WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Impacts socioeconomiques du projet de pipeline Tchad-Cameroun le long du corridor dans la province du centre (Cameroun)

( Télécharger le fichier original )
par Bertrand Junior NDJESSA BESSALA
Université de Dschang - Ingénieur agro-socio-economiste 2002
  

précédent sommaire suivant

8°- Projets d'extraction et droits de l'homme

De nombreux droits fondamentaux sont violés au cours des activités d'exploitation pétrolière. Yanez et al. (1997) notent :

- le droit à la vie ;

- le droit à la sécurité alimentaire ;

- le droit à la conservation de l'environnement et des ressources naturelles ;

- le droit à la propriété privée ;

- le droit à ne pas être déplacé ;

- le droit au développement culturel ;

- le droit à la liberté de religion ;

- le droit à la résistance ;

- le droit à l'information, à la participation et à la prise de décision ;

- le droit de présenter une dénonciation ou une pétition et d'intenter une action en justice.

Carton (2000) fait également le même constat quand il déclare que les économies pétrolières riment avec la censure de presse, la liberté d'association, la violation des droits syndicaux et les atteintes à la liberté d'expression.

Au Tchad, Petry et Naygotimti (2005) déclarent que la chaîne de radio FM Liberté a été fermée en 2003. Ceci parce qu'elle avait dénoncé la situation d'insécurité dans la zone pétrolière et diffusé un article qualifiant le président de la république du Tchad d'un «Messie» qui a déçu. Ils ajoutent que la peine de mort est utilisée pour réprimander la criminalité dans la zone pétrolière. Or la peine de mort va à l'encontre de l'article 3 de la déclaration universelle des droits de l'homme. Cet article stipule que tout Homme a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité (United Nations, 1988). Au Nigeria, l'écrivain écologiste Ken Saro-Wiwa a été exécuté en 1995 avec huit (08) de ses collaborateurs parce qu'ils défendaient la cause des peuples d'Ogoni Land et la destruction de l'environnement (Yanez et al., 1997) . En 2004, Petry déclare que Maître Joseph Behidi, vice président de la ligue tchadienne des droits de l'homme (LTDH), fut assassiné dans des circonstances encore inconnues parce qu'il dénonçait les mauvais traitements dont étaient victimes les riverains de la région de Doba (Région d'exploitation pétrolière du Tchad). Il ajoute qu'en 1998, on a assisté à de nombreux massacres à Moundou (Tchad). Abilogo (2002) note que soixante onze (71) ouvriers du pipeline à Nkolntara (Cameroun) ont passé une nuit en cellule et que six (6) parmi eux ont perdu leurs emplois parce qu'ils réclamaient de meilleures conditions de travail. Il ajoute que ces ouvriers ont été déshabillés de leurs tenues de travail en public et humiliés sous l'oeil de l'autorité administrative. En 1990, quatre vingt villageois de la communauté Umuechen (Nigeria) ont été tués ; leurs maisons incendiées et les récoltes détruites parce qu'ils revendiquaient pacifiquement leurs droits (Wiwa, 1998). En 1980, la société pétrolière SHELL a offert 107 pistolets Beretta et autres armes à feu à la police nigériane (Carton, 2000). La photo 4 présente une manifestation pour l'exploitation du pétrole et la gestion des revenus pétroliers sans violence au Tchad.

Photo 4 : Revendication pour la non violence au Tchad par les populations de Doba

(Photo : Petry, 2004)

Avec les projets d'extraction, on assiste à de nombreux cas de violation des droits de l'homme. Les cas de violation les plus courants concernent les articles 3, 5 et 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme. Ces articles parlent du respect du droit à la vie, à la sécurité, à la liberté d'expression et à la non soumission à la torture et aux traitements inhumains d'une tierce personne.

précédent sommaire suivant







9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.



Appel aux couturier(e)s volontaires

Hack the pandemiuc !

Moins de 5 interactions sociales par jour



BOSKELYWOOD from Ona Luambo on Vimeo.