WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Contribution des reboisements de mangrove du delta du saloum (sénégal) à la séquestration de carbone atmosphérique: cas des villages djirnda et sanghako

( Télécharger le fichier original )
par Ralph Mercier DEGUE-NAMBONA
Université Cheikh Anta Diop - DEA Sciences de l'Environnement 2007
  

sommaire suivant

SOMMAIRE

B. PROBLEMATIQUE ET REVUES BIBLIOGRAPHIQUES 6

C. MATERIEL ET METHODE 11

C.1 MATERIEL ET EQUIPE DU TERRAIN 11

C.2 METHODOLOGIE 11

D. PRESENTATION DE LA ZONE 20

D.1 CADRE BIOGEOGRAPHIQUE 20

D.1.1 LE CLIMAT 22

D.1.2 L'HYDROGRAPHIE 29

D.1.3 LA GEOLOGIE ET LA MORPHOPEDOLOGIE 31

C.1.4 VEGETATION FLORE ET FAUNE 32

D.2 LE CADRE HUMAIN 34

D.2.1 LE PEUPLEMENT 34

D.2.2 LE PROFIL DEMOGRAPHIQUE 35

C.2.3 L'ORGANISATION SOCIOECONOMIQUE 36

D.2.4 PRESENTATION DU VILLAGE DJIRNDA 37

D.2.5 PRESENTATION DU VILLAGE SANGHAKO 39

E. RESULTATS 41

E.1 LES RESULTATS DU SITE DE DJIRNDA 41

E.1.1 Etat des plantations : 41

E.1.2 Les régressions allométriques : 44

E.1.3 Biomasses et Stocks de Carbone : 61

E.1.4 Dynamique du carbone des plantations : 64

E.2 LES RESULTATS DU SITE DE SANGHAKO 65

E.2.1 Etat des plantations : 65

E.2.2 Les régressions allométriques : 67

E.2.3 Stocks de carbone : 70

E.2.4 Dynamique du carbone des plantations : 71

F. DISCUSSIONS 72

F.1 DISCUSSION SUR L'ETAT DES PLANTATIONS : 72

F.2 DISCUSSION SUR LA SEQUESTRATION DE CARBONE ET LES REGRESSIONS ALLOMETRIQUES : 73

F.3 DISCUSSION SUR LA DYNAMIQUE DU CARBONE DES PLANTATIONS ET LES PERSPECTIVES DE REBOISEMENT :

74

G. CONCLUSION 76

H. SUGGESTIONS 77

H.1 SUGGESTION SUR LA REALISATION ET LE SUIVI EVALUATION DES REBOISEMENTS : 77

H.2 SUGGESTION SUR LA SEQUESTRATION DE CARBONE ET RECHERCHE DES REGRESSIONS ALLOMETRIQUES : 77

H.3 SUGGESTION SUR LA DYNAMIQUE DES PLANTATIONS ET LES PERSPECTIVES D'AVENIR DES REBOISEMENTS DE MANGROVE : 78

BIBLIOGRAPHIE 79

ANNEXES 82

LISTE DES TABLEAUX

TABLEAU 1 : TABLEAU D'IMPLICATION DES ACTEURS DANS LA GESTION DES RESSOURCES. 38

TABLEAU 2 : RECAPITULATIF DES DONNEES CARACTERISTIQUES DE L'ETAT DES PLANTATIONS (SITE DE DJIRNDA).

