WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

L'IRM de diffusion et de perfusion dans l'accident vasculaire cérébral

( Télécharger le fichier original )
par Mickael TAFAZZOLI
UCBL (Lyon 1) - Master en biologie humaine 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

Conclusion :

Les IRM de diffusion et de perfusion sont des techniques rapide apportant dès les premières minutes de l'AVC de nombreuses informations orientant la décision thérapeutique.

L'association de ces IRM permet notamment de délimiter et différencier immédiatement les zones de nécroses et ischémies. Non invasive et faisant preuve d'une très bonne sensibilité, et spécificité à la phase hyperaiguë, elle s'impose comme la méthode d'imagerie de référence pour le diagnostic d'AVC. Une absence de mismatch signifiant une absence tissu potentiellement récupérable, un traitement thrombolytique s'avère inutile et même dangereux, puisqu'il augmenterait le risque d'hémorragie. Elle est également un outil de recherche puisqu'elle peut évaluer le territoire de reperfusion chez les patients traités. Les différents paramètres mesurés grâce à cette méthode permettraient également de prédire l'évolution clinique du patient. En effet l'ADC et la taille initiale de l'infarctus étant corrélés à sa taille finale. Enfin l'IRM de diffusion permet également de différencier les AVC anciens et récents : tout AVC avec restriction de diffusion étant un AVC de moins de 10 jours. L'IRM apporte aussi une meilleure concordance entre les observateurs pour apprécier la lésion et son étendue.

Bien qu'étant la meilleure approche en cas de suspicion d'AVC, l'IRM de perfusion et diffusion n'est toujours pas pratiquée en première intention car souvent indisponible (faible nombre d'appareils IRM dans les hôpitaux). La TDM reste donc l'examen de premier recours dans la majorité des cas.

Annexe

Source [10] page 9 (voir bibliographie)

Bibliographie

[1] G. COSNARD, T. DUPREZ, C. GRANDIN, A.M. SMITH et A. PEETERS, Imagerie de diffusion et de perfusion par résonance magnétique de l'encéphale. http://www.md.ucl.ac.be/loumed/118,%201999/129-140.PDF

[2] M. HAMON et al. Relation quantitative des modifications de la diffusion et de la perfusion au sein du parenchyme cérébral au cours de l'accident ischémique aigu, Journal of Neuroradiology, volume 32 (2), p.118-124 Paris ; mars 2005.

http://www.sciencedirect.com/science?_ob=ArticleURL&_udi=B8JDT-4R5DSGR-3J&_user=10&_coverDate=03%2F31%2F2005&_rdoc=1&_fmt=high&_orig=search&_sort=d&_docanchor=&view=c&_searchStrId=1439392119&_rerunOrigin=google&_acct=C000050221&_version=1&_urlVersion=0&_userid=10&md5=9f1215073b1a547dcab7023da0a3ed7a

ou http://www.em-consulte.com/es/article/126708

[3] W-D. HEISS, Ischemic penumbra: Evidence from functional imaging in man. Journal of Cerebral Blood Flow & Metabolism volume 20, p.1276-1293. Juin 2000

http://www.nature.com/jcbfm/journal/v20/n9/full/9590980a.html

[4] JANUEL, Anne-Christine. Apport pronostique de l'IRM (1 Tesla) de diffusion et de perfusion à la phase hyperaiguë des Accidents Vasculaires Cérébraux ischémique. Th Doctorat Méd, UJM Saint-Etienne; 2001.

[5] METZGER, Michaël. Intérêt diagnostique de l'IRM de diffusion et perfusion dans l'accident vasculaire cérébral Ischémique à la phase aigue. Th Doctorat Méd, UJF Grenoble; 2001.

[6] MIQUEL GOULENOK Typhaine. Endocardite infectieuse et complications cérébrales, à la lumière de l'IRM : à propos de 30 cas. Th Doctorat Méd, Paris V ; 2009.

[7] PIALAT, Jean-Baptiste. IRM de diffusion et perfusion et accident ischémique cérébral aigu : Evaluation du risque hémorragique et de l'évolution lésionnelle sous traitement thrombolytique. Th Doctorat Méd, Lyon 1; 2004.

[8] C. ROSSO, N. HEVIA-MONTIEL, S. DELTOUR, E. BARDINET, D. DORMONT, S. CROZIER, S. BAILLET, et Y. SAMSON. Prediction of infarct growth based on apparent diffusion coefficient: penumbral assessment without intravenous contrast. RADIOLOGY, publié en ligne sur le site de radiology, le 18 novembre 2008.

http://radiology.rsna.org/content/250/1/184.full

[9] B. XERRI, Y. MATILLON et al. Rapport de l'ANAES (Agence Nationale d'Accréditation et d'Evaluation en Santé), service d'évaluation des technologies, Imagerie de l'accident-vasculaire cérébral aigu, Juin 2002.

http://sfnv-france.com/pdf/Recommandations-ANAES5802B.pdf

[10] M. Wiart , T.H. Cho, N. Nighoghossian. Apports de l'IRM multimodale au diagnostic des AVC ischémiques, Journal de Radiologie, Volume 89 (10) p. 1215, octobre 2008.

http://www.em-consulte.com/article/216550

MEMOIRE BIBLIOGRAPHIQUE

Mickael TAFAZZOLI : L'IRM DE DIFFUSION ET DE PERFUSION DANS L'ACCIDENT VASCULAIRE CEREBRAL

précédent sommaire suivant






La Quadrature du Net