WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'interprétation de la Loi par l'historien du droit et le Juge

( Télécharger le fichier original )
par Jean-Luc Malango Kitungano
Université Grégorienne/ Faculté de philosophie saint Pierre Canisius - Bachelier en philosophie 2006
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

CONCLUSION

Ce chapitre s'est ouvert par la description du savoir moral dans l'utopie législative de la République de Platon comme préparation de l'explicitation du savoir moral par Aristote dans Ethique à Nicomaque commenté par Gadamer. Celui-ci fait appel à Platon parce qu'il estime que dans la tradition herméneutique à laquelle Platon peut être rattaché, la dialectique de la question et de la réponse a toujours prévenu la dialectique de l'interprétation. « C'est elle qui fait de la compréhension un événement »38(*).

Le savoir moral, dont l'analyse du droit naturel chez Aristote n'a été qu'un prétexte, nous a montré que ce savoir ainsi que les sciences de l'esprit, ne sont pas des savoirs d'objets nécessitant la primauté de la méthode dans la quête de la vérité. Celui qui sait dans le domaine du savoir moral ou des sciences de l'esprit n'est pas confronté à un état des choses qu'il ne ferait que constater. Il est au contraire immédiatement impliqué par ce qu'il connaît.

Pour les Grecs, la science pensée sur le modèle de la mathématique est science de l'immuable, science fondée sur la preuve et que chacun par conséquent peut apprendre. Une herméneutique des sciences de l'esprit ne peut être comparée à ces sciences du genre mathématique. Les sciences de l'esprit sont des « sciences morales »39(*). Leur objet, c'est l'homme et ce qu'il sait de lui-même. Le savoir de soi doit ici guider le faire de l'homme. Le savoir éthique comme la compréhension dans les sciences de l'esprit est la forme originelle de l'expérience de l'homme.

Approfondissons donc la question en analysant la manière dont le juge et l'historien du droit interprètent la loi et cherchons dans l'application faite par eux une signification de l'application dans les sciences humaines. C'est l'objet du deuxième chapitre.

* 38 Vérité et Méthode, pp. 497-498.

* 39 Cette expression est de John Stuart Mills. Idem, p. 19.

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net