43

TABLEAU 3: RECAPITULATIF DES CARACTERISTIQUES DES REGRESSIONS RELATIVES A LA HT (DJIRNDA). 45

TABLEAU 4 :RECAPITULATIF DES EQUATIONS DES REGRESSIONS RELATIVES A LA HT (DJIRNDA). 46

TABLEAU 5 : RECAPITULATIF DES CARACTERISTIQUES DES REGRESSIONS RELATIVES AU DMH (DJIRNDA) 50

TABLEAU 6 : RECAPITULATIF DES EQUATIONS DES REGRESSIONS RELATIVES AU DMH (DJIRNDA) 50

TABLEAU 7 : RECAPITULATIF DES CARACTERISTIQUES DES REGRESSIONS RELATIVES AU DB (DJIRNDA) 54

TABLEAU 8 : RECAPITULATIF DES EQUATIONS DES REGRESSIONS RELATIVES AU DB (DJIRNDA) 54

TABLEAU 9 : RECAPITULATIF DES REGRESSIONS ALLOMETRIQUES MULTIPLES (DJIRNDA). 58

TABLEAU 10 : RECAPITULATIF DES CARACTERISTIQUES DES REGRESSIONS MULTIPLES (DJIRNDA). 58

TABLEAU 11 : TABLEAU DE BIOMASSE ET DE STOCKS DE CARBONE (DJIRNDA). 62

TABLEAU 12 : TAUX D'HUMIDITE MOYEN, COEFFICIENT DE PONDERATION MOYEN PAR PARTIES DES PLANTES

(DJIRNDA). 63

TABLEAU 13 : RECAPITULATIF DES STOCKS DE CARBONE PAR PARTIE DES PLANTES (DJIRNDA). 64

TABLEAU 14 : TAUX D'HUMIDITE MOYEN ET COEFFICIENT DE PONDERATION MOYEN (SANGHAKO) 66

TABLEAU 15 : RECAPITULATIF DES DONNEES CARACTERISTIQUES DE L'ETAT DES PLANTATIONS (SANGHAKO) 67

TABLEAU 16 : RECAPITULATIF DES EQUATIONS DES MODELES LINEAIRES SIMPLES (SANGHAKO) 68

TABLEAU 17 : CARACTERISTIQUES DES REGRESSIONS LINEAIRES SIMPLES (SANGHAKO). 68

TABLEAU 18 : TABLEAU DE LA REGRESSION ALLOMETRIQUE MULTIPLE DE LA PLANTATION 1999 (SANGHAKO). . 69 TABLEAU 19 : RECAPITULATIF DES PARAMETRES DE L'EQUATION DU MODELE DE LA PLANTATION 1999

(SANGHAKO). 69

TABLEAU 20 : TABLEAU 20 : BIOMASSES ET STOCK DE CARBONE (SANGHAKO) 71

TABLEAU 21 : TABLEAU 20 : RECAPITULATIF DES STOCKS DE CARBONE PAR PARTIE DES PLANTES 71

LISTE DES FIGURES

FIGURE 1: SCHEMA DU DISPOSITIF D'INVENTAIRE 13

FIGURE 2 : CARTE DE LOCALISATION DES PLANTATIONS DE DJIRNDA 18

FIGURE 3 : CARTE DE LOCALISATION DES PLANTATIONS DE SANGHAKO. 19

FIGURE 4 : CARTE DE LOCALISATION DE LA RESERVE DE BIOSPHERE (RBDS). 21

FIGURE 5 : EVOLUTION DE LA TENDANCE GENERALE DE L'INSOLATION MOYENNE (EN WATTS/H/M2) ANNUELLE (METEO KAOLACK, 2008) 22
FIGURE 6 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DES TEMPERATURES MOYENNES ANNUELLES (METEO KAOLACK, 2008).

23

FIGURE 7 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DES ANOMALIES DES TEMPERATURES MOYENNES ANNUELLES (METEO

KAOLACK, 2008) 24

FIGURE 8 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DE LA PLUVIOMETRIE (METEO KAOLACK, 2008). 25

FIGURE 9 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DES INDICES STANDARDISES DE LA PLUVIOMETRIE (METEO KAOLACK,

2008). 26

FIGURE 10 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DE LA PLUVIOMETRIE (METEO TOUBACOUTA, 2008). 26

FIGURE 11 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DES INDICES STANDARDISES DE LA PLUVIOMETRIE (METEO TOUBACOUTA, 2008). 27
FIGURE 12 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DE L'HUMIDITE DIURNE MOYENNE ANNUELLE (METEO KAOLACK,

