WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'utilité chez Hegel et Heidegger

( Télécharger le fichier original )
par Christophe Premat
Université Paris I - Mémoire de philosophie 1998
  

sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Université de Paris I

UFR de Philosophie

L'utilité chez Hegel et Heidegger

Christophe PREMAT

Mémoire de maîtrise

Monsieur Bernard BOURGEOIS

12 juin 1998

Présentation

Il nous a semblé préférable, avant d'entamer notre propos, d'esquisser un bref parcours philosophique des deux auteurs. En effet, on ne peut pas voir Hegel et Heidegger d'une manière uniforme quant au développement de leur pensée, la pensée étant cette différenciation qui se ménage au fil du temps et qui lui confère une véritable identité. La pensée ne constitue pas une fixation dans le temps mais une évolution. Par conséquent, on ne peut identifier le Hegel de 1801-1805 à celui de 1807 et celui de 1821 que si on n'a déterminé au préalable des différences ; de même, le Heidegger de l'après-guerre demeure très différent du Heidegger de 1927.

En ce qui concerne Hegel, nous nous sommes attardés à trois étapes de l'évolution de sa pensée par rapport à notre sujet mais il en existe bien d'autres en réalité. Le Hegel de 1803, celui d'Iéna et de la Première philosophie de l'Esprit nous a intéressé et puis c'est bien sûr le grand ouvrage de 1807, la Phénoménologie de l'Esprit, qui nous retrace le développement du concept de l'utilité dans un combat particulier, celui de la foi et de la pure intellection à l'époque des Lumières. Enfin, les Principes de la philosophie du droit a mis en évidence le rôle déterminant de l'utilité dans la société moderne naissante. J'ai fait évidemment référence à d'autres ouvrages de cet auteur, mais l'évolution entre ces trois ouvrages est importante et je voulais la signaler au début de cette étude. En 1803, Hegel a dépassé cette période de balbutiements dialectiques mais il n'a pas encore pensé jusqu'au bout la spécificité de cette dialectique : le moyen-terme (Mitte) n'est pas encore devenu médiation (Vermittlung) ; il faudra pour cela attendre 1807.

D'une certaine manière, l'évolution est plus radicale chez Heidegger entre 1927 et la fin de sa vie. Dans cette étude, nous avons clairement deux Heidegger : le Heidegger d'Être et Temps qui réfléchit sur la relation de l'ustensilité, l'utilité et de l'homme, tout cela sur le fond de la constitution de la mondanéité du monde c'est-à-dire ce qui fait que ce monde est notre monde puis nous avons le Heidegger d'après guerre qui mobilise toute son énergie à effectuer une critique radicale et efficace de la technique. La question de la technique est devenue une obsession chez celui-ci, quelque chose de très préoccupant et l'utilité se trouve alors interrogée dans un nouveau contexte. J'aimerais attirer l'attention du lecteur sur cette évolution radicale pour éviter qu'il n'y ait d'amalgames entre ces deux périodes. En revanche, cela ne signifie pas qu'il faille opérer une scission dans cette évolution mais il suffit de repérer ses caractéristiques fondamentales.

sommaire suivant