au Burkina Faso, consulté le 4 avril 2019.

Perroux F., (1966), Le walraso-parétianisme de commodité escamote les deux questions : qui intègre ? Au bénéfice de qui s'opère l'intégration?, Revue d'économie appliquée, vol. 19, n°3/4.

Pradelle Jean-Marc et Snrech Serge, (1993), « Sécurité alimentaire et développement agricole en Afrique de I'Ouest: qu'attendre de l'intégration régionale? » Exposé présenté lors de la conférence sur l'intégration régionale en Afrique de l'Ouest (11-15 janvier, Dakar), Centre de recherches pour le développement international.

Robson Peter, (1987), Variable Geometry and Automaticity: Strategies For Experience Of Regional Integration In West Africa,dansE1-Agraa, Ali M. (dir.), Protection, Cooperation, Integration and Development: Essays In Honour Of Professor Hiroshi Kitamura, New York, Macmillan Press, p. 159-173.

Viner J., (1950), The customs Union Issue, New York, Carnegie Endowment For International Peace, Londres, Stevens & Sons Ltd.

Viner, J., (1950), The customs union issue, Oxford University press.

· Ouvrages spéciaux, thèses et mémoires et monographies

Benallegue M., (1987), L'intégration économique internationale, politiques et théories, le cas du Maghreb, thèse de magister, Université d'Alger, Algérie.

Souley Malam Salissou, (2007), Intégration des marchés céréaliers dans l'UEMOA. Une analyse par les prix, Mémoire, Ecole Nationale et Supérieure de Statistique et d'Economie Appliquée.

Banque Mondiale, (1989), Sub-Saharan Africa: From Crisis to Sustainable Growth, Washington (D.C.).

Banque Mondiale, (1993), the East Asian Miracle: Economic Growth And Public Policy, Washington (D.C.), 1994, L'ajustement en Afrique: reformes, résultats et chemin à parcourir, Washington (D.C.), Banque mondiale.

Commission Economique pour l'Afrique, (1988), Célébration du 25è anniversaire de la CEA, Addis-Abeba (Ethiopie).

Commission Economique l'Afrique, (1990), Approche régionale de l'intégration économique en Afrique, Addis- Abeba (Ethiopie), CEA.

Communauté Economique Européenne, (1988), Coopération régionale en Afrique au Sud du Sahara: évolution de l'idée régionale et expériences des Conventions de Lomé I-Il-Ill, Bruxelles, CEE.

· Textes communautaires

Règlement N°06/99/CM/UEMOA du (17 septembre 1999) sur les TIC.

UEMOA, (1998), Projet de note sur la définition d'une politique commerciale pour les Etats membres de l'UEMOA.

UEMOA, (2001), Règlement N°09/2001/CM/UEMOA portant adoption du code communautaire des douanes.

UEMOA, (2002), Directives N°03/2002/CM/UEMOA relative à la notification du règlement portant valeur en douane des marchandises à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

UEMOA, (2002), Directives N°02/2002/CM/UEMOA, relative à la coopération entre la Commission et les structures nationales de concurrence des Etats membres pour l'application des articles 88, 89 et 90 du traité de l'UEMOA.

UEMOA, (2003), Traité révisé de l'UEMOA, 29 janvier 2003, UEMOA, 40p.

UEMOA, (2005), Décision N°15/2005/CM/UEMOA portant création, organisation et fonctionnement du Comité technique de suivi pour la suppression des barrières non tarifaires.

UEMOA, (2005), Décision N°15/2005/CN/UEMOA portant modalité pratiques d'application du plan régional de contrôle sur les axes routiers inter-Etats de l'UEMOA.

UEMOA, (2005), Directive N°08/2005/CM/UEMOA relative à la réduction des points de contrôle sur les axes routiers inter-Etats de l'UEMOA.

· Articles, chroniques et Rapports

Agbodji, A. E., (2007), Intégration et échanges commerciaux intra-sous-régionaux : le cas de l'UEMOA. Revue africaine de l'intégration, 1(1).

Accélérer les échanges commerciaux en Afrique de l'Ouest (ATWA), 2016, Rapport de la 2ème étape.

Afesorgbor, S. k., (2012), Revisiting The Effectiveness of African Economic integration: A meta-analysis Review and Comparative Estimation Methods, African Economic Conference CEA 2013, Regional Integration in Africa, Conference Paper.

Anderson, J. E., &Marcouiller, D., (2002), Insecurity and the Pattern of Trade: An Empirical Investigation. The Review Of Economics, 84(2), 342-352.

Avom, D. et Gbetnkom D., (2005), Intégration par le marché : le cas de l'UEMOA, Région et développement, N°22-2005.The Euro's Trade Effect, Graduate Institute of International Studies

Bangake, C. et Eggoh J., (2009), The Impact Of Currency Unions On Trade: Lessons From CFA Franc Zone And Implication For Proposed African Monetary Union, Saving And Development, N° 478.

Baldwin, R. E., (2005), Geneva. Presented At The JUNE 2005, European Central Bank Conference.

Barrett, C. B., and J. R. Li, (2002), Distinguishing Between Equilibrium and Integration In Market Analysis, American Journal Of Agricultural Economics, And 84292-3.

BCEAO, (2019), Rapport su la politique monétaire dans l'UEMOA, p60.

Burkina Faso, (2017), Rapport pays sur la surveillance commerciale.

Camara, I., (2013), Impact des unions monétaires sur les échanges : le cas de l'UEMOA, African Economic Conference CEA, 2013, Regional Integration in Africa, Conference paper.

Carrère, C., (2004). African Regional Agreements: Impact Trade With or Without Currency Unions. Journal Of African Economies, 13(2), 199-239.

