WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Le post-rock et sa sous-estimation au cinéma

( Télécharger le fichier original )
par Alexis Tanet
ESRA Nice - DESRA 2009
  

précédent sommaire suivant

Les compositions de Mansell sont toujours performées par le quatuor de musique classique contemporaine, Kronos Quartet. Le quatuor c'est aussi produit sur album et bande originale pour Philip Glass et a aussi produit des albums de musique minimaliste et d'avant-garde en l'honneur de John Cage et surtout Terry Riley. A noter que le groupe a réalisé un album 2 titres dédié à Flugufrelsarinn de Sigur Ros.

D'autres compositeurs minimalistes et compositeurs de musique de film tel que Steve Reich et Arvo Pärt ont été très influents sur la musique de film composée par des artistes d'origine rock. Tel que le travail du guitariste de Radiohead, Jonny Greenwood qui peut être interprêté aussi comme « post-rockish » avec There Will Be Blood (2007) qui a entre autres remporté l'Ours d'argent à Berlin pour sa musique de film et Bodysong (2003).

Des exemples flagrants d'influences de musique de film dans des morceaux post-rock peuvent se vérifier avec des groupes comme Magyar Posse qui, comme leur nom l'indique, ne sont pas hongrois mais finlandais. Le morceau Whirlpool Of Terror And Tension tiré de leur album Random Avenger (2006), à noter le titre de l'album qui donne tout de suite l'idée de musique de western, Random Avenger anglais pour Justicier Aléatoire, qui peut faire penser au personnage d'Harmonica (joué par Charles Bronson) dans C'era una volta il West (1968) de Sergio Leone est un exemple de cette réminiscence westernienne propre au post-rock. Les sonoritées épiques de ce morceau sont très accentuées par une mélodie répétitive de synthé (texture proche du clavecin) comme le savait très bien faire un certain Ennio Morricone. La deuxième chanson de l'album, Sudden Death le leit motiv de synthés donne, quant à lui, une version réussie du style de musique composée par Goblin, groupe de rock progressif culte italien, dans les films d'horreur de Dario Argento (co-scénariste entre autres des « Western Spaghetti » de Leone). L'album se poursuit avec un morceau instrumental de douze minutes et demies accompagné d'une voix feminine chantonnante qui fait probablement allusion aux melodies de compositeurs français comme François de Roubaix. Les mélodies hypnotisantes et très rythmées sont analogues aux compositions de John Barry qui a signé les thêmes musicaux de la série des James Bond, d'Amicalement Vôtre, les bandes originales de Midnight Cowboy, Danse avec les Loups entre autres.

Les exposants du genre, Tortoise, redécouvrent avec Along the Banks Of Rivers de l'album Millions Now Living Will Never Die (1996), le « Western Spaghetti » et ses atmosphères sculptées par des guitares réverbérées épiques rappelant un moment de hiatus d'un règlement de comptes ou un cowboy parcourant un canyon désertique sous un coucher de soleil.

Un autre groupe, Valley of the Giants, groupe canadien formé de Brendan Canning (Broken Social Scene, Head), Charles Spearin (Broken Social Scene, Do Make Say Think), Dierdre Smith (Strawberry), Anthony Seck (Shalabi Effect), Sophie Trudeau (Thee Silver Mt. Zion Memorial Orchestra & Tra-La-La Band, Godspeed You! Black Emperor), et Raoul Tangeuy ont su capturer l'errance, le bloc crépusculaire, l'isolation sonore d'Ennio Morricone et Sergio Leone, transférant l'amour italien du West pour en faire un rock indépendant détaché de toute émotion déloyale et obsolète.

Sur la même lignée, se trouvent Warren Ellis, multi-instrumentaliste australien du groupe post-rock Dirty Three ou encore Nick Cave and the Bad Seeds. Cet héros des temps modernes a collaboré justement avec Nick Cave pour pondre The Proposition (2005), un western australien émouvant et rude écrit par Nick Cave et mis en scène par John Hillcoat. Le film a reçu plusieurs récompenses pour sa musique originale :

Australian Film Institute: Best Original Music Score (Meilleure musique originale)

Australia Film Critics: Best Musical Score (Meilleure musique originale)

Inside Film Awards (IF Awards): Best Music (Meilleure Musique)

De ce partenariat sera enfanté en 2007 The Assassination of Jesse James by the Coward Robert Ford du réalisateur australien Andrew Dominik. Toutefois la musique du film n'aura pas le même succès que pour le précédent film.

Omar Rodriguez-Lopez, le guitariste et producteur surdoué de The Mars Volta, l'un des groupes les plus représentants de la scène progressive rock d'aujourd'hui, s'est lancé avec A Manual Dexterity: Soundtrack Volume One (2004) dans la composition de musique de film. Malheureusement son film n'a jamais été distribué, mais il nous reste cette concoction avec de bonnes influences de rock instrumental traditionnel et d'autres plus post-rock.

Jim O'Rourke est une référence incontournable, musicien de génie et membre du groupe post-rock Gastr del Sol. Bien qu'ayant une carrière soliste s'eloignant du post-rock, il puise dans sa force créatrice pour la mettre au service de grand réalisateurs tels que Werner Herzog, Olivier Assayas, Shinji Aoyama, Koji Wakamatsu. Eureka (2000) de Shinji Aoyama, Gambling, Gods and LSD (2002) de Peter Mettler, Love Liza (2002) de Todd Louiso sont absolument à voir pour apprécier leur facture ambient/post-rock. A noter qu'il a nommé ses trois LP sur Drag City records d'après la suite de films du réalisateur anglais Nicolas Roeg: Bad Timing: A Sensual Obsession (1980), Eureka (1984), et Insignificance (1985).

