WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Traitement des scolioses par la médecine physique et réadaptation

( Télécharger le fichier original )
par Fifi LUYEYE
Université de Kinshasa (RD Congo) - Licenciée en Médecine Physique et Réadaptation 2004
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

1.3. Physiopathologie

La scoliose peut être rarement totale.

La scoliose est le plus souvent partielle : courbure primitive, prolongée au-dessus et au-desous par les courbures de compensation.

La courbure primitive (2)

- Elle apparaît en premier

- Les déformations vertébrales y sont maxima.

Une courbure s'étend de la vertèbre neutre sus-jacente à la vertèbre neutre sous-jacente en passant par la vertèbre sommet.

Chaque localisation de la scoliose présente des caractéristiques anatomopathologiques élémentaires que l'on peut définir à travers les éléments suivants : (3)

- rotation vertébrale :autour d'un axe vertical passant du corps vertébral vers la connexité et l'épineuse vers la concavité ;

- cunéiformisation vertébrale ;

Les déformations vertébrales sont maxima au sommet de la courbure où la vertèbre la plus cunéiformisée et la plus rotée est dite vertèbre sommet et vont en diminuant lorsqu'on s'en éloigne pour aboutir aux vertèbres neutres sus et sous adjacents, où la rotation est nulle et qui sont rhomboïdales ;

- cette rotation vertèbre est responsable de la déformation thoracique rangée par la gibbosité ;

- du côté convexe, les côtes sont verticalisées attirées vers le bas avec la surélévation de l'omoplate ;

- du côté concave, les côtes sont serrées les unes contre les autres avec les omoplates abaissées et le rapprochement du rebord thoracique dans l'aile iliaque ;

- le déséquilibre de la ceinture scapulaire ;

- les courbures de compensation, appelées aussi contre-courbures ou courbures secondaires. Elles ne présentent pas de déformation structurale et elles rendent à équilibrer la courbure primitive de manière à aligner l'axe du crâne par rapport au bassin.

1.4. Examens complémentaires

1.4.1. Examen radiologique

Indications

La radiographie permet d'affirmer et de quantifier la déformation du rachis, ainsi que de déceler une étiologie malformative.

Lorsqu'on a dépisté une gibbosité à l'examen clinique, il faut demander systématiquement une téléradiographie de rachis en charge face et profil, avec compensation d'une éventuelle différence de longueur de membres inférieurs. Une simple radiographie de rachis dorsal ou lombaire ne suffit pas à évaluer correctement une courbure, une contre courbure. Ce bilan radiographique de départ est indispensable pour faire le point sur la scoliose, et donc pour pouvoir suivre l'évolutivité ultérieure (1,6,7, 8).

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net