Commission UEMOA, juin (2016), rapport annuel de l'année 2015, 25ème rapport de l'observatoire des pratiques Anormales (opa).

Côte d'Ivoire, (2017), Rapport pays sur la surveillance commerciale.

De Jong, E., &Bogmans, C., (2011), Does Corruption Discourage International Trade ? European journal of political Economy, 27(2), 385-398.

Diop, C. A., (2007), L'UEMOA et la perspective d'une zone monétaire unique de la CEDEAO : les enseignements d'un modèle de gravité, BCEAO, Document d'Etude et de recherche, 2009/16.

Farzanegan, M. R., (2009), Illegal Trade in the Iranian Economy: Evidence from a Structural Model. European Journal of Political Economy, 25(4), 489-507.

Geourjon et al, (2013), Intégration régionale pour le Développement en zone France, Economica, 2013

Gomez-Herrera, E., (2013), Comparing Alternative Methods To Estimate Gravity Models Of Bilateral Trade, Empirical Economics, Vol. 44, N°3, pp.1087-111.

Goodwin, B. K. and Piggott, N. E., (2001), Spatial Market Integration In The Presence Of Threshold Effect. American Journal of Agricultural Economics, Oxford University Press on behalf of the Agricultural and Applied Economics Association, 83, pp. 302-317.

Helpman, E., M. Melitz and Y. Rubinstein, (2008), Estimating Trade Flows: Trading Partners And Trading Volumes, The Quarterly Journal Of Economics, Vol. 123, and N ° 2, pp. 441-87.

Jansen, M., &Nordas, H. K., (2004), Institutions, Trade Policy and Trade Flows. Krugman, P., 1979, Increasing Returns, Monopolistic Competition, And International trade. Journal of International Economics.

Jeune Afrique, (23, février 1995), pp. 30-33, consulté le 28 août 2019.

Lavallée, E., (2006), Similarité institutionnelle, qualité des institutions et commerce international. Economie Internationale, (4), 27-58.

Leff, N. H., (1964), Economic Development through Bureaucratic Corruption, American behavioral scientist, 8(3), 8-14.

Levchenko, A. A., (2007), Institutional Quality and International Trade, the Review of Economic Studies, 74(3), 791-819.

Linnemann, H., (1966), An Econometric Study of International Trade Flows / Hans Linnemann North-Holland, Amsterdam.

Méon, P. G., & Weill, L., (2005), Does Better Government Foster Efficiency? An Aggregate Frontier Analysis, Economics of Government, 6(1), 75-90. MUNDELL. R. A., (1960), the monetary dynamics of international adjustment under fixed and flexible exchange rates, the quarterly journal of economics.

Méndez, F., &Sepùlveda, F., (2006), Corruption, Growth and Political Regimes: Cross Country Evidence, European journal of political economy, 22(1), 82-98.

Nunn, N., (2007), Relationship-specificity, Incomplete Contracts, And The Pattern Of Trade, The Quarterly Journal Of Economics, 122(2), 569-600.

NYAMSI Franklin., (2016), Blaise Compaoré, Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, trois leaders politiques aux origines du Traité d'Amitié et de Coopération Ivoiro-Burkinabé de 2008, 17p.

Ravallion, M., (1986), Testing Market Integration, American Journal of Agricultural Economics, 68(February): 102-09.

Rose, A. k., (2000), OneMoney One Market: the Effect of Common Currencies on Trade, Economic Policy, Vol. 15, and N ° 30.

Rose, A. K. (2001), Currency Unions and Trade: The Effect Is Large. Economic Policy: A European Forum (33) (10): 449-57.

Santos Silva, J. M. C. and S. Tenreyro, (2011), Further Simulation Evidence On the performance of the Poisson Pseudo-maximum Likelihood Estimator, Economics letters, Vol. 112, N° 2, pp. 220-22.

Wumi K. & Oluyomi A. O., (2013), Economic Integration, Trade Facilitation And Agricultural Exports Performance In ECOWAS Member States, African Economic Conference CEA 2013, Regional Integration In Africa, Conference Paper.

· Wébographie

https://ferdi.fr/dl/df-dwdFBywv2oVbC7AQx2o43YXE/ferdi-p202-principes-et-application-a-l-uemoa-d-un-indice-d-engagement-des.pdf, Indice d'engagement dans l'intégration économique des pays de l'UEMOA, Ferdi WP n°202, Cariolle, J., Geourjon, A--M., et de Ubeda, A-A, 2017, consulté le 11 avril 2019.

https://comtrade.un.org/, Free access to detailed global trade data. UN Comtrade is a repository of official international trade statistics and relevant analytical tables. All data is accessible through API., consulté le 23 avril 2019.

https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.PCAP.PP.CD?view=chart, Base de données du programme international de comparaison de la Banque mondiale PIB, Inflation etc., consulté le 17 mai 2019.

https://import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/cote-d-ivoire/presentation-commerce#, présentation du commerce extérieur de la Côte d'Ivoire et du Burkina Faso, consulté le 19 mai 2019.

https://data.imf.org/regular.aspx?key=61013712 , Exports and Imports by areas and countries, consulté le 20 mai 2019.

https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.CD, Données sur les comptes nationaux de la Banque mondiale et fichiers de données sur les comptes de l'OCDE, consulté le 30 mai 2019.

Geo_cepii (1).dta, Base de données du CEPII (monnaie, distance, frontière, colonisateur langue, enclavement), consulté le 5 juin 2019.

https://databank.banquemondiale.org/WGI-Table/id/ceea4d8b, Base de données des indicateurs de gouvernance institutionnelle, consulté le 14 juin 2019.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net