John Murphy, l'un des compositeurs fétiches de Danny Boyle réussit dans la suite 28 Days Later à créer une atmosphère très ambient/post-rock et y introduit des groupes du calibre de Godspeed You! Black Emperor avec une version condensée du mirifique East Hastings (F?A?8, 1998).

Danny Boyle a été beaucoup influencé par F?A?8 durant la conception de 28 Days Later (2002). Pendant une interview avec guardian.co.uk, il explique, « Quelqu'un m'a parlé de ce premier album... et je l'ai acheté. Si vous tombez sur quelqu'un dans la rue et qu'il vous conseil un album, je crois éperdument qu'il faut que je m'en approprie, suivant ces consignes. Je ne pouvais pas y croire quand je l'ai écouté. Il était compulsif, un crescendo compulsif de musique. Tout le monde est épaté par The Polyphonic Spree, mais ces mecs (Godspeed You! Black Emperor) là sont le truc authentique, en termes de conduite orchestrale, reliant vraiment la culture moderne avec les principes d'orchestration, vous amenant dans des endroits inexplorés auparavant. J'ai tout de suite été séduit. Et après on a commencé le film. J'ai toujours une bande sonore en tête. Comme quand on a fait Trainspotting, c'était Underworld. Pour moi la bande son de 28 Days Later c'était Godspeed. Le film dans sa globalité a été pensé sur Godspeed dans ma tête. »

En approbation avec la théorie de la cinéphilie du post-rock plusieurs critiques musicales expriment leur sentiment sur l'album de Godspeed :

James Oldham de NME décrit « Providence » de l'album F?A?8 comme "mi Le Bon, la Brute et le Truant mi bad trip spirituel de drone."

Gordon Krieger d'Exclaim! Décrit F?A?8 comme une "lente bande-son de regret et de désir, de parts moroses et d'autres en expectative."

La nouvelle vague post-rock depuis quelques années déjà s'active dans la création de bandes sonores et flirt avec beaucoup de réalisateurs et producteurs de cinéma qui manifestement aiment tellement le genre qu'il le placent ostensiblement durant les scènes apicales.

Mogwai est un bon exposant du mouvement qui a débouché dernièrement sur la scène cinématographique. En 2006 ces écossais se lancent dans l'aventure avec Zidane, un portrait du 21e siècle en tant que compositeur et The Fountain en tant qu'interprètes. Pour la musique de Zidane, Douglas Gordon le réalisateur et artiste écossais leurs a demandé la fatidique question d'enregistrer le score. Le groupe après avoir accepté n'a pas eu d'instructions sur le son et la structure du score. Par manque de temps pour structurer la musique, certaines chansons donnent l'impression d'être plutôt improvisées. Le style de musique est plutôt expérimental et lent. Il comporte des chansons plutôt sombres, lentes avec des pianos obsédants et de douces mélodies de guitare, ainsi que du bruit ambiant. Deux des morceaux sont des « outtakes », des albums précédents, réenregistrés : "Black Spider" (titre originel "Big E") et "7:25" de Rock Action et Come on Die Young, respectivement.

Ils sont souvent inclus dans des soundtracks pour des blockbusters tel que Miami Vice (b.o. de John Murphy), Wicker Parck, The Girl Next Door, Sicko ...

Explosions in the Sky, pour ce qui est de la face américaine, ont eux aussi collaboré avec l'industrie du film en signant en 2004 la bande originale de Friday Night Lights avec l'aide des deux compositeurs, Brian Reitzell qui a travaillé entre autres avec Air et David Torn guitariste ayant étudié sous Leonard Bernstein et collaboré sur plusieurs films en tant que musicien. Explosions avaient déjà travaillé sur diverses b.o.; Cicadas (2000) film inconnu indépendant texan, des courts et moyens métrages et comme soundtrack dans des films qui ont eut de bonnes critiques comme Snow Angels (2007), The Kite Runner (2007).

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont souvent, si ce n'est pas toujours, en avance sur les autres pays en termes de nouveaux concepts, mais des irréductibles européens et asiatiques réussissent à limiter la casse.

Mokadelic, l'un des groupes représentants du mouvement post-rock en Italie, est un bon exemple avec la bande sonore de Come Dio Commanda (2008) de Gabriele Salvatores. Pour une fois, l'abbondance de la musique ne sert pas à masquer les blancs, mais à les renforcer, à faire ressortir les sentiments et les voix internes des protagonistes. Ce sont ces trames post-rock qui brodées avec élégance par Mokadelic et qui contrastent avec la pop de Robbie Williams s'ajoutent en basent devinées à merveille en contrepoint au plus horrible des crimes (le viole).

Giardini di Mirò, un autre exposant de la scène post-rock italienne, c'est fait l'ultime plaisir de composer la bande sonore de Sangue, la morte non esiste (2005) de Libero De Rienzo qui est un film complètement loufoque et psychédélique, vraisemblablement en l'honneur du maître Fellini.

Mean Creek (2004) - tomandandy

Stay (2005) - Asche & Spencer (bande originale très post-rock/ambient)

précédent sommaire suivant