WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La république populaire de Chine comme partenaire au développement de la république du Sénégal: Enjeux et perspectives

( Télécharger le fichier original )
par Moustapha Sokhn A DIOP
ENA - BREVET ENA 2007
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

2.2. LA RECHERCHE & DÉVELOPPEMENT

Ce concept n'a pas encore été très développé au Sénégal. Le peu de résultat fourni par la recherche dans notre pays est à peine rentabilisé. Or, ce concept a permis le développement des grands pays industrialisés qui, de par le dynamisme de leur secteur privé, financent la recherche dans les universités ou dans leurs propres laboratoires. Les produits de ces recherches sont par la suite testés, brevetés et mis sur le marché international.

2.2.1. DU DÉVELOPPEMENT À LA RECHERCHE FONDAMENTALE

La Chine sera d'ici quelques années incontournable pour l'innovation technologique. Consciente que l'avenir réside dans la recherche, la Chine a augmenté ses dépenses de Recherche et Développement (R&D) de façon continue affichant le plus haut taux de croissance entre 1991 et 2002. En 2004, la croissance des dépenses était de 19,7% pour atteindre 1,35% du PIB. Selon l'OCDE, en 2002, la Chine dépensait déjà deux fois plus que la France en R&D40(*). Pour le moment, il s'agit plus de développement que de recherche à proprement parler (5,7% des dépenses R&D globales en 2002 sont utilisées par la recherche fondamentale contre 24,4% en France), mais à terme la proportion de recherche fondamentale devrait augmenter.

Graphique : Croissance des dépenses de R&D entre 1991 et 2002 (OCDE)

Source : Larsabal E., Pennel  R., 2005.

Dans un premier temps, le gouvernement chinois a misé sur l'essor de l'enseignement public et de la recherche publique. Le programme 863 ou « National High-Tech R&D Program » sur 6 thèmes prioritaires : technologies de l'information, bio-technologies et technologies agricoles avancées, matériaux, industrie et automatisation, énergie et environnement. Les filières se mettent pour le moment en place et devraient assurer une manne d'ingénieurs et de chercheurs. Le système efficace d'échanges avec les meilleures universités américaines porte déjà ses fruits. Les universités chinoises profitent également des partenariats avec les centres de recherche des groupes étrangers (Thomson, France Telecom...).

Désormais, le gouvernement appelle les entreprises chinoises à développer des capacités de recherche : « Pour survivre et rester en tête sur des marchés de forte compétition, les entreprises doivent mettre en place et améliorer leurs capacités d'innovation ». Les nouveaux grands groupes chinois investissent ainsi généreusement en recherche et développement. Huawei41(*) peut ainsi se vanter d'avoir 48% de ses 24000 employés occupés en R&D pour seulement 10% de son chiffre d'affaires.

Ainsi, pour certains secteurs comme l'électronique, la Chine est la pointe des techniques les plus innovantes grâce à ses grands groupes comme Huawei. Sur d'autres secteurs, elle rattrape petit à petit son retard grâce aux nombreux transferts technologiques. Ainsi, du fait de sa taille et des enjeux auxquels la Chine est confrontée, les secteurs où la recherche chinoise aura le plus d'importance seront les suivants :

- le Nucléaire : le manque chronique d'énergie, associé à une volonté d'indépendance énergétique va amener la Chine à construire l'essentiel des nouvelles centrales nucléaires du monde d'ici 2020. La Chine prévoit dès maintenant la construction de centrales de 3e génération type EPR. Les transferts technologiques associés devraient lui permettre de devenir un membre actif de la recherche nucléaire ;

- l'Environnement : confronté à des problèmes de pollution grave dans les villes industrielles, la Chine se veut leader dans le développement de technologies propres comme la production d'électricité au charbon propre mais aussi le développement de parcs éoliens. Elle se veut également leader dans le domaine des véhicules hybrides (collaboration des universités de Qinghua avec SAIC ou Gelly) ;

- les Technologies de l'information : la Chine cherche à développer fortement les logiciels libres (afin notamment de ne plus dépendre des technologies américaines). La Chine est également leader dans le domaine Internet notamment pour le développement de l'IpV642(*) ;

- l'Agriculture : la Chine développe des hybrides de riz et de mais pour subvenir aux besoins d'une population encore croissante.

Par ailleurs, la Chine devrait bientôt abriter une activité de recherche plus fondamentale, qui sera aussi source d'innovation technologique dans le futur.

Ainsi, une mutation importante est en train d'avoir lieu en Chine : la Chine n'est pas que l'atelier du monde, elle devient aussi un centre technologique mondial. Pour ces raisons, une entreprise présente en Chine sera plus rapide à profiter de la production intellectuelle du pays.

* 40 Ce qui représente a priori beaucoup plus de chercheurs qu'en France étant donné la différence des salaires.

* 41 Huawei est un grand groupe, opérateur en télécommunication, l'entreprise a étendu ses investissements en Asie et gagne du terrain en Afrique.

* 42 Internet Protocole version six.

précédent sommaire suivant











Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.