WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Système d'information et analyse de l'aide accordée au OEV au Cameroun

( Télécharger le fichier original )
par Salomon Gottlieb MASSODA TONYE
Institut Sous-régionale de Statistique et d'Economie Appliquée - Ingénieur d'Application de la Statistique 2006
  

précédent sommaire suivant

II) Modèle conceptuel de données

Ce modèle repose sur les concepts d'attributs, d'entités, d'associations et de contraintes de cardinalité du modèle entité association.

II.1) Concepts de base du modèle entité association3(*)

- Une entité est un objet pourvu d'une existence propre et conforme aux choix de gestion d'une entreprise. C'est un objet discernable d'autres objets.

Exemple : une matière, un élève

- Une association est définie par correspondance entre deux ou plusieurs entités différentes ou non, pourvues d'existence propre et conforme aux choix de gestion de l'entreprise.

-Un attribut est une donnée élémentaire conforme au choix de gestion d'une entreprise. Les attributs sont utilisés pour décrire les entités et les associations.

-Un identifiant: est un groupe minimal d'attributs tels qu'à chaque combinaison de valeurs prises par ce groupe correspond au plus une entité de ce type.

-Une occurrence : une entité recouvre un ensemble d'individus ; ainsi une occurrence est l'ensemble des attributs d'un individu, chaque attribut ayant une valeur donnée.

-Représentation graphique

Un des avantages du modèle E-A au plan de la communication est de se prêter à une représentation graphique très significative, qui permet de bien mettre en évidence la structure des concepts.

De manière générale, les conventions suivantes sont utilisées :

· Une entité est représentée par un rectangle comportant deux parties ; une partie dans laquelle figure le nom de l'entité et l'autre où l'on met les attributs de l'entité ;

· Une association est représentée par un hexagone (ou une ellipse) relié par des segments de droite aux rectangles qui représentent les entités ;

· Un identifiant est toujours en souligné dans la partie réservée aux attributs.

Exemple pour illustration

Figure 2 : Schéma illustratif d'un modèle entité association

Au regard des concepts ci-dessus, nous avons recensé quatre entités : OEV, MONTANT, ASSISTANCE, et SITE. L'entité OEV décrit les caractéristiques géographiques de l'OEV et permet donc de le localiser. L'entité MONTANT décrit de manière détaillée le montant de la dépense effectuée au compte de l'OEV. L'entité ASSISTANCE permet d'avoir un aperçu du type d'assistance dont a bénéficié l'OEV. L'entité SITE nous permet d'associer à chaque site une ONG.

II.2) Mise en oeuvre du modèle4(*)

Au modèle entité association, ajoutons le concept de cardinalité et nous pourrons sans peine définir notre MCD. L'idée de ce concept est de définir de façon numérique la relation entre deux tables de façon à mieux caractériser le type de relation qui les lie.

Les relations qui lient nos tables peuvent être décrites de façon textuelle comme suit :

· Un OEV peut ne pas recevoir d'assistance ou recevoir plusieurs assistances ;

· Une ASSISTANCE n'est accordée qu'à un OEV à un moment donné ;

· Un MONTANT d'assistance ne correspond qu'à une seule assistance ;

· Une ASSISTANCE ne peut correspondre qu'à un seul MONTANT ;

· Une ONG peut distribuer de l'aide dans au moins un SITE ;

· Les OEV dans un site ne reçoivent de l'aide que de la part d'une ONG.

Figure 3 : Schéma du MCD correspondant à l'analyse de l'assistance des OEV.

Justification du MCD

La relation entre les entités MONTANT et ASSISTANCE s'appuie beaucoup plus sur le besoin de gagner en espace mémoire. En fait ces deux entités peuvent être fusionnées en une seule, mais le problème qui se posera dans ce cas est que dans un SGBD, les tables ont une taille maximale qu'elles ne peuvent dépasser. Considérant le nombre d'attributs et la taille de la population des OEV soutenus, il nous a semblé plus astucieux de créer ces deux entités.

* 3Hippolyte TAPAMO, Cours de Base de Données, Université de Yaoundé I, 2007

* 4 Dr Dieudonné KINKIELELE, Cours d'Informatique II, ISSEA, 2007

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.