2008). 28

FIGURE 13 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DE L'HUMIDITE NOCTURNE MOYENNE ANNUELLE (METEO KAOLACK,

2008). 28

FIGURE 14 : EVOLUTION DE LA TENDANCE DE L'HUMIDITE MOYENNE ANNUELLE (METEO KAOLACK, 2008). 29

FIGURE 15 : SECHAGE DE POISSONS AU SOLEIL. FIGURE 16 : FOUR TRADITIONNEL LE FUMAGE DE

POISSONS 39

FIGURE 17 : BOIS DE MANGROVE. FIGURE 18 : BOVIN DU VILLAGE DE DJIRNDA AU

PATURAGE 39

FIGURE 19 : NID D'OISEAU (PLANTATION 2003 50/50). FIGURE 20 : PROPAGULES (PLANTATION 2003

25/25). 42

FIGURE 21 : TAILLE DES PLANTS (PLANTATION 2003 25/25). FIGURE 22 : TRANSECT/PLACETTE

(PLANTATION 2006 25/25). 42

FIGURE 23 : TAILLE DES PLANTS (PLANTATION 2005 50/50) 43

FIGURE 24 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 25/25. 46

FIGURE 25 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 50/50. 47

FIGURE 26 : NUAGE DE POINT ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 25/25. 47

FIGURE 27 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 50/50. 48

FIGURE 28 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2005 ECARTEMENT 50/50. 48

FIGURE 29 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2006 ECARTEMENT 25/25. 49

FIGURE 30: NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 25/25. 50

FIGURE 31 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 50/50. 51

FIGURE 32 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 25/25. 51

FIGURE 33 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 50/50. 52

FIGURE 34 : NUAGE DE POINT ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2005 ECARTEMENT 50/50. 52

FIGURE 35 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2006 ECARTEMENT 25/25. 53

FIGURE 36 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 25/25. 54

FIGURE 37 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 50/50. 55

FIGURE 38 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 25/25. 55

FIGURE 39 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 50/50. 56

FIGURE 40 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2005 ECARTEMENT 50/50. 56

FIGURE 41 : NUAGE DE POINTS ET DROITE DE REGRESSION DE LA PLANTATION 2006 ECARTEMENT 25/25. 57

FIGURE 42 : RESIDUS CENTRES REDUITS DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 25/25 59

FIGURE 43 : RESIDUS CENTRES REDUITS DE LA PLANTATION 2003 ECARTEMENT 50/50 59

FIGURE 44 : RESIDUS CENTRES REDUITS DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 25/25 60

FIGURE 45 : RESIDUS CENTRES REDUITS DE LA PLANTATION 2004 ECARTEMENT 50/50 60

FIGURE 46 : RESIDUS CENTRES REDUITS DE LA PLANTATION 2005 ECARTEMENT 50/50 61

FIGURE 47 : RESIDUS CENTRES REDUITS DE LA PLANTATION 2006 ECARTEMENT 25/25 61

FIGURE 48 : LIGNE DE TRANSECT (PLANTATION 2000). FIGURE 49 : LIGNE DE TRANSECT (PLANTATION

1999). 66

FIGURE 50 : RESIDUS CENTRES REDUITS PLANTATION 1999 (SANGHAKO) 70

LISTE DES EQUATIONS

ÉQUATION 1 : COEFFICIENT DE PONDERATION (RO). 16

ÉQUATION 2 : TAUX D'HUMIDITE (HO) 16

ÉQUATION 3 : STOCK DE CARBONE (C). 16

A. INTRODUCTION

Le climat mondial n'a jamais cessé de changer. Certains de ces changements ont des causes naturelles mais d'autres peuvent être imputés à des activités humaines telles que le déboisement et les émissions atmosphériques dues, par exemples, à l'industrie et aux se moi transports, qui ont conduit à l'accumulation de gaz et d'aérosols dans l'atmosphère [UNFCCC, 2008]. Ces gaz dits gaz à effet de serre (GES) piègent la chaleur et provoquent une élévation des températures de l'air.

Le Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC, 2001) a signalé dans son troisième rapport sur l'état du climat mondial que les observations et mesures sur l'évolution des températures atmosphériques montraient que, globalement, la planète était en train de se réchauffer et ferraient également apparaître d'autres modifications du système climatique. Selon ce rapport, les années 1990 ont très probablement été la décennie la plus chaude à l'échelle mondiale et 1998 l'année la plus chaude depuis que le réchauffement a été constaté au cours des dernières décennies. En plus, de nouvelles analyses de données indirectes pour l'hémisphère Nord indiquent que le 20ème siècle a probablement été le siècle le plus chaud du dernier millénaire et, en outre, de nouvelles preuves plus concluantes permettent de dire que la majeure partie du réchauffement observé au cours des cinquante années écoulées est due aux activités humaines. Selon ce même rapport, l'influence humaine continuera de modifier la composition de l'atmosphère tout au long du 21ème siècle.

