WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

La faillite quasi declaree du systeme bancaire congolais


par Eddie MIHIGO Kaserere
Universite evangelique en afrique - licence en sciences economiques 1998
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE IV : MESURES DE REDRESSEMENT

Les chapitres précédents nous montrent que l'une des principales causes, si pas la principale de la faillite des banques congolaises est la mauvaise gestion des crédits accordés par ces dernières.

Cette mauvaise gestion des crédits est liée à une mauvaise gestion de la politique de la banque centrale vis-à-vis des banques des dépôts, aux risques des crédits accordés et, l'inexistence de l'intermédiation causée par un bas de niveau de dépôt et un taux débiteur négatif.

Tout au long ce chapitre nous essayerons de proposer des mesures de redressement pour chacun des points cités ci-dessus.

IV.1. LA POLITIQUE DE RECHERCHE DES DEPOTS

En étudiant les ressources de profit de la Banque, R.WALOT (1(*)) adopte un point de vue industriel et considère les dépôts bancaires comme de la matière première que transforme le banquier en produit finis ; les crédits qui constituent ses sources de profit. Mais pour que cette matière première soit productive, il en faut une certaines quantité. Les gains du banquier sont d'autant plus importants qu'il accorde un plus grand volume de crédit et pour ce faire, il lui faut disposer des moyens indispensables, les dépôts, pour répondre à cet impératif.

Le système bancaire étant lié aux activités économiques modernes, son implantation prend la configuration de la distribution géographique des centres d'activités économiques modernes (2(*)).

Les onze banques de dépôts que compte le système bancaire congolais, ont leur siège social à Kinshasa, d'où, elles animent des succursales et agences dans les principaux centres urbains du pays et dans les localités où les activités économiques rendent leur présence viable.

Le réseau bancaire répond exactement aux critères d'implantation des banques en Afrique francophone qui fait partie de la zone franc (1(*)) :

- le réseau suit les centres de développement industriel ou commercial des économies nationales lies à la population étrangères (européenne) ;

- le facteur urbanisation correspond à une implantation dense ;

- Il n'y a aucun rapport de proportionnalité entre la densité de la population et le nombre de guichets bancaires.

Pour voir comment s'effectue l'implantation des banques au Congo, nous utiliserons les données de l'année 1981. En cette période, neuf banques constituaient l'infrastructure bancaire du Congo.

IV.1.1. Tableau VIII : Implantation régionale des banques de dépôts en 1981

 

Kinshasa

Shaba

H/Zaire

Kivu

B/Zaire

Kasai Occ

Kasai Or.

Equateur

Bandundu

Total Guichets

B.C.Z

B.D.P

Banque de Kinshasa

U.Z.B.

First City Bank

Paribas

BIAZ

Barclays Bank

Grindlay Bank

6

9

3

1

1

1

1

1

1

8

4

4

3

-

-

-

1

-

4

3

2

2

-

-

-

-

-

5

4

3

4

-

-

-

-

-

2

4

2

2

-

-

-

-

-

2

2

1

-

-

-

-

-

-

1

2

1

2

-

-

-

-

-

6

6

2

1

-

-

-

-

-

2

3

-

1

-

-

-

-

-

36

37

18

16

1

1

1

2

1

TOTAL

24

20

11

16

10

5

6

15

6

113

Source : MABI MULUMBA, Op. Cit. p. 61.

Le facteur "Urbanisation" joue pour beaucoup dans l'implantation des banques au Congo. L'implantation des banques se fait aussi par rapport aux Centres de développement industriel ou commercial.

IV.1.2. Tableau IX : La densité Bancaire par région.

 

Nbre/habitants (a)

Nbre de guichets (b)

Densité Bancaire (a) : (b)

Kinshasa

Shaba

Haut-Zaïre

Kivu

Bas-Zaïre

Kasaï Occidental

Kasaï Oriental

Equateur

Bandundu

2.410.552

3.563.142

3.871.049

4.495.234

1.768.313

2.111.854

1.725.596

2.945.097

3.486.423

24

20

11

16

10

5

6

15

6

100.440

178.157

351.914

280.952

176.831

422.371

287.599

196.340

581.071

 

26.377.260

113

233.427

Source : MABI MULUMBA, Op. Cit. p. 62.

Il n'y a pas une proportionnalité entre la densité de la population et le nombre de guichets. Le plus grand nombre de population se retrouve au Kivu avec 4.495.234 où, nous ne comptons que 16 guichets, soit une densité bancaire de 280.952. Le plus grand nombre des guichets (24) se retrouve à Kinshasa avec une population de 2.410.552.

La densité bancaire pour l'ensemble du système bancaire congolais est de 233.427. C'est-à-dire qu'un guichet est utilisé par 233.427 personnes.

Du point de vue de la collecte des dépôts, il existe donc de vastes régions qui échappent à la Banque et sur lesquelles le système bancaire congolais ne pourra compter qu'au bout d'une vaste politique de développement, axée sur l'éducation qui permettra d'atteindre le grand public. Le système bancaire congolais se doit de consacrer une part importante de ses dépenses à la publicité.

Pour atteindre le grand public, une extension de leurs agences et succursales s'impose. Pour y arriver, les banques doivent préparer, informer et éduquer le public sur les opérations bancaires.

Dans un pays en voie de développement, cette problématique de pénétration de la banque dans l'ensemble de l'économie se greffe au rôle supplémentaire qu'elle doit y jouer à savoir "monétariser" l'économie, en plus de ses trois rôles traditionnels : accorder des crédits, informer le public sur la situation économique nationale, orienter les entreprises dans leurs activités (1(*)).

L'extension de leurs points d'exploitation dans ce sens n'est pas toujours pour favoriser la rationalisation de la gestion, mais c'est un tribut que les banques doivent payer aux nécessités de leur fonctionnement dans un pays en voie de développement (2(*)).

* 1 R.WALOT, Cité par MABI MULUMBA, Les banques commerciales face aux mutations structurelles de

l'économie zaïroise, IRES UNIKIN, Kinshasa, 1983, p. 43.

* 2 MABI MULUMBA, op. cit. p. 43.

* 1 M. SAINT-MARC, Cité par MABI MULUMBA, Op. Cit. p.56

* 1 M. SAINT-MARC, Cité par MABI MULUMBA, op. Cit, p. 147.

* 2 Robert Henrion, Les banques devant le problème de dépôts, Conférence de centre d'études bancaires,

Cahier n 73, Juillet 1959, p. 20.

précédent sommaire suivant