WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Mise en place d'une architecture VPN MPLS avec gestion du temps de connexion et de la bande passante utilisateur

( Télécharger le fichier original )
par William Landry SIME SIME
3IL(Institut d'ingenierie d'informatique de Limoge)/ISTDI - Master Europeen en Informatique OPTION: Administration systémes resaux 2009
  

précédent sommaire suivant

CHAPITRE III: LES RESEAUX MPLS

I- Définition

Actuellement, pour transmettre des paquets IP (Internet Protocol) d'une adresse source vers une adresse de destination sur un réseau, la méthode de routage utilisée est un routage unicast saut par saut basé sur la destination. Cependant, la flexibilité de ce type de routage est affectée par certaines restrictions dues à l'utilisation de cette méthode. C'est pourquoi l'IETF décida de mettre au point un ensemble de protocoles pour former un nouveau type d'architecture réseau appelée MPLS (MultiProtocol Label Switching), destinée à résoudre la majeure partie des problèmes rencontrés dans les infrastructures IP actuelles et à en étendre les fonctionnalités.

I-1 Présentation de MPLS

Dans un document nommé "draft-ietf-mpls-framework", les membres du groupe de travail MPLS de l'IETF ont définis l'architecture et l'objectif principal de cette technologie comme suit :

"L'objectif principal du groupe de travail MPLS est de normaliser une technologie de base qui intègre le paradigme de la transmission par commutation de labels avec le routage de couche réseau. Cette technologie (la commutation de labels) est destinée à améliorer le ratio coût/performance du routage de couche réseau, à accroître l'évolutivité de la couche réseau et à fournir une plus grande souplesse dans la remise des (nouveaux) services de routage, tout en permettant l'ajout de nouveaux services de routage sans modification du paradigme de transmission."

L'architecture MPLS repose sur des mécanismes de commutation de labels associant la couche 2 du modèle OSI (commutation) avec la couche 3 du modèle OSI (routage).De plus, la commutation réalisée au niveau de la couche 2 est indépendante de la technologie utilisée. En effet, le transport des données au sein d'une architecture MPLS peut être par exemple effectué à l'aide de paquets ou de cellules à travers des réseaux Frame Relay ou des réseaux ATM. Cette commutation, indépendante des technologies utilisées est possible grâce à l'insertion dans les unités de données (cellules ou paquets) d'un label. Ce petit label de taille fixe indique à chaque noeud MPLS la manière dont ils doivent traiter et transmettre les données. L'originalité de MPLS par rapport aux technologies WAN déjà existantes est la possibilité pour un paquet de transporter une pile de labels et la manière dont ceux-ci sont attribués. L'implémentation des piles de labels permet une meilleure gestion de l'ingénierie de trafic et des VPN notamment en offrant la possibilité de rediriger rapidement un paquet vers un autre chemin lorsqu'une liaison est défaillante. Les réseaux actuels utilisent l'analyse des en-têtes de couche 3 du modèle OSI pour prendre des décisions sur la transmission des paquets. MPLS quant à lui repose sur deux composants distincts pour prendre ses décisions : le plan de contrôle (control plane) et le plan des données. Le plan des données permet de transmettre des paquets de données en fonction des labels que ceux-ci transportent en se basant sur une base de données de transmission de labels maintenue par un commutateur de labels. Le plan de contrôle quant à lui créé et maintient les informations de transmission des labels destinées à des groupes de commutateurs de labels.

Du point de vue du plan de contrôle, chaque noeud MPLS est un routeur IP qui doit par conséquent utiliser des protocoles de routage IP afin d'échanger ses tables de routage IP avec les routeurs voisins.

précédent sommaire suivant