Le réchauffement de la planète a de nombreuses conséquences sur les ressources forestières, le niveau des mers, la couverture neigeuse, les nappes glaciaires et les précipitations [UNFCCC, 2008], ce qui n'est pas sans conséquence pour les mangroves de l'estuaire du Saloum caractérisées par une forte vulnérabilité à l'élévation du niveau des océans. Selon cette même source, la modification des régimes climatiques régionaux, marquée par une élévation des températures de l'air, a déjà des effets sur les bassins versants et les écosystèmes (forêts, prairies, pâturages et les zones littorales) dans de nombreuses régions du monde. Pour les économies nationales, le coût des mesures à prendre pour faire face aux phénomènes climatiques extrêmes, aux mauvaises récoltes et aux autres situations d'urgence relatives au climat ne cesse d'augmenter.

Les pays à faible revenu et les ménages pauvres des pays en développement sont tout particulièrement vulnérables face aux effets néfastes des changements climatiques, qui viennent s'ajouter aux difficultés créées par la pauvreté. Le cas de nombreux petits Etats insulaires en développement exposés à une élévation du niveau des mers à l'exemple des îles de l'estuaire du Saloum pose le problème de survie des habitants de ces zones. C'est leur

existence même en tant que zone habitable qui est menacée notamment par l'élévation du niveau des mers et l'augmentation de l'érosion côtière qui modifie tous leurs paysages littoraux.

Réduire les émissions de GES de façon à ce que leur concentration atmosphérique puisse se stabiliser à un niveau convenu permettrait d'après le GIEC notamment, de retarder et d'atténuer les effets néfastes des changements climatiques sur les systèmes naturels et le développement des sociétés humaines. Mais même dans ce cas, ces effets continueront de se faire sentir longtemps après la mise en oeuvre de mesures de réduction ou d'atténuation des émissions de GES. Ils devraient également varier d'un pays à l'autre et à l'intérieur d'un même pays. Les mesures visant à aider les sociétés et les économies les plus vulnérables à s'adapter aux effets néfastes (y compris, dans certains cas, aux conséquences économiques des mesures envisagées pour réduire les émissions) ou à se prémunir contre ceux-ci sont considérées comme un complément essentiel par rapport à la tâche globale consistant à stabiliser les concentrations de GES dans l'atmosphère. Pour ce faire, le GIEC a envisagé plusieurs mesures à travers le Protocole de Kyoto (PK, 1997) parmi celles-ci le changement d'affectation et d'utilisation des terres, la reforestation, le développement et l'utilisation des technologies propres ainsi que leur transfert dans les pays en développement.

Les zones côtières du Sénégal à l'instar des zones côtières du monde entier et des pays insulaires constituent les zones les plus exposées aux effets des changements, de par leur exposition à la remontée du niveau des mers, aux ouragans et aux cyclones, et à la perturbation de la pluviométrie. C'est ainsi que plusieurs mesures d'adaptation ont été prises par le gouvernement en collaboration avec des organismes nationaux et internationaux à l'exemple de l'UICN, WAAME, OCEANIUM et PAGEMAS entre autres mesures l'érection en 1981 du Parc National du Delta du Saloum (PNDS) créé à partir de 1976 en Réserve de Biosphère du Delta du Saloum (RBDS), L'élaboration du premier plan de gestion des ressources de la RBDS en 1997, l'érection en 2004 d'une partie de la mangrove de Bamboung par l'OCEANIUM en Aire Marine Protégée (AMP) afin de permettre la préservation de la mangrove et le retour des espèces de poissons disparus ou en voie de disparition. En même temps, des institutions comme l'UICN, WAAME, PAGEMAS et autres ont reboisé depuis 1996 des centaines d'hectare de terres dénudées (tannes) afin de lutter contre la dégradation des mangroves du Sénégal en général et du Delta du Saloum en particulier.

sommaire suivant











9Impact, le film from Onalukusu Luambo on Vimeo.


Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy