WOW !! MUCH LOVE ! SO WORLD PEACE !
Fond bitcoin pour l'amélioration du site: 1memzGeKS7CB3ECNkzSn2qHwxU6NZoJ8o
  Dogecoin (tips/pourboires): DCLoo9Dd4qECqpMLurdgGnaoqbftj16Nvp


Home | Publier un mémoire | Une page au hasard

 > 

Des représentations à  la pratique réflexive : pour une co-construction de la professionnalisation

( Télécharger le fichier original )
par Maguy LUCOT-MEUNIER
IFCS Lille - cadre de santé 2010
  

précédent sommaire suivant

Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy

3.2/ Structure des représentations sociales

Nous comprenons donc que la représentation n'est pas seulement constituée de contenu mais qu'elle est organisée autour d'un système qui rend ses éléments interdépendants. J.-C. Abric a décrit deux systèmes structurant une représentation associés à des fonctions spécifiques rendant plus ou moins stable la représentation.

3.2.1/ La théorie du noyau central

Alors que Moscovici parlait de noyau figuratif, Abric parle de noyau central ou noyau structurant. Il est l'élément fondamental d'une représentation, lui donne sens et donne sens au groupe qui le partage.

Indépendant du contexte immédiat, il a deux donc fonctions essentielles : une fonction génératrice, qui donne le sens, et une fonction organisatrice, qui donne l'orientation générale à la représentation (négative ou positive, bien ou mal).

De là découle sa propriété essentielle qui nous intéressera lors de la partie transformation. Le noyau central est la partie la plus stable de la représentation, « celui qui en assure la pérennité dans des contextes mouvants et évolutifs » (J.-C. Abric, 1994, p. 22). En effet, une représentation a une connotation tout à fait différente si le noyau central est différent. En revanche, par sa stabilité, il sera très difficile de le modifier.

En outre, le noyau comprend deux dimensions. Une première dimension fonctionnelle à laquelle sera rattaché un aspect fonctionnel à l'objet de la représentation. Sont ainsi liés à la représentation dans le noyau les éléments concernant la réalisation de la tâche. Une deuxième dimension, normative, correspond à tout ce qui a trait aux dimensions socio-affective, sociale ou affective. Ainsi le noyau sera davantage constitué de stéréotypes, de normes ou d'attitudes fortement marqués envers l'objet de la représentation.

Dans le cas de mon travail, j'ai rencontré les deux dimensions, ce qui me semble confirmer ma conclusion sur les deux types de représentations que j'ai dégagé des entretiens (une fonctionnelle avec un rôle de transmetteur de savoirs, une normative avec la présence accrue du formateur). De là j'en déduis un biais important de mon étude qui vient s'appuyer sur la théorie.

En effet, j'ai fait le choix d'une population précise de personnes interviewées. Or si en voulant déterminer une représentation qui soit commune à un groupe social, ici professionnel, j'ai choisi des infirmiers. J'émettais l'idée de rechercher la construction du noyau central de leur représentation en les interrogeant sur leur premier contact avec les formateurs. J'aurais du alors identifier un noyau commun, ce qui ne fut pas le cas. J'attribue cela au fait que les infirmières interrogées n'ont pas été formées dans le même IFSI. Se pose le problème de l'identification de l'objet de la représentation. Les formateurs ont une attitude pédagogique entendue différente d'un IFSI à l'autre (projet pédagogique propre). De même les méthodes pédagogiques peuvent être différentes. Il aurait donc fallu que j'interroge des infirmiers formés au même endroit lors de ma troisième vague. Encore une fois, je ne prétends pas réinventer la recherche en représentation mais j'en ai eu une approche qui m'aura au moins permis de dégager des informations concrètes en vue de développer la relation triangulaire en formation paramédicale. Grâce à cet apport théorique, mes informations s'organisent pour une meilleure compréhension des relations entre soignants et formateurs et ce malgré les biais induits par la méthode empirique et mes faibles connaissances de départ sur les représentations sociales.

3.2.2/ Les éléments périphériques de la représentation

Autour du noyau vont donc s'organiser des éléments périphériques plus ou moins proches et qui constituent « l'interface entre le noyau central et la situation concrète dans laquelle s'élabore la représentation » (J.-C. Abric, 1994, p. 25). Alors ils sont directement associés au contexte dans lequel l'individu se trouve. Ils ont trois fonctions :

C'est tout d'abord à eux qu'est rattachée la fonction de « concrétisation » qui se rapproche de la fonction cognitive et résulte de l'ancrage de la représentation dans la réalité. C'est en effet par cette fonction que les représentations sont rendues compréhensibles, transmissibles et plus facilement intégrable dans la pensée de l'individu.

Les éléments périphériques ont également une fonction « régulation ». C'est une fonction tampon qui va permettre à l'individu d'intégrer des données nouvelles sur l'objet de la représentation soit en minimisant l'information soit en les interprétant dans le sens de la valeur du noyau central. Autrement dit, ils vont permettre à la représentation de s'adapter au contexte mouvant.

Enfin, les éléments périphériques, par une fonction « défense », qui rejoint la précédente, permettent au noyau central de garder sa stabilité. Ils absorbent tout ce qui apporte des nouvelles données contradictoires de la représentation et se modifient au gré des contextes sans pour autant que le noyau, lui, se modifie.

Ainsi, en conclusion de cette partie sur la structure des représentations, ce qui va nous intéresser ci-après, est que les éléments périphériques sont en étroite relation entre eux, ils sont négociables et peuvent être instables, incohérents et parfois individuels à la différence du noyau central qui est stable et qui détermine l'organisation des éléments périphériques. « Les éléments périphériques se déforment, changent, mais cela n'affecte en rien le contenu global et l'orientation générale de la représentation sociale touchée. »10(*)

En partie empirique, j'avais tenté une illustration des représentations des soignants sur l'objet formateur. J.-M. Séca propose un schéma de la structure des représentations sociales pour se rendre compte de la centralité du noyau :

SYSTEME PERIPHERIQUE

Eléments descriptifs

Eléments(s) de définition,

Fonctionnel(s) ou normative(s),

Plus ou moins négociables

NOYAU OU SYSTEME CENTRAL

Figure 5 : structure des représentations sociales (D'après Jean-Marie Seca, 2002)

Les schémas de la partie empirique peuvent être ainsi repris et enrichis sous cette forme grâce à tous ces apports théoriques.

Première représentation avec une fonction organisatrice à valeur négative du fait de la caractéristique du noyau central :

SYSTEME PERIPHERIQUE

Ecart du formateur avec la réalité

La théorie n'est pas importante

Le formateur n'a pas l'idée du terrain actuel

NOYAU OU SYSTEME CENTRAL

Le formateur manque de présence sur le terrain

Figure 6: Structure de la représentation négative du soignant

Cette représentation est bien dans une dimension fonctionnelle, fondée sur le rôle du formateur.

Deuxième représentation qui a pour fonction organisatrice une valeur positive :

SYSTEME PERIPHERIQUE

Booste l'étudiant

Reconnaît les compétences de l'étudiant

Ne dévalorise pas l'étudiant

Remonte le moral de l'étudiant

Connaît le caractère de l'étudiant

Complémentaire avec le soignant pour l'évaluation clinique

NOYAU OU SYSTEME CENTRAL

Le formateur suit ses étudiants,

il est toujours disponible

Figure 7: Structure de la représentation positive du soignant

Cette représentation quant à elle, est sur une dimension normative, fondée sur le lien socio-affectif entretenu par l'individu avec l'objet formateur.

Ces représentations ont eu une phase d'objectivation dans un contexte donné, quand le sujet était étudiant, ancrées dans ce que l'individu a vécu. Premièrement, il a connu une rupture entre ce qu'il a appris en formation initiale et sa prise de poste (entretien n° 5), deuxièmement, il a toujours été suivi par le formateur et remarque encore aujourd'hui sa bienveillance auprès de l'étudiant.

De plus, ces représentations permettent aux soignants de rendre concret le rôle du formateur. Ils peuvent intégrer tout ce qu'ils pourront entendre sur les formateurs en gardant soit une connotation positive pour certains, soit une connotation négative pour les autres, du fait de la fonction de défense des éléments périphériques.

Ces deux types de représentation sont à exploiter pour le formateur. L'une n'induit pas forcément de meilleures relations que l'autre. On aurait tendance à croire que les relations seront en effet facilitées avec une personne possédant une représentation positive. Or ces lectures nous prouvent que tout ce qu'entreprendra le formateur en matière de formation sera, dans le cas positif, automatiquement ramené à un cadre socio affectif car les éléments périphériques absorberont les données nouvelles reçues par le soignant. Le formateur sera celui qui suit l'étudiant et pas forcément celui qui entreprend de créer une relation triangulaire autre que pour une évaluation juste. D'autant que, nous le verrons, le contexte de la formation est modifié et que le formateur n'aura plus à mener de MSP sur le lieu de stage. Pourtant même dans ce nouveau contexte, la structure du noyau central se maintiendra, et ce dans les deux types de représentation, la valeur et le sens de ces représentations seront conservés.

De la même façon, si « la représentation négative de l'autre groupe justifie le comportement hostile adopté à son égard et cela indépendamment du comportement réel du groupe « adverse » (J.-C. Abric, 1994, p. 32), les soignants ayant pour noyau central cette idée de décalage du formateur avec la réalité appréhenderont toutes relations dans cette optique, quelques soient les actes initiés par le formateur sur le lieu de stage.

Nous avons donc vu que le noyau central était très stable et que les éléments périphériques permettaient, par leur fonction de régulation et de défense, de supporter les contradictions. La difficulté est là :

« Elles [les représentations] sont à la fois stables et mouvantes, rigides et souples. Stables et rigides parce que déterminées par un noyau central profondément ancré dans le système de valeurs partagé par les membres du groupe, mouvantes et souples parce que nourries des expériences individuelles, elles intègrent les données du vécu et de la situation spécifique, et l'évolution des relations et des pratiques sociales dans lesquelles s'insèrent les individus ou les groupes. » (J.-C. Abric, 1994, p. 29).

Ainsi quelles sont les possibilités de voir transformer une représentation ?

* 10 http://www.psychoweb.fr/articles/psychologie-sociale/130-representations-sociales-theorie-du-noyau-central-abric.html [consulté avril 2010]

précédent sommaire suivant






Bitcoin is a swarm of cyber hornets serving the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy



La Quadrature du Net