WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Réduction du risque cardiovasculaire par la médecine physique en milieu de travail à la Société Nationale d'Electricité

( Télécharger le fichier original )
par Louise KIKONTWE
Université de Kinshasa (RD CONGO) - Licence en Médecine physique 2006
  

précédent sommaire suivant

1.2. ADAPTATION CARDIOVASCULAIRE A L'EXERCICE

A l'exercice, les muscles actifs consomment beaucoup plus d'oxygène et de substrats énergétiques. Les processus métaboliques sont actifs et génèrent des sous-produits qu'il faut éliminer. De même, lors d'un exercice prolongé ou réalisé sous la chaleur, la température centrale s'élève. L'exercice engendre des adaptations diverses et spécifiques dans l'organisme pour permettre au système cardiovasculaire de répondre au mieux à l'augmentation des besoins.

Ces adaptations vont concerner  les dimensions du coeur, la fréquence cardiaque, le volume d'éjection systolique, le débit cardiaque , le débit sanguin , la pression artérielle et le sang.

1.2.1. Fréquence Cardiaque (FC)

1.2.1.1. Fréquence cardiaque au repos

Au repos, la FC varie entre 60 à 95 battements par minute (bpm). Chez les sujets d'âge moyen et totalement inactifs, elle peut atteindre 100 bpm. Chez les athlètes très endurants, elle peut atteindre 40 bpm, voire même plus bas (17).

Généralement, la FC de repos diminue avec l'âge. Elle peut aussi varier avec les conditions environnementales : elle augmente avec la température ambiante et l'altitude. Elle peut varier sous l'effet du système neurovégétatif. Pour avoir une mesure précise de la FC au repos, il est nécessaire de la mesurer dans des conditions de relaxation totale.

Après une période d'entraînement, la fréquence cardiaque de repos diminue sensiblement (18).

Il convient de distinguer la bradycardie induite par l'entraînement et la bradycardie pathologique qui nécessite un suivi médical.

1.2.1.2. Fréquence cardiaque à l'exercice

A l'exercice, la fréquence cardiaque augmente avec l'intensité de celui-ci. Et lorsque le sujet est proche de l'épuisement et donc proche de ses possibilités maximales, la fréquence cardiaque plafonne.

1.2.1.2.1. Fréquence cardiaque à l'exercice sous maximal (FC subMax)

Lors de l'effort sous-maximal, l'amélioration du potentiel aérobie se traduit par une diminution de la fréquence cardiaque pour la même intensité relative d'exercice (18). Cette fréquence cardiaque plus faible indique que le coeur est plus efficace, il se fatigue moins pour un effort donné.

1.2.1.2.2. Fréquence cardiaque maximale (FC Max)

La fréquence cardiaque maximale (FC Max) est la valeur la plus élevée qui peut être atteinte lors d'un travail exhaustif. C'est une valeur relativement stable sur une période donnée. Sa diminution éventuelle est liée à une augmentation du volume d'éjection systolique (18).

On peut l'estimer à partir de l'âge selon la formule suivante (28) :

- ASTRAND  : FC Max = 220 - âge (en années) ;

1.2.1.2.3. Fréquence cardiaque d'équilibre

Lors d'un exercice d'intensité constante, la fréquence cardiaque augmente rapidement puis plafonne en plateau. Ce plateau constitue la fréquence cardiaque d'équilibre ou de steady state. C'est le niveau optimal pour lequel la FC satisfait exactement aux besoins de l'exercice. Les nombreux tests d'effort mis au point pour évaluer l'aptitude physique sont basés sur cette notion d'équilibre.

1.2.1.2.4. Fréquence cardiaque et volume d'éjection systolique

L'accélération de la FC et l'augmentation du volume d'éjection systolique (VES ou QS) permettent l'adaptation du débit cardiaque aux besoins de l'organisme lors de l'exercice. Si le rythme cardiaque est trop élevé, la diastole est réduite et le VES baisse (17). Par contre si le rythme cardiaque diminue, les ventricules ont le temps de se remplir. Ainsi après un entraînement, on observe que l'augmentation du VES permet d'atteindre le débit cardiaque maximal avec une fréquence cardiaque moindre.

Ces adaptations cardiaques permettent d'envoyer une plus grande quantité de sang oxygéné dans la circulation et ce, à moindre coût.

La FC au repos des athlètes d'endurance est d'environ de 50 bpm et comme leur débit cardiaque est aussi de 5 litres, leur VES est donc plus grand soit :

pour le sujet entraîné : 5000 ml = 70 bpm x 71 ml ;

pour le sujet non entraîné : 5000 ml = 50 bpm x 100 